Brésil : vers des enchères pétrolières de tous les records ce mercredi

  • AFP
  • parue le

Le Brésil espère entrer définitivement dans la cour des grands du pétrole avec des enchères qui pourraient rapporter mercredi plus de 26 milliards de dollars, un record, pour un pays qui espère se hisser en dix ans à la 5e place des plus grands producteurs mondiaux.

Le potentiel de ces gisements de "pré-sal" (pré-salifère), situés en eaux très profondes, sous une épaisse couche de sel, est gigantesque. D'après l'Agence nationale du pétrole (ANP), l'organisme public qui organise les enchères, les champs concernés pourraient receler jusqu'à 15 milliards de barils, près du double des réserves actuelles de la Norvège.

"On s'attend aux enchères les plus importantes au monde, aussi bien pour ce qui est du volume des réserves que les sommes escomptées, du jamais vu sur le marché", explique à l'AFP Fernanda Delgado, spécialiste en énergie à la Fondation Getulio Vargas.

Comme il s'agit de champs situés dans la zone du "pré-sal", les règles sont particulières. Si l'ensemble des quatre blocs trouvent preneurs, le montant total des enchères atteindra 106 milliards de réais, plus de 26 milliards de dollars, Le prix d'achat est fixe, mais ce qui fait la différence entre les offres est le pourcentage de partage des bénéfices que l'entreprise s'engage à reverser à l'État brésilien.

Au total, l'ANP s'attend à des investissements de 1 500 milliards de réais (environ 370 milliards de dollars) sur les dix prochaines années dans le "pré-sal" à la suite de ces enchères.

Le gouvernement estime que le Brésil va se hisser de la dixième à la cinquième place des plus grands producteurs mondiaux de pétrole en dix ans. "J'aimerais personnellement que le Brésil devienne un membre de l'OPEP", avait déclaré la semaine dernière le président Jair Bolsonaro, en visite à Riyad. Mais Brasilia espère surtout que la manne considérable du pétrole permettra de réduire une dette abyssale et de créer des emplois dans un pays qui compte 12,6 millions de chômeurs.

Total et BP hors course

Ce qui rend ces enchères encore plus attrayantes est le fait que contrairement aux précédentes, elles concernent des zones que la compagnie publique Petrobras a déjà commencé à explorer. Les estimations sur leur potentiel sont donc beaucoup plus précises que celles des zones inexplorées attribuées lors de précédentes enchères. "On ne peut pas parler de risque zéro dans le secteur du pétrole, mais ce risque (de réserves moins importantes que prévu) est très peu élevé, c'est ce qui explique l'importance des sommes engagées", souligne Fernanda Delgado.

Petrobras a d'ores et déjà manifesté son intention d'exercer son droit préférentiel pour deux des quatre blocs offerts lors des enchères de mercredi, ce qui signifie que 69,9 des 106 milliards de réais sont déjà garantis.

La compagnie publique devrait s'associer à des groupes étrangers, mais BP et Total ont annoncé récemment leur intention de ne pas participer aux enchères. Le groupe français a expliqué que la formule des enchères ne lui permettrait pas de prendre le contrôle des opérations puisqu'il devrait se contenter d'une participation minoritaire au sein d'un consortium.

Si le montant de 106 milliards de réais est atteint, il sera près de trois fois supérieur au total de toutes les enchères pétrolières réalisées depuis 2017 (36,8 milliards), quand une série de nouveaux blocs a à nouveau été ouverte aux sociétés étrangères.

Grande productivité

Les spécialistes considèrent également que ces blocs sont convoités en raison de leur grande productivité, évaluée à 60 000 barils par jour selon les prévisions les plus optimistes, contre 12 000 à 13 000 en moyenne pour les champs offshore du Golfe du Mexique, par exemple. Au total, le "pré-sal" compte déjà pour 64% de la production totale de pétrole au Brésil.

D'autres enchères de pétrole pré-salifère, moins importantes, sont prévues jeudi pour des zones encore inexplorées, pour lesquelles l'ANP table sur un montant de total de 7,8 milliards de réais (1,94 milliard de dollars). Le 10 octobre, l'adjudication de blocs offshore en dehors de la zone du "pré-sal" avait déjà rapporté 8,91 milliards de réais (2,17 milliards de dollars), un nouveau record pour des enchères au Brésil, montrant le fort appétit des majors pour le pétrole de ce pays.

Ajouter un commentaire

Sur le même sujet