La start-up australienne Recharge confirme avoir fait une offre de reprise de Britishvolt

  • AFP
  • parue le

Une start-up australienne, Recharge Industries, a confirmé mercredi avoir présenté une offre de reprise sur l'entreprise britannique en faillite Britishvolt, qui portait un projet d'usine de batteries électriques pour automobiles.

Recharge a déposé une offre pour racheter "la totalité du site et des installations" de Britishvolt, qui a fait faillite la semaine dernière après des mois de lutte pour sa survie, avec quelques 300 employés licenciés dans la foulée, a indiqué la compagnie dans un communiqué. Recharge "offre une perspective pour conserver les employés actuels de Britishvolt et développer" sa technologie de batterie, a ajouté l'entreprise.

L'offre reste "non-engageante" à ce stade, a précisé le PDG de la start-up australienne David Collard, cité dans ce communiqué, publié après que plusieurs médias ont évoqué cette offre de reprise. Britishvolt n'avait pas réussi à lever assez de fonds pour financer ce projet au coût total de 3,8 milliards de livres, et le gouvernement avait suspendu un versement de 100 millions de livres à l'avancée du projet.

La faillite de Britishvolt a fait couler beaucoup d'encre au Royaume-Uni et porte un coup à ses ambitions d'atteindre la neutralité carbone d'ici 2050.

Recharge, qui est financée par la société new-yorkaise Scale Facilitation, porte un projet similaire d'usine de batteries à Geelong, près de Melbourne en Australie.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.