Newsletters des énergies

ExxonMobil abandonne ses projets avec Rosneft à cause des sanctions

  • AFP
  • parue le

La major pétrolière américaine ExxonMobil a décidé de se retirer de ses projets d'exploration communs avec le géant russe Rosneft, en raison des sanctions occidentales visant ce dernier qui était devenu un partenaire essentiel notamment dans l'Arctique.

"Fin 2017, (Exxon) a décidé de se retirer de ces projets communs. Le retrait devrait être officiellement amorcé en 2018. La décision de se retirer a entraîné une perte nette de 200 millions de dollars", affirme Exxon dans un document disponible jeudi sur le site internet de la Securities and Exchange Commission (SEC), le gendarme américain de la Bourse.

Ces deux géants des hydrocarbures avaient signé en 2011 un partenariat stratégique et avaient multiplié ensuite les projets communs en Russie comme à l'étranger.

Ils avaient déjà dû renoncer à certains projets dans l'Arctique en raison des sanctions occidentales imposées par Washington en raison de la crise ukrainienne contre Rosneft, dont le patron, Igor Setchine, est un proche de Vladimir Poutine.

En juillet 2017, le Trésor américain a infligé une amende de deux millions de dollars à ExxonMobil pour n'avoir pas respecté en 2014 des sanctions contre la Russie, lorsque le chef actuel de la diplomatie américaine Rex Tillerson dirigeait le géant pétrolier.

ExxonMobil justifie sa décision par le renforcement des sanctions américaines ces derniers mois, sur fond d'accusations d'ingérence dans la présidentielle américaine de 2016.

Dans un communiqué, Rosneft a exprimé sa "gratitude" à son ex-partenaire américain "pour les efforts considérables entrepris pour obtenir les autorisations des autorités américaines qui leur auraient permis de poursuivre à participer aux projets".

"La formalisation juridique de cette situation est coordonnée par Rosneft et ExxonMobil afin de minimiser les dommages aux actionnaires des deux sociétés", a précisé le groupe.

Selon Samuel Lussac, spécialiste du cabinet Wood Mackenzie, "cette décision met officiellement fin à la stratégie de long terme d'ExxonMobil d'exploration de l'Arctique, qui avait permis de découvrir le champ géant de Pobeda en 2014".

Aux pertes annoncés par Exxon s'ajoutent environ 400 millions de dollars dépensés en 2014 pour explorer un puits nommé Universitetskaya, selon l'expert.

"Cette décision n'est pas surprenante (...) En pratique, toute l'exploration offshore arctique et le projet pilote Trizneft étaient suspendus depuis 2014. Rosneft perd un partenaire de choix, qui aurait pu apporter financement et expertise pour le développement de la prochaine vague d'approvisionnement en pétrole de la Russie", affirme-t-il.

Samuel Lussac rappelle qu'Exxon conserve ses parts de 30% dans le projet Sakhaline 1 sur l'île du même nom, où la multinationale investit des milliards de dollars pour exploiter les gisements prometteurs de cette région isolée de l'Extrême-Orient.


Ajouter un commentaire