Fermeture de Fessenheim : le parc nucléaire français restera le 2e au monde

  • AFP
  • parue le

Le parc nucléaire français restera le deuxième plus important au monde derrière celui des États-Unis (98 réacteurs) malgré la fermeture programmée en février et juin 2020 des deux réacteurs de Fessenheim.

Après l'arrêt de la doyenne des centrales françaises située dans le Haut-Rhin (est), la France comptera au total 56 réacteurs nucléaires d'une puissance cumulée d'environ 61 000 mégawatts (MW).

Les centrales nucléaires françaises en activité, réparties sur une vingtaine de sites (précisément 18 après l'arrêt de Fessenheim), fournissent 70% du total de l'électricité produite dans le pays, ce qui est de loin la plus forte proportion au monde devant la Slovaquie (55%), l'Ukraine (53%) et la Hongrie (51%).

Les 98 réacteurs américains ne fournissent que 19% du total de l'électricité aux États-Unis, le pays étant le deuxième plus gros consommateur d'électricité au monde après la Chine.

Bugey, 1978

Les réacteurs français en activité utilisent tous la technologie dite de deuxième génération, à eau pressurisée, et sont gérés par EDF. Parmi ceux-ci, on comptera 32 réacteurs de 900 MW (après arrêt de Fessenheim) qui produisent chacun en moyenne de quoi fournir de l'électricité à 400 000 foyers. Il y a aussi 20 réacteurs de 1 300 MW et quatre de 1 500 MW.

Mise en service en 1977, Fessenheim, située le long du Rhin aux frontières de l'Allemagne et de la Suisse, était jusqu'à présent la doyenne des centrales en activité. Après sa fermeture, Bugey dans l'Ain (centre-est) deviendra la plus ancienne centrale française en activité, avec deux tranches inaugurées en 1978.

Après 40 ans

La loi française ne fixe pas de durée de vie aux centrales nucléaires. Toutefois la durée de fonctionnement initialement envisagée par EDF pour ses réacteurs de deuxième génération était de 40 ans.

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), l'organisme qui délivre les autorisations d'exploitation des centrales, considère que "la poursuite du fonctionnement des réacteurs au-delà de quarante ans n'est envisageable que si elle est associée à un programme volontariste et ambitieux d'améliorations au plan de la sûreté".

En 2014, EDF estimait à 55 milliards d'euros le coût pour rendre possible l'exploitation de ses centrales au-delà des 40 ans.

Démantèlement long et complexe

Le coût brut du démantèlement de l'ensemble des 58 réacteurs à eau pressurisée a été estimé en 2015 à 75 milliards d'euros par EDF, montant jugé sous-estimé par un rapport parlementaire de février 2017.

EDF procède déjà à une dizaine de démantèlements. Il s'agit des réacteurs de première génération mis en service entre 1963 et 1986 qui utilisaient la technologie graphite-gaz. Ce travail complexe et long porte sur une durée moyenne de 25 ans, selon un point diffusé en 2019 par EDF.

La plupart des sites nucléaires en activité ont commencé à fonctionner dans les années 1980. C'est par exemple le cas pour Tricastin (sud), Gravelines (Nord), Flamanville (ouest) ou Cattenom (est). Les centrales les plus récentes sont celles de Chooz (nord-est), entrée en service en 2000 et de Civaux (centre) qui a démarré en 2002.

Retard et surcoût pour l'EPR

Un réacteur dit de troisième génération, baptisé EPR, est en cours de construction depuis 2007 à Flamanville. Mais cette nouvelle technologie présentée comme le "fleuron" de la filière nucléaire française avec une puissance élevée de 1 650 MW par réacteur et des systèmes de sécurité supplémentaires, accumule retards et déboires.

Alors qu'il devait initialement entrer en service en 2012 pour un coût de 3,3 milliards d'euros, ce réacteur ne devrait finalement démarrer que fin 2022 pour un coût total réévalué à 12,4 milliards d'euros.

Sources : AFP, EDF, le gestionnaire public du réseau de transport d'électricité RTE, l'ASN, l'association helvétique Forum nucléaire suisse et l'association américaine des industries nucléaires Nuclear Energy Institute (NEI).

Commentaires

AtomicBoy44

"La loi française ne fixe pas de durée de vie aux centrales nucléaires. Toutefois la durée de fonctionnement initialement envisagée par EDF pour ses réacteurs de deuxième génération était de 40 ans."

Ou est la source de cette affirmation ?
Il y a confusion de la durée d'amortissement a mon avis.

AtomicBoy44

"L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), l'organisme qui délivre les autorisations d'exploitation des centrales, considère que "la poursuite du fonctionnement des réacteurs au-delà de quarante ans n'est envisageable que si elle est associée à un programme volontariste et ambitieux d'améliorations au plan de la sûreté".

En 2014, EDF estimait à 55 milliards d'euros le coût pour rendre possible l'exploitation de ses centrales au-delà des 40 ans."

Ou l'ASn a t-elle écrit cela ? je n'ai jamais lu ni entendu cela dans aucun rapport ou présentation de l'ASN.

Ce communiqué semble surtout dicté a l’oreille d'un pigiste de l'Agence France Propagande très orienté antinucléaire et obscurantiste.
Les USA prolongent leurs réacteurs jusqu’à 60 ans, voir 80 ans ... Ce sont les mème que nous et ils ont été conduit de la plus mauvaise manière. Qui sait que ces Réacteurs sont des licences Westinghouse achetée aux USA ?

La désinformation vient donc effectivement de l'AFP qui raconte ans arrêt un tas d'inepties de la propagande antinucléaire.

AtomicBoy44

Toute cette brève est un tissu de mensonge qui en plus dit être multi-sourcée sans jamais les donner précisément.

Très décevant que COE diffuse ce genre de propagande qui n'a rien d'informatif et tout de la déisnformation .

Les sommets d'une PRAVDA soviétique ne sont pas loin !

Ajouter un commentaire