La justice brésilienne ordonne la libération de l'ex-milliardaire Eike Batista

  • AFP
  • parue le

Une juge brésilienne a ordonné samedi soir la libération de l'ex-milliardaire Eike Batista, qui avait été arrêté jeudi, alors qu'il était en résidence surveillée depuis 2017, ont rapporté plusieurs médias brésiliens.

Simone Schreiber, magistrate de la Cour d'appel TRF2, a considéré que la détention de l'ancienne plus grande fortune du Brésil "violait la constitution (...) et le principe de présomption d'innocence".

Jeudi, Eike Batista, 62 ans, avait été interpellé dans le cadre d'une opération policière intitulée "Secret de Midas", visant à démenteler un réseau de blanchiment d'argent et de délits d'initiés.

L'avocat du chef d'entreprise, cité par le site d'informations G1, a indiqué que son client devrait être libéré dimanche matin.

Eike Batista, qui avait bâti sa fortune en investissant dans les secteurs des mines et de l'énergie, avait déjà été placé en détention provisoire en 2017, mais était sorti de prison trois mois plus tard, un juge de la Cour suprême l'ayant autorisé à rester en résidence surveillée.

Condamné à 30 ans de réclusion pour corruption en juillet 2018, il demeurait assigné à résidence en attendant d'être jugé en appel.

En mai dernier, l'ancien milliardaire avait été condamné par les autorités boursières à payer deux amendes d'un montant total de 536 millions de réais (près de 120 millions d'euros) pour délit d'initié.

Des amendes infligées parce qu'il avait vendu en 2013 des actions de sa compagnie pétrolière OGX alors qu'il savait qu'elle ne pourrait plus explorer des blocs pétroliers acquis lors d'enchères en 2007.

En juillet 2018, un juge l'a reconnu coupable d'avoir versé 16,5 millions de dollars de pots-de-vin à Sergio Cabral, ex-gouverneur de Rio de Janeiro (2007-2014), lui-même condamné à plus de 100 ans de prison pour corruption.

Symbole du Brésil conquérant des années 2000, Eike Batista a occupé la septième place du classement des plus grandes fortunes de la planète de Forbes, en 2012, mais a vu son empire s'effondrer l'année suivante, avec la faillite de sa compagnie pétrolière OGX.

lg/ybl

Modération des commentaires

Plusieurs lecteurs ont déploré récemment quelques attaques personnelles dans les commentaires.

Nous vous demandons de bien vouloir continuer à échanger de façon constructive dans cet espace, sans insultes à l’égard de vos contradicteurs.

Merci d’avance pour votre compréhension et pour la richesse de vos contributions.

Ajouter un commentaire