Le Turkménistan inaugure une usine de transformation de gaz à 1,7 milliard de dollars

  • AFP
  • parue le

Le Turkménistan, pays isolé d'Asie centrale qui cherche à tirer profit de ses vastes ressources d'hydrocarbures, a inauguré vendredi une usine de transformation de gaz en carburant liquide représentant un investissement de 1,7 milliard de dollars.

Ce pays possède les quatrièmes réserves de gaz naturel mondiales, et tente depuis quelques années de diversifier son économie qui souffre des faibles prix de l'énergie, alors que le gaz représente 90% de ses exportations.

L'usine a ouvert ses portes dans la ville d'Ovan-Depe, située dans le désert près de la capitale Achkhabad, à la frontière avec l'Iran. Construite grâce à des investissements japonais et turcs, il s'agit de la plus grande usine d'Asie centrale de transformation de gaz en liquides.

"Notre pays suit le progrès scientifique", a déclaré le président turkmène Gourbangouly Berdymoukhamedov lors de la cérémonie d'ouverture. "Nous voulons que le Turkménistan devienne le centre d'une économie verte".

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe, absent mais s'exprimant dans un message lu lors de la cérémonie, s'est réjoui que le Japon ait aidé le Turkménistan à diversifier son économie et à augmenter ses exportations d'énergie.

L'usine traitera 1 785 milliards de mètres cubes de gaz naturel par an, produisant 600 000 tonnes annuelles d'essence, parmi d'autres combustibles liquides. Elle a été construite par les sociétés de construction turque Rönesans et japonaise Kawasaki Heavy Industries.

Les entreprises japonaises ont récemment augmenté leurs investissements au Turkménistan, pays largement tributaire des exportations de gaz vers la Chine via un gazoduc achevé en 2009.

L'économie du Turkménistan a subi un choc lors de la baisse des cours en 2014, puis lorsque le géant russe Gazprom a cessé ses importations en 2016, et stagne désormais. Le pays aux 5,7 millions d'habitants connaît un fort chômage.

Ajouter un commentaire