Le géant russe Gazprom a souffert au 3e trimestre mais s'en sort sur l'année

  • AFP
  • parue le

Le géant russe Gazprom a annoncé vendredi une chute vertigineuse de 43% de son bénéfice net au 3e trimestre suite à une demande européenne en berne, mais connait néanmoins une croissance honorable sur neuf mois.

La baisse des prix du gaz et des volumes vendus à l'Europe a fait fondre le profit au troisième trimestre 2019 sur un an à 228 milliards de roubles (3,2 milliards d'euros).

Mais, selon les résultats publiés vendredi, le groupe contrôlé par l'État russe dégage toujours un bénéfice net en hausse de 4% à 1 107 milliards de roubles (15,7 milliards d'euros au taux actuel) sur les neuf premiers mois de 2019 par rapport à la même période en 2018. Autres mauvaises nouvelles du 3e trimestre, le bénéfice d'exploitation a perdu 62% à 192 milliards de roubles et le chiffre d'affaires a diminué de 16% à 1.622 milliards de roubles.

Dans un communiqué, Gazprom a souligné "la baisse des volumes de gaz vendu et la baisse des prix moyens des ventes de gaz à l'Europe". Les ventes de gaz à destination de l'Europe et de la Turquie ont toujours assuré l'essentiel des bénéfices de l'héritier du ministère soviétique du Gaz. Elles étaient au troisième trimestre en baisse de 37% à 587 milliards de roubles.

Ces résultats mesurent l'évolution par rapport à 2018, année où le groupe avait enregistré des ventes de gaz record à l'Europe - où sa part de marché atteint environ un tiers de la consommation totale -, malgré les tensions géopolitiques et les appels de l'Union européenne à la diversification des sources d'approvisionnement.

Gazprom s'apprête à lancer trois gazoducs majeurs : "Force de Sibérie" qui doit livrer la Chine, nouveau marché pour Gazprom, ainsi que deux gazoducs - le germano-russe Nord Stream 2 et le turco-russe Turkish Stream - contournant l'Ukraine pour approvisionner l'Europe sans être dépendant des relations exécrables entre Kiev et Moscou.

Commentaires

Médard de Char…

"Un bien mal acquis ne profite jamais".

Entre juillet et octobre 2018, Gazprom a profité d'une faiblesse dans la sécurité du nouveau site d'accès GRdF aux données clients. Gazprom a accédé à la totalité des données des clients distribués par GRdF. Nous avons communiqué nos preuves à qui de droit. Gazprom a déclaré qu'un prestataire peu scrupuleux, extérieur à Gazprom avait agi en leur nom et qu'ils s'interdiraient d'exploiter ces données mal acquises.

En conséquence, les "qui de droit" ont absout Gazprom et GRdF a consciencieusement effacé les traces de leur passage sur le site de GRdF. Nous, nous avons bien sûr gardé les traces et toutes les preuves nécessaires en lieu sûr pour le cas où il m'arriverait un accident.

J'apprécierais maintenant que la CRE mène une enquête pour savoir si la répartition des clients de Gazprom n'est pas plus dense sur les clients distribués par GRdF. Car n'oublions pas que nombre de clients sont distribués par des régies ou par GRT et que Gazprom ne semble pas avoir percé leur protection. Ce serait une bonne façon de vérifier que Gazprom a bien renoncé à profiter de ce pillage de données.

A moins qu'il ne soit préférable de continuer à "s'arranger entre personnes de bonne compagnie".
Pour l'heure, j'observe que malgré cet atout commercial, les commerciaux de Gazprom ne parviennent pas à atteindre leur objectif.

Ajouter un commentaire

Sur le même sujet