Nucléaire : la France dans la course aux petits réacteurs modulaires (SMR)

  • AFP
  • parue le

Grand pays de l'industrie nucléaire, la France s'est lancée avec retard dans la course pour développer un petit réacteur, qui reste à l'état d'esquisse mais pourrait avoir de beaux jours devant lui selon ses promoteurs.

Le secteur s'intéresse de plus en plus au développement de petits réacteurs modulaires, connus sous leur acronyme anglais SMR (pour "small modular reactors"). Leur puissance ne dépasse par les 300 mégawatts, contre plus de 1 000 MW pour les réacteurs nucléaires classiques, mais plusieurs peuvent être regroupés pour augmenter la puissance. Ils sont conçus pour être fabriqués en série en usine puis transportés sur le lieu de leur exploitation.

Gros avantage : leur construction reste relativement simple, en contraste avec les difficultés de certains grands projets, à l'image du chantier du réacteur nucléaire de nouvelle génération EPR de Flamanville (Manche) qui accumule retards et surcoûts.

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) dénombre une cinquantaine de projets de SMR dans le monde, dont certains bien avancés : la Russie a même déjà lancé une première centrale nucléaire flottante.

La France en est encore loin, mais a un avant-projet baptisé "Nuward", porté par le CEA, EDF, Naval Group et TechnicAtome. Il doit être développé jusqu'en 2022 avant une phase plus avancée jusqu'en 2025 environ. "Il y aura alors des décisions assez lourdes à prendre pour le gouvernement, y compris d'ailleurs s'il y a lieu d'enclencher sur un site français - ce qui sera peut-être décidé le moment venu - la création d'un premier de série", souligne Loïc Rocard, PDG de Technicatome, qui conçoit notamment les réacteurs nucléaires compacts des sous-marins.

Chez EDF, on souhaite "lancer la construction d'un démonstrateur de SMR en France à horizon 2030, qui serait une vitrine de notre savoir-faire pour soutenir l'exportation de cette technologie par la suite". Le projet bénéficie d'un soutien public dans le cadre du plan de relance: une petite partie des 470 millions d'euros destinés à la filière nucléaire est réservée au SMR.

Un « choix audacieux » ?

"On est encore en phase amont d'un marché en devenir auquel beaucoup d'acteurs et de pays croient, mais qui n'existe pas encore concrètement", tempère Loïc Rocard. Mais "si on a un produit, il a des chances de trouver un marché", notamment celui du remplacement des centrales à charbon. L'arrêt de ces dernières, très émettrices de CO2 et polluantes, est crucial dans la lutte contre le changement climatique.

La solution des SMR n'est pas envisagée à court terme pour la France, qui pourrait renouveler son parc nucléaire vieillissant avec des EPR optimisés (EPR2). La décision ne sera prise que lors du prochain quinquennat. Mais de manière inattendue, le président de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), Bernard Doroszczuk, vient de vanter devant le Sénat le "choix audacieux" des petits réacteurs.

"S'il y a un choix de nouveau nucléaire qui est fait par le gouvernement, c'est certainement une option qu'il faut regarder parce qu'elle présente des avantages en termes de sûreté supérieurs à ce que l'EPR2 peut aujourd'hui offrir", a-t-il déclaré. "Un SMR pourrait aller beaucoup plus loin en termes de garanties sur la sûreté." La sûreté des petits réacteurs, plus simples, est en effet dite "passive" : elle repose sur des phénomènes naturels comme la gravité et non sur des mécanismes complexes avec des pompes, etc.

Faut-il imaginer un jour un parc de SMR en France ? "Ça semble très prématuré", juge Nicolas Goldberg, du cabinet Colombus Consulting. "Le principal sujet pour construire ou non des réacteurs nucléaires en France aujourd'hui n'est pas la taille ou la sûreté. C'est la capacité à faire ou le coût." Or les SMR produisent une électricité beaucoup plus chère et, surtout, ils sont pour l'essentiel au stade de la recherche et développement.

Du côté d'EDF, on souligne que Nuward "est prioritairement destiné à l'export mais rien n'exclura à terme d'utiliser cette technologie en France". Toutefois, ce n'est pas la priorité : la filière propose dans l'immédiat "la construction de 3 paires d'EPR2, une solution aujourd'hui disponible".

Commentaires

Dominique Wenger

I est dommage que le lobby anti-nucléaire et les écologistes aient empêché la France de se lancer plutôt dans ce projet. Aujourd'hui on regrette déjà l'arrêt de Fessenheim et on prolonge les centrales au charbon. Demain on regrettera d'être en retard sur les SMR.
Néanmoins, on voit enfin plus de raison dans les décisions, ne boudons pas notre plaisir.

Serge Rochain

Vous inventez déjà des entraves écolo au développement de ce qui sera un fiasco de toutes les façons.
Dites nous donc ce qu'on fait vos écolos pour empêcher ce développement .... d'un truc qui existe depuis les années 50 et équipe nos sous-marins nucléaires et que l'on fait semblant d'inventé pour le civil. On savait déjà que c'était trop cher pour le civil sinon on ne se serait pas lancé dans l'aventure EPR
Enfin..... vola encore de quoi faire rêver les nucléophiles qui ont du temps...... et de l'argent à perdre.

Marc Diedisheim

A combien estimez-vous le coût d'un SMR de 300 MW électriques ? Bien cordialement.

Rochain

Pas trop cher pour équiper un sous-marin d'attaque comme la France en a déjà construit plusieurs depuis les années 60 mais bien trop cher pour produire de l'électricité dans le monde civil comme il en a été décidé au moment où les industriels étaient tenté de rentabiliser la filière militaire avec ce moyen transforme pour usage civil et qu 'EDF méprisant a renvoyé dans ses 22m avec leur nain, au profit du géant EPR à la fin du siècle dernier.

Mathelin

Permettez moi de rectifier:...NOTRE argent à perdre! On accuse l ecologie de tous les maux.
Il faut bien trouver une population à stigmatiser.
Ça me rappelle la période du national-socialisme triomphant .Mais dites moi, est ce vrai que l EPR devait coûter 3 milliards et qu il en coûtera ss doute 19 milliards?
X_- Mineurs,qu en dites vous?

jmfischer

I est dommage que le lobby nucléaire aient empêché la France de se doter de filières éoliennes et solaires.

ADRI21

rares sont les réussîtes où le marché intérieur n'est pas un tremplin à l'exportation, donc un projet déjà enterré ?

Oscar Brun

Avec le développement des voitures électriques que le gouvernement incite à acheter il est devenu malheureusement de développer des centrales nucléaires même si pour certains sont contre. Comment produire l'électricité pour les véhicules électriques et l'augmentation de la consommation, il faut choisir et là je n'entends pas les écologistes se prononcer.

Rochain

Mais mon cher Oscar, la solution écologique existe depuis longtemps. Si aau lieu de perdre notre temps et notre argent dans des tentatives ubuesques consistant à fabriquer tant des EPR que des SMR on fabriquait tout simplement des ppv on aurait gagné la guerre de l'énergie depuis longtemps. Pour faire des POV on a tout ce qu'il faut, du silicium, le deuxième corps le plus repandu sur la planète après l'oxygène, un peu de cuivre pour les connexions et un peu d'aluminium pour le cadre.
Et savez vous que si tout le bâti du pays orienté Sud était couvert de ces PPV nous ptoduirions par ce moyen, le double de ce que produit notre parc nucléaire en parfait état de marche.... Ce qui n'est jamais le cas avec, par exemple, en ce moment 23 réacteurs en carafe sur les 56 !

Oscar Brun

Je souhaite en savoir plus sur vos POV - PPV sur quel site peut-on se documenter ?

Serge Rochain

Vous pouvez déjà consulter l'article que Wikipedia met gratuitement à disposition et traitant du sujet des PPV, vous y apprendrez certainement beaucoup de choses, mêm s'il commence a dater car la technologie évolue vite et même très vite en ce qui concerne les coûts de production et des installations :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Panneau_solaire
Vous pouvez aussi acheter l'ouvrage "Le regard des hommes sur le Soleil" paru chez ISTE Editions dont un chapitre entier traite de l'utilisation du Soleil dans les applications de captage de l'énergie avec les calculs déterminant la capacité collectée dans l'hypothèse de la couverture des toitures de France orientés Sud, et démontrant que la production serait près du double de ce qu'était celle des 58 réacteurs du parc français à l'époque de la rédaction de l'ouvrage. Aujourd'hui ce serait bien plus du double, les PPV étant d'une part plus performants et la production nucléaire ayant diminuée par ailleurs.
Bien cordialement.

Oscar Brun

C'est bien les énergies renouvelables mais pas suffisant d'une part et de l'autre la production n'est pas continue et le surplus on le stocke de quelle manière.... Je ne suis pas un pro nucléaire mais dans l'état actuel on ne pourra pas s'en passer totalement malheureusement, par ailleurs il faut que les services publics montrent l'exemple ce qui n'est pas le cas, diminuer la consommation des éclairage en mettant des LEDS ce qui n'est pas encore fait, installer des panneaux solaire sur les bâtiments publics.. Peut être arriverons-nous à ne plus utiliser le nucléaire mais cela reste à voir.

Rochain

C'est curieux comme votre discours a changé depuis votre message précédent, emprunt d'une grande modestie et demandant des sources pour vous informer objectivement et ce nouveau message vous posant à la foi comme un expert habilité à décider que ce que peuvent produire les renouvelables est insuffisant ( vos références SVP) et par ailleurs extrêment naïf en rappelant que la production n'est pas continue ce qui, croyez moi, n'est pas un scoop.
Pour la suite je suis bien d'accord mais il y a même mieux que de remplacer les lampes halogènes actuelles par des leds puisqu'il est inutile d'éclairer les mouches à 3h du matin même avec des leds.
Savez vous de quelle électricité vous avez réellement besoin la nuit ? Croyez vous aussi qu'un ppv n'émet plus quand le ciel est nuageux ? Dans quelle proportion ? Croyez vous aussi que les éoliennes ont besoin du Soleil ? Autant. De questions sur lesquelles vous devriez vous pencher avant de décider que les renouvelables son apted ou pas à répondre à nos besoins en électricité. En fait son un déguisement naïf et bien connu vous êtes un opposant farouche à ce qui fait de l'ombre au nucléaire, bien conditionné par le message du lobby nucléaire transporte par la meutre de ses petits soldats qui se croient informés. Et je ne vous parlerai pas de votre manque de curiosité pudique concernant le coût de L'EPR.

Rochain

Vous aussi en êtes encore là ?
La première question que vous pourriez poser est certainement : de quelle énergie à t on réellement besoin la nuit et comment sera t'il possible de la produire ?
A partir de ce moment je considère que vous posez une question raisonnable et je suis prêt à y répondre.

Pierre Jacquot

Monsieur,
Je vous trouve tout à coup d’une modestie bien suspecte, en complète rupture avec vos postures habituelles dans ce blog.
Dites-le sans détour et sans rougir: vous êtes l’auteur de “Le regard des hommes sur le Soleil”, publié par une maison d’édition prestigieuse, et qui, dans ses deux premières parties, livre des contenus très intéressants. La troisième partie, consacrée à la production énergétique solaire est plus discutable. Vous tombez, comme un perdreau de l’année, dans l’illusion de la profusion de l’énergie solaire, en reprenant une vielle antienne, qui sert aussi à ENGIE pour faire sa pub: “La Terre reçoit en une heure à peu près ce que les Hommes vont consommer en charbon, pétrole, gaz, bois, uranium, chutes d’eau et bricoles diverses en 365 jours”!
La persistance des idées reçues est un phénomène déroutant. La fameuse légende urbaine du “fer dans les épinards” en témoigne. Vous continuez à répandre le mythe du fabuleux potentiel énergétique du soleil dont nous sommes priés de tirer profit.
Ce qui dérive vers une pure construction intellectuelle commence par une vérité: c’est exact, l’énergie solaire globale est environ 10 000 fois supérieure à nos besoins planétaires annuels. La preuve tient en trois lignes. Le grand disque équatorial de la terre, orienté orthogonalement à la direction du soleil, hors atmosphère, reçoit un flux lumineux de 1 360.8 ± 0.5 W•m-2 en permanence*. En climatologie, et dans le domaine des renouvelables, cette constante fait partie des quelques données totalement fiables. De ceci découlent deux formulations équivalentes: en une heure le soleil nous fournit 625 EJ, ou en une année 547•104 EJ. Or la consommation d’énergie annuelle de la planète est de quelque 600 EJ. Dire qu’une heure de soleil suffit, ou, alternativement, que l’excès annuel solaire est dans un facteur de 10 000, sont donc parfaitement acceptables en première analyse.
La suite est malheureusement moins réjouissante. Elle se décline en deux séries de raisons majeures, la première qualitative, la seconde technique.
Le soleil n’a pas vocation à satisfaire exclusivement nos besoins énergétiques. Il sert aussi à chauffer les océans, le sol, l’atmosphère, à nous éclairer, à faire fonctionner la photosynthèse, à faire pousser les plantes, à créer le vent, à réguler les changements de phase de l’eau, à faire la pluie et le beau temps, ... et même à nous dorer la pilule! Dès lors, la sagesse et la parcimonie commandent de se contenter d’un prélèvement de quelque 1% de son énergie, un peu par analogie avec une stratégie de placement de bon père de famille**. D’un facteur 10 000, on régresse déjà à un facteur 100.
Techniquement, entre l’énergie solaire reçue par le disque diamétral et la production PV distribuée dans les réseaux sous forme de courant électrique normalisé utile, il est facile de montrer qu’il existe à nouveau un facteur de plus de 100: variabilité diurne et alternance jour-nuit (qui comptent maintenant, contrairement au disque imaginaire), absorption et diffusion atmosphériques, couverture nuageuse, pertes photométriques dues à la rotondité de la terre, rendement des panneaux, entretien, mise en forme du courant, …
Nous voici en dessous de la parité: en réalité, le potentiel théorique énergétique du soleil est inférieur à notre consommation. Un minimum de réalisme et moins de rodomontades s’imposent. Sans évoquer ici les coûts économiques et environnementaux exorbitants que toute tentative d’approcher ce but, même de très loin, entraînerait.
C’est à coups de tels arguments fallacieux et de pareilles surenchères que l’on nous vend la transition énergétique.

* Geophys. Res. Lett., Vol. 38, L01706.
** La parcimonie est inconnue du soleil lui-même. Comme nous sommes apparemment les seuls dans le système qu’il anime, il n’y a que 0.5 ppb de sa puissance qui sert à quelque chose. Mais les stars aiment à être vues dans un angle solide de 4 pi stéradian.

Serge Rochain

Monsieur Jacquot, je n’ai pas de posture habituelle mais une ligne de conduite que je respecte scrupuleusement et selon laquelle j’utilise le ton de mes interlocuteur pour leur répondre et tant qu’ils sont courtois et ne me prennent pas pour un idiot j’ai une tendance naturelle à les aider dans leur quête d’information lorsqu’il s’agit d’un sujet sur lequel j’ai suffisamment travaillé pour me croire autorisé à éclairer mes interlocuteurs, et sur le présent forum je n’ai encore croisé que des gens plutôt courtois ou au moins, encore du bon côté de la ligne rouge, je n’ai donc aucun ne raison de me conduire différemment. Mais j’ai aussi l’habitude des sous-entendus perfides qui laissent entendre que je suis un individu porteur de tous les défauts du monde comme le suggère l’attaque de la première phrase de votre message, sans doute n’y avez-vous vu aucun motif à conditionner les participant à ce forum qui ne me connaissent pas. Sans doute aussi lorsque vous m’avez trouvé agressif sur d’autre forum avez-vous rapidement oublié ce qu’avaient écrit ceux à qui je répondais. Et pour être tout à fait clair, quand j’ai affaire à un imbécile qui m’insulte en m’expliquant que le Soleil ne brille pas la nuit, je n’ai aucun scrupule à le traiter d’idiot et je vous suggère d’en faire votre profit.

Pour ce qui concerne la tirade “La Terre reçoit en une heure à peu près ce que les Hommes vont consommer en charbon, pétrole, gaz, bois, uranium, chutes d’eau et bricoles diverses en 365 jours”!
Ce n’est pas une mauvaise copie de chez Engie-Green, soit vous ne lisez qu’en travers ce qui peut expliquer ce que vous dites plus loin, soit vous étiez si pressé de me faire un mauvais sort que vous n’avez pas lu que c’est Jean Marc Jancovici qui s’exprime dans cette phrase, vous savez le gourou des nucléophiles, vous connaissez j’espère ? J’ai pris la peine de le signaler et avec son autorisation, car bien que nos conversations soient souvent, disons tendues, nous nous fréquentons de façon épistolaire. J’avais trouvé amusant de glisser cette entrée en matière venant d’un anti-renouvelable notoire dans le chapitre que j’ai consacré à leur sujet.
Et vous en venir à votre façon de lire en travers qui reflète aussi votre façon de raisonner si dans ce bouquin vous trouvez « La troisième partie, consacrée à la production énergétique solaire est plus discutable », au lieu de laisser planer un flou sibyllin suggérant hypocritement que les calculs développés sont faux, dites clairement où ils sont faux et j’accepterai d’en discuter. Vous voyez, on ne peut déjà plus s’entendre nous n’utilisons pas les mêmes méthodes, je ne connais pas les sous-entendus. Aussi je passerai sur votre cours ridicule sur la propagation du flux solaire entrant dans l’atmosphère terrestre émaillé d’autant de sous-entendus du genre « il est facile de montrer » mais on ne montre surtout pas, et avant ou après une séance de vocabulaire technique destiné à impressionner l’honnête participant au forum avec des « le disque diamétral et la production PV » ou encore « disque imaginaire » « absorption et diffusion atmosphériques » « pertes photométriques »………….. Vous en avez raté une belle que vous auriez pu placer avec la droite de Bouguer, ça aurait certainement fortement impressionné certains de nos colistiers. Mais j’ai vraiment ri quand vous clôturez votre représentation théâtrale par un grandiose « Un minimum de réalisme et moins de rodomontades » à propos de ce que moi j’écris dans ce chapitre dont le calcul conclu à ce que le bâti du pays orienté Sud couvert de PPV produirait entre 1,5 et 2 fois ce que produisaient les 58 réacteurs du parc français à l’époque où j’ai écrit ce livre.
Je crois que nous nous sommes tout dit, je vous ai mis dans la case de ceux à qui je ne répondrais plus tant votre discours est puant.

Caedere

Apparemment M. Rochain a encore laissé un cuistre complètement groggy !
Merci pour vos bons mots.

Schricke

Je me réjouis que Mr Rochain ait, lui aussi, ses "supporters" ! Il s'est fait tellement d'adversaires, voire d'ennemis !... Heureux de constater que certains sont prêts à lui "servir la mess" !

Gabriel autefage

Et la nuit ? Et quand il y a des nuages ? Et en hiver où le soleil n'est jamais bien haut dans le ciel ?

Rochain

Vous croyez vraiment apprendre à quelqu'un que le Soleil est couché là nuit ? Et qu'il arrive que le ciel soit nuageux ? Et vous croyez vraiment que ceux qui promeuvent les renouvelables ignorent cela ? Mais qui êtes vous donc pour en être encore à des arguments aussi surannés pour ne pas dire simplement naïf, pour opposer ces bêtises ?

samuel gibon

La France c'est l'entreprise moderne c'est le futur le nucléaire modernisé et recyclable. C'est pas la bureaucrate permanente. A la liberté de l'entreprise en France et non a la bureaucratie permanente, à l'administration pléthorique. La france c'est la croissance de l'entreprise industrielle , l'emploi la création d'emploi et le développement de la technologie en France ( non aux delocalisation vers la chine ou d'autre pays du monde). La France c'est la modernité et la technologie : à la conquête spatiale, à l'industrie nucléaire , à la robotique, à l'armement français, à l'automobile autonome et à hydrogène. La France c'est l'ambition entrepeunariale et le développement de l'entreprise.
A la France forte et l'europe protégée. A la France du futur ! Non au vieileries technologiques ou a la conception par ordinateur, à la robotique , aux lignes de fabrication automatique. Je suis ingénieur de conception et developpement. Oui à la modernité et au futur de l'entreprise industrielle.

Jujut

Je pense presque comme vous. A la différence on peut allier développement technologique avec écologie. L'intérêt de disposer d'ingénieur de talent trouver des solutions la où les autres ne trouvent pas. L'actualité nous montre que la France n'a pas trop la barraka en se moment médecine à la traîne progrès aéronautique pas top, production d'électronique a 0. Automobile électrique les triple dernier. Donc le seul point positif serait le nucléaire ...restez sérieux tôt de même. Devenez réaliste pour le moment la France elle vend du luxe a des couillon plein de fric et des glaces aux ex touriste. Donc on peut se reprendre je l'espère en étant plus malin et pas forcément en reproduisant le passé.

Rochain

Vous êtes un doux rêveur et pas plus ingenieur qu'une paire de chaussettes.... On ne vous trouve pas dans l'index du répertoire des ingénieurs et scientifiques de France.... Un oublie sans doute ?
C'est curieux c'est grands maîtres à penser qui se parent de titres qu'ils n'ont évidemment pas pour credibiliser les errements les plus fous.

Schricke

Revoici l'éternel génie de l'énergie !. Ouf ! Mr Rochain, vous nous manquiez ! Comment l'univers pourrait-il se passer de vos connaissances infinies et de votre génie ?... Sans compter votre catalogue d'insultes toujours plus fraiches et acérées contre tous ceux qui osent mettre en doute vos rêves écolo ?
Je souhaitais, quand-même vous poser une simple question, ne doutant pas que vous disposiez d'une réponse évidente: Depuis la libération, en 1945, la consommation d'électricité, en France pendant les "30 glorieuses" (et même après !) augmentait régulièrement de 7% par an, ce qui correspond, mathématiquement à un doublement décennal !... Cela signifie que tous les dix ans, il fallait construire autant d'installations nouvelles que celles qui existaient déjà pour faire face à cette évolution... tout en assurant la maintenance (et le remplacement des installations existantes, devenues obsolètes...) C'est à dire qu'en un peu plus de 60 ans, la France devait construire, plus de 60 fois l'équivalent du parc de production existant dans les années 50 ! (sauf erreur ?). Êtes-vous vraiment certain que notre pays aurait pu réaliser cette prouesse en s'appuyant exclusivement sur les productions "renouvelables". Personnellement, j'ai comme un doute !... Merci de me rassurer !

vVDB

Exporter des machines qui produisent du plutonium....
La bêtise de ces SMR est d'utiliser d'une part de l'uranium et une technologie qui ne consomme que 5% du combustible. C'est issu des militaires qui avaient pour but de produire du plutonium dans les années 60. C'était du provisoire !
Le nucléaire civil était aux Thorium sels fondus fluorés pour ne pas proliféré l'arme atomique, être très sécurisé, consommer 100% du combustible.
Les sels fondus fluorés on des quantités de qualité, on peut incinérer les déchets à longue vie.
Les déchets sont 37 fois moindre qu'avec l'uranium et de 300 ans. Le retraitement est intégré, évite les manipulations et une méga usine comme la Hague.
Il faudrait se retrousser les manches et y aller, 60 ans que ça traîne...
Les indiens, le chinois investissent car le Thorium est abondant. C'est en France un sous produit du raffinage des terres rares, ces 'déchets' couvrent la consommation électrique nationale.
Il y a certainement des loobies...

sirius

On peut penser que le lobby du" mega nucléaire" ,type EPR a tout fait pour interdire la recherche et les progrès en ce qui touche le thorium.pourtant une solution sérieuse .
Quant à l'éolien et ses promesses utopiques il revient à couvrir la France de ces machines indiscrètes que les gens supportent de moins en moins ,pour un rendement ridicule 8000 machines : 8 % de notre électricité !

Serge Rochain

Quand plus de la moitié des éoliennes se retrouvent sur une surface, qui plus est n'est pas des plus ventées, et ne représentant que 16% de la surface du territoire il ne faut pas s'étonner du résultat. Quant à estimer déjà insupportables les 8000 machines, je me demande comment vous avez pu supporter sans broncher les 300 000 pylônes de 90m de haut espacés en moyenne de 350 mètres, faits de poutrelles métalliques enchevêtrées supportant 105 000 Km de lignes THT à 400 000 volts en zébrant la France entière, et qu'il est donc impossible d'enterrer à un coût raisonnable mais néanmoins indispensables pour fournir les millions de clients répartis sur tout le territoire à partir de seulement 18 centrales nucléaires produisant des hypers-puissances se chiffrant en GW pour des consommateurs de quelques dizaines ou centaines de KW. Comment avez vous pu supporter cela sans même vous en rendre compte ?
Cherchez donc ces lignes aériennes au départ des parcs PPV ou d'éoliennes.... cherchez bien, car elles sont toutes en souterrain ce qui est possible économiquement en MT et BT.
N'êtes vous pas non plus heurtés par toutes ces constructions humaines qui dénaturent le paysage naturel depuis notre apparition sur la planète ? Nous nous sommes toujours fait à nos propres constructions même les plus laides comme les pylônes de RTE, bien plus que les éoliennes que vous semblez vomir. Alors d'où vous vient cette subite aversion pour ces nouvelles constructions ?
Oui, bien sûr, elles font de l'ombre au nucléaire qui est pour la première fois attaqué par un challenger sérieux capable de le déloger du piédestal sur lequel il trône depuis 60 ans. les autres ne le dérangeaient pas, mieux encore certains lui servaient, lui étaient même indispensables, tandis que le nouveau venu vient manger dans sa gamelle.
Les temps changent, les hommes devront s'y faire, tous les hommes.

Jujut

Magique on a pas fini de finir le fiasco EPR on nous sort le futur fiasco petit réacteur. De source assez bien informé les petits réacteur expérimenté par EDF sont qualifiés de bacale et très mal engagé, donc en conclusion le projet avant même de commencér et foireux....en France nous avons une capacité nucléaire confiderable avec le prolongement de vie des réacteurs nous disposerons de cette énergie pendant 15 a 20 ans. Alors quel intérêt d'investir dans le nucléaire alors que des solutions en devenir existe solaire éolien isolation et hydrogene. Cela donnera de l'emploie local avec une énergie moins dangereuse. Une chose a toujours avoir a l'esprit avec le nucléaire chaque jour qui passe nous rapproche d'un accident très grave, de la statistique pure. Cela arrivé dans tous les pays....

Serge Rochain

Sachant que 2 ans suffisent pour mettre sur pied et rendre opérationnel n'importe quel parc éolien ou PPV, je dirais que 10 ans de prolongation du nucléaire existant sont suffisants pour qu'il soit totalement remplacé dans 10 ans. Même chose pour les méthaniseurs qui peuvent fournir l'ajustement nécessaire aux faiblesses météorologiques des PPV et éoliens, confortés pour les autres renouvelables qui n'y sont pas soumis comme les énergies marines et océaniques dont nous sommes largement pourvus (marées, courant , houle), ainsi que géothermie et surtout hydraulique déjà largement utilisé car seul capable aujourd'hui d'assurer le suivi de charge face à un nucléaire défaillant dans cette mission comme il est loisible de le constater chaque jour dhttps://www.rte-france.com/eco2mix/la-production-delectricite-par-filie… la semaine lorsque l'activité économique démarre et que le nucléaire ronronne devant la fougueuse montée en puissance de l'hydroélectricité :
https://www.rte-france.com/eco2mix/la-production-delectricite-par-filie…
Ce matin entre 6 heures et 9 heures le boost c'était hydraulique et l'importation, bondissant ensemble de 7GW à 15 GW tandis que le nucléaire restait timidement cantonné à 39GW sans broncher ni se soucier de cet accroissement du besoin.
Ce n'est que grâce à l'hydraulique que nous sommes peu émetteur de CO2 dans notre production d'électricité et que nous pouvons utiliser le nucléaire contrairement à ceux qui n'ont pas de fort potentiel hydraulique et doivent recourir aux fossiles pour assurer leur suivi de charge comme la Belgique ou l'Allemagne. Le nucléaire ne leur apporte rien.

Florian

Pour rappel : Les SMR ont vocation a remplacer le parc des centrales à charbon en Europe de l'Est.
C'est un point qui devrait provoquer un consensus chez les écologistes. Mais non, le dogmatisme anti-nucléaire prend encore et toujours le dessus. C'est dommage, d'autant plus que les discussions tournent toujours au dialogue de sourd.
Quand arrêterons nous de mettre dos à dos le nucléaire et le renouvelable alors qu'on a besoin des 2 pour combattre notre véritable ennemis qu'est le carbone ?

Schricke

C'est l'évidence !... Mais il faut bien laisser "un os à ronger" à nos écolos, qui sont, avant tout, pour une grande majorité d'entre eux, des "antinucléaires" idéologiques, compulsifs, et viscéraux !... dont le grand prêtre est... Monsieur Rochain (ne lui répétez pas ! ça le fâcherait !)

Serge Rochain

Je suis bien aise de constater que vous vous êtes autoproclamé décideur de la vocation des SMR de l'Europe de l'Est qui jusqu'à aujourd'hui n'ont été utilisés que pour propulser des sous-marins d'attaque et des porte-avions.
Quant à dire que l'on a besoin des deux, renouvelable et nucléaire, d''une part je ne vois pas en quoi on a besoin de retarder d'une dizaine d'année la mise en place d'un dispositif qui a besoin de 12 à 15 ans pour être construit quant un autre qui produit la même chose se content de deux à trois ans de construction.
D'autre part je pense que le nucléaire et le renouvelable à production variable sont incompatibles sauf à se gêner mutuellement. Le nucléaire, incapable d'assurer le suivi de charge (regarder chaque matin au démarage de l'activité économique qui fournit l'accroissement rapide du besoin en énergie : l'hydraulique et éventuellement l'importation !
Ainsi le nucléaire mobilisant l'essentiel des ressources pilotables du renouvelable elles ne sont plus utilisable pour lisser les variations de production des renouvelables variables. De plus fournissant donc une part constante permanente de la production qui n'aura pas à être fournie par les renouvelables variables, le nucléaire limite le nombre des éoliennes à répartir uniformément sur la territoire et donc la moyenne de production serait d'autant plus constante que leur nombre et leurs répartition sont élevés. Le nucléaire est donc un frein à la multiplication des renouvelable d'autant plus important que la part d'énergie qu'il produit est elle-même élevée. Ils sont donc incompatibles.
En fait, si nous pouvons utiliser le nucléaire aujourd'hui sans émettre trop de CO2 ce n'est pas grâce au nucléaire mais à notre fabuleuse ressource en hydraulique dont ne bénéficient pas nos voisins Belges ou Allemands par exemple. Si nous ne l'avions pas nous aurions recours comme eux aux sources fossiles pour réguler notre production électrique et nous émettrions autant de CO2 qu'eux. Ce qui prouve bien que c'est pas au nucléaire que revient le mérite du peu d'émission de CO2 c'est que les Belges dont le mixe qui inclus 60% de nucléaire étant incapable de réguler leur production ils font un usage massif de fossile pour cela et émettent autant de CO2 par KWh que les Allemands, toujours autour de 250 à 350g contre la France qui se tient entre 45 et 85 g. Si le grand méritant était le nucléaire France et Belgique seraient sensiblement au même niveau d'émission.
La plupart des nucléophiles semblent ignorer ce mécanisme et vantent en toute bonne foi les mérites du nucléaire et ceux qui ne l'ignorent pas se garde bien d'en faire état.
Bonne semaine

Schricke

Mr Rochain, si vous teniez un tel discours, parfaitement infondé, sur presque tous les points, à un cheval de bois, il vous donnerait immédiatement un coup de pied !
Comme un certain Goebbels, (un maître en matière de propagande !) vous restez partisan de sa devise: "Répétez 100 fois un mensonge, et il deviendra une vérité..."
Seriez-vous un nouveau "bienfaiteur de l'humanité" ?

Ajouter un commentaire

Sur le même sujet