Spas au radon

Il existe des « spas au radon » censés fortifier le corps et soigner l’arthrite, une pratique déjà présente chez les Romains. (©photo)

Le radon est un gaz radioactif d’origine naturelle. Il est produit par la désintégration du radium, lui-même produit par la désintégration de l’uranium présent depuis toujours dans la croûte terrestre.

Il s’agit d’un gaz rare(1), dépourvu d’odeur, de couleur et de goût dans des conditions normales de température et de pression. Son principal isotope, le radon 222, possède une demi-vie très courte de 3,8 jours. En se désintégrant à son tour, le radon émet des particules α qui peuvent détruire les cellules vivantes et il engendre des descendants solides comme le polonium et le plomb, eux aussi dangereux.

Le radon constitue la source d’un tiers de l’exposition radioactive naturelle des Français(2) puisqu’il est présent partout à la surface de la Terre. Ce gaz provient surtout des sous-sols granitiques et volcaniques, ce qui explique sa concentration plus élevée dans certaines régions comme la Bretagne, la Corse, le Massif Central ou les Vosges. Le radon, qui est un gaz lourd, s’infiltre dans les soubassements et caves des bâtiments ainsi que dans les mines souterraines où il s’accumule en l’absence de ventilation.

Sa concentration dans l’air extérieur est généralement très faible(3) (entre 5 et 15 Bq/m3).Elle fait cependant l’objet d’études et de mesures dans les bâtiments car 3% à 14% des cancers pulmonaires seraient imputables à ce gaz selon l’OMS(4). Cette fourchette très large en ferait, dans certains pays, la deuxième cause de cancers pulmonaires après le tabac. Pour diminuer la concentration de ce gaz dans les maisons, il est nécessaire d’aérer les différentes pièces. Notons pourtant que le radon présente un intérêt médical en radiothérapie car il permet de tuer des cellules cancéreuses (grâce aux émissions γ)(5).