Pétrole: l'OPEP « optimiste » malgré une remontée des prix pas aussi rapide qu'espéré

  • AFP
  • parue le

Les efforts de l'OPEP et d'autres pays producteurs pour réduire la production et faire remonter les prix du pétrole n'ont pas eu d'effet aussi rapidement qu'espéré, mais le secrétaire général de l'organisation s'est dit mercredi "optimiste" pour les mois à venir.

"Les six premiers mois (de l'année) ont été très difficiles (...) mais nous restons optimistes sur le fait que nous sommes sur la bonne voie pour aider le marché à se rééquilibrer", a déclaré Mohammed Barkindo à des journalistes en marge du Congrès mondial du pétrole d'Istanbul. "L'écoulement des stocks (de pétrole) n'a pas donné lieu à une mise à jour suffisamment rapide des niveaux des stocks", phénomène auquel s'est ajoutée la reprise de la production dans certains pays producteurs, comme les États-Unis, a constaté le Nigérian.

L'OPEP et d'autres pays producteurs, dont la Russie, ont décidé fin 2016, dans un accord historique, de limiter leur production pour six mois, avant, fin mai, de prolonger cet accord jusqu'en mars 2018. Si le cours du baril s'est redressé début 2017, après être tombé jusqu'à 26 dollars début 2016, il reste toujours coincé sous les 50 dollars, contre plus de 100 dollars à la mi-2014. Ce faible niveau de prix met la pression sur de nombreux pays producteurs, qui ont vu leurs revenus s'éroder.

Selon M. Barkindo, l'initiative des pays producteurs a été pénalisée par des "vents contraires", comme des attentes trop hautes des marchés, la reprise de la production aux États-Unis, et une faible demande. L'action de l'OPEP est aussi contrecarrée par la hausse de la production au Nigeria et en Libye ces dernières semaines. Ces deux pays ont été exemptés de quotas, et la question se pose de les associer à l'effort, mais M. Barkindo a jugé "prématuré" d'évoquer ce sujet.

Pour rééquilibrer le marché, "nous devons régler le problème des stocks", a-t-il insisté. "Les résultats sont encourageants" avec un recul des stocks de 100 millions de barils depuis le mois de janvier, et "nous nous attendons à ce que ce retrait soit plus rapide avec une hausse de la demande dans la seconde moitié de l'année", a-t-il estimé.

Le comité de suivi mis en place par l'OPEP et ses partenaires doit se réunir le 24 juillet prochain à Saint-Pétersbourg en Russie pour faire le point sur la mise en place de leur accord. M. Barkindo s'est félicité du "haut niveau" de respect des quotas par les différents pays.

Ajouter un commentaire