Réacteur nucléaire EPR de Flamanville : consultation publique jusqu'au 22 juillet

  • AFP
  • parue le

Le public peut donner jusqu'au 22 juillet inclus son avis sur la demande d'autorisation d'exploiter le réacteur nucléaire EPR en construction à Flamanville (Manche), un chantier marqué par de nombreux déboires, a-t-on appris vendredi auprès de l'Etat.

Le code de l'environnement prévoit en effet que "la décision d'autoriser" l'exploitation d'une centrale nucléaire "fait l'objet, en amont, de la mise en oeuvre d'une procédure de participation du public", selon le ministère de la Transition écologique.

La "présente consultation ne préjuge pas de l'issue de l'examen en cours", par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), de la demande de mise en service que lui a adressée EDF, précise toutefois le ministère.

Le réacteur EPR de Flamanville, dont la construction a débuté en décembre 2007, devait au départ être mis en service en 2012. Mais il a fait face à de nombreux déboires. Son coût s'élève actuellement à 12,4 milliards d'euros selon EDF contre 3,3 milliards prévus avant le début du chantier.

Dernière difficulté en date, des anomalies ont été détectées sur les soudures de trois piquages (partie d'une tuyauterie qui la raccorde à une autre ou à un récipient).

L'ASN a indiqué mardi à Caen qu'elle prendrait "après l'été" une position de principe sur les premières propositions d'EDF pour résoudre ce problème.

EDF vise un chargement du combustible à fin 2022. Un planning que le président de l'ASN a qualifié en mai de "très serré".

Le gendarme du nucléaire a également indiqué qu'il tiendrait compte, avant d'autoriser la mise en service de l'EPR de Flamanville, de l'incident qui s'est produit en juin à Taishan (Chine) sur un des deux seuls réacteurs EPR en fonctionnement dans le monde.

Conçu pour fonctionner pendant 60 ans, l'"European Pressurized Water Reactor" se fonde sur la technologie des réacteurs à eau sous pression, la plus utilisée dans le monde. Il offre une puissance plus élevée (1.650 mégawatts) que les centrales actuellement en service en France.

Commentaires

Moreau Patrick

Ci-joint une lettre envoyée le 1er avril 2021 à Monsieur le député LREM de la 9ième circonscription de L'Hérault.
Explication de vote 2021-04-1
à Patrick Vignal député LREM de la 9ème circonscription de l'Hérault
Nous avons voté LREM au 2ème tour des élections présidentielles en 2017. Nous ne voterons pas LREM aux prochaines élections régionales et présidentielles 2022 pour la raison suivante :
Le classement en »Energies renouvelables » de la filière Nucléaire au niveau Européen, à la demande du Gouvernement Français.
-Démarche ahurissante, le minerai n’est pas épuisable, le nucléaire participe largement au réchauffement climatique, à cause du rendement énergétique des réacteurs nucléaires, d’énormes quantités de calories sont rejetées dans l’atmosphère. C’est un mensonge par omission.
-Indépendance : faux, le minerai vient du Kazakhstan, du Canada et de l’Australie. C’est un mensonge.
-A proximité des centrales nucléaires, combien de femmes accouchent d’enfants irradiés, jours après jours ? Une population de plusieurs millions de Français reçoit des pastilles d’iode, qui ne protègent que contre les radiations les plus courtes(demi-vie de 8 jours). Quid des autres radiations ?
- Le risque zéro n’existe pas : Nous ne pourrons jamais prévoir l’imprévisible (Fukushima), pas plus que l’erreur humaine (Tchernobyl). Un accident nucléaire en France irradierait gravement tous les produits agricoles, supprimant l’autonomie alimentaire de presque toute l’Europe communautaire, du fait des grands vents d’ouest, et provoquant de gros dommages sanitaires. La France n’est pas en droit d’imposer à ses voisins ce dont ils ne veulent pas. La probabilité d’un accident nucléaire en France augmente quotidiennement avec le vieillissement et les pertes de compétences.
-Le réchauffement climatique aggrave la sécheresse. Les débits des cours d’eau diminuent, et la température de l’eau augmente, réduisant les capacités de refroidissement des réacteurs nucléaires. Il n’y a aucun espoir de développement des capacités nucléaires en France, et dans de très nombreuses régions du monde. Il faudra donner priorité à l’agriculture pour la répartition de l’eau.
-L’énergie nucléaire est aujourd’hui non compétitive. Le Prix de revient du Kwh nucléaire continuera à augmenter à l’avenir, en particulier celui du combustible et celui de la main d’oeuvre Celui des énergies renouvelable continuera à baisser, particulièrement pour le photovoltaïque, dont le prix de revient reste fixe, indépendamment de l’inflation.
-Plusieurs études ont confirmé que la panoplie des énergies renouvelables sont en mesure d’assurer la sécurité d’approvisionnement en électricité, malgré l’intermittence de certaines. Le stockage de l’électricité est possible, malgré une idée aujourd’hui révolue.
-La filière photovoltaïque présente des avantages considérables :
Elle permet de mettre en place une structure de production basée sur le lieu de consommation, autant que faire ce peut, au lieu d’une implantation basée sur d’énormes centrales éloignées des centres de consommation. Le résultat est d’avoir l’autonomie sans aléa de livraison et sans perte en transport( 10% de perte actuellement, soit 6 réacteurs nucléaires).Cela permet également l’autodéfense, par la dispersion d’une multitude de lieux de production. Le prix de revient se limite à l’amortissement de l’investissement, les autres frais d’exploitation tendant vers zéro. Dernier point, l’adaptation « Offre-Demande » se fait naturellement dans l’espace et dans le temps.
Pourquoi l’Allemagne a aujourd’hui 1 million d’installations photovoltaïques, l’Italie 3 millions, alors que la France n’en a que 90.000 ?

de RASILLY

Monsieur Moreau, quel élan dans le sens de la passion idéologique ! Dans l’axe de l’intérêt, on peut essentiellement remarquer le stade de l’épuisement qui atteint le lecteur à la moitié de l’exposé. Ce n’est pas du tout le fait d’une méconnaissance de la totalité du propos du fait de l’abandon de la lecture qui empêche d’y répondre. C’est plutôt l’ampleur extraordinaire de la tâche si difficile. Car pour être sûr que vous puissiez comprendre, il faudrait recourir à une forme et un fond semblables aux vôtres ce qui risquerait bien de convertir la réponse en débat entre deux imbéciles.
Je suis très satisfait de ma réponse du fait que je crois avoir découvert l’emploi du mode de dialogue de votre confrérie qui aime tant dénigrer, condamner sans justifier le propos.

Schricke

Monsieur Moreau, Vous posez la question suivante, à la fin de votre "commentaire" (Je cite):" Pourquoi l’Allemagne a aujourd’hui 1 million d’installations photovoltaïques, l’Italie 3 millions, alors que la France n’en a que 90.000 ?". Alors, je me permets, en retour, de vous en poser une autre, toujours en comparant non pas les "actions" (??) mais les résultats (ce qui me paraît plus important ?). La voici: " Pourquoi l'Allemagne produit, grâce à son "avance" revendiquée en matière d'ENR, un Kwh émettant 80% de CO² de plus que le Kwh Français ? Et à un coût, pour l'utilisateur, supérieur de 70 %", et ce malgré les montants de subventions énormes que lui consacrent les contribuables (qui sont aussi les consommateurs d'électricité !). Et là, il s'agit de chiffres, parfaitement vérifiables, et pas d'opinions !...
Quand aux risques évoqués, pouvez-vous nous indiquer combien les 58 réacteurs nucléaires français en fonctionnement depuis 40 ans ont causé de "victimes" ? Zéro ! Ce chiffre étant à rapprocher du nombre de victimes causées en quelques minutes, par l'explosion de l'usine chimique d'AZF à Toulouse, dont plus aucun "écolo" antinucléaire compulsif ne parle plus !...

Denis Margot

Le kWh allemand est typiquement 5 à 8 fois plus chargé en GES que le français (en ce moment, France = 34g, All = 260g, soit un facteur 7,6). Je suppose que vous avez voulu prendre 5 dans votre exemple. Mais dans ce cas, le kWh allemand émet 400% de CO2 de plus que le kWh français, et non 80%.

Schricke

Vous avez raison ! Mais les résultats dépendent de la façon dont est effectué le calcul ! Selon les différents "spécialistes", le différentiel d'émission de GES entre le Kwh Allemand et son homologue Français est en effet très variable, et je reconnais volontiers que vos chiffres sont certainement plus près de la réalité que les "miens" !... Mais, j'ai pris l'option minimum pour ne pas faire de peine à mon contradicteur !... Il ne faut pas heurter les convictions des "écolos" (avec guillemets !)... Enfin, pas trop !...

Jamila Benarbia

Monsieur Moreau no comment.
La France a un problème d ego. Ça n arrive qu aux autre. En France nous français pensons que nous contrôlons tous avec la science cartésienne mais Descartes à dit qu il faut douter de tous même de la science pour atteindre la vérité. D ailleurs avant de mourir il a juré de faire un dernier pèlerinage à Lourdes car Descartes qu on interprète mal ces propos ne doutais pas Dieu mais de la science dont nous devons toujours avoir des doute c est ce qu on appelle la sagesse. Message Destiné à ceux qui ne changent jamais d avis.

Julien

Commentaires navrants de la part de M. Moreau avec sa vision doctrinaire et "hémiplégique" ou "borgne" : il ne voit qu'un aspect des choses. Cela n'aide pas à se faire sa propre idée sur un sujet aussi complexe que des hommes d'état, en France mais pas uniquement, auraient donc eu le tort de mettre en oeuvre ...
Désolant et attristant.

jean-jacques Attia

Un gros effort de synthèse de la part de Monsieur Moreau, mais franchement, que de contre-vérités en quelques lignes. A ce niveau là, la discussion n'est pas possible. C'est comme de discuter avec un obscurantiste convaincu que la Terre est plate.

jean-jacques Attia

suite : bien sûr qu'il faut mettre en exploitation l'EPR de Flamanville, dès que les conditions seront réunies, c'est-à dire dès que les autorités de sûreté nucléaire auront donné leur feu vert. C'est très curieux, après des années de dépenses importantes, de demander leur avis aux citoyens de base... Nous a-t-on demandé notre avis pour dilapider 120 milliards d'euros pour financer éoliennes et panneaux photovoltaïques, en pure perte ? Ceux qui nous gouvernent ont-ils tant besoin de notre accord ? après le nouveau désaveu cinglant que les électeurs de ce pays viennent de leur infliger. De toutes façons, chacun sait bien qu'ils n'en feront qu'à leur tête, qu'ils ont du côté des intérêts privés.

EtDF

Que Monsieur Moreau couvre son toit de photo-voltaïque, grand bien lui fasse, et surtout si les nuages n'interfèrent pas dans son choix, en tout cas il pourra toujours revendre ses "excédents" de kW à la nation qui lui fera un bon prix...
Maintenant est il capable de calculer la surface de PV (et les coûts OPEX et CAPEX) nécessaire à faire marcher (les jours ensoleillés) une aciérie (tant qu'il en reste encore dans ce pays!) qui fonctionne nécessairement en 3x8... c'est à dire aussi la nuit!
Quant à savoir pour qui il vote...???????? .... vu le niveau des raisonnements qu'il rapporte ici.??????
"Monsieur le Président, je vous fais un lettre, que vous lirez peut être.. si vous avez le temps...." (Boris Vian)
Réponses très sensées de Julien et Attia!

Yves Guittat

Bonjour, le prochain plan d'implantation de réacteurs nucléaires (17) et d'éventuels EPR (8) par EDF sur les sites de Penly (risque de submersion) Gravelines (construit sur un polder, incidents fréquents), Le Bugey (pompe l'eau du Rhône et sous le barrage du Vauglans) et Tricastin (risque sismique et incidents fréquents), ne pourraient-ils pas être préférés par des centrales à fusion (Tokamac de Caradache) ? Où en est-on en la matière ? Quand atteindra-t-on le stade de la production et commercialisation de l'énergie ? Comment nous situons-nous sur le sujet par rapport aux autres pays (Europe et Monde), SVP 8
Merci. - YG

daphné

Sans être une nucléophile entêtée, il est impossible en France actuellement de s'organiser pour nous passer de l'énergie nucléaire dans un avenir proche à l'échelle d'une vie. Stopper un centrale est une chose la suoprimer une autre autrement plus longue, ,très coûteuse dont la standardisation n'est pas encore au point.( et que faire du core encore actif?) Le coût du démantèlement est inclus dans le coût de la centrale, mais comme il faut environ deux décennies pour démolir, la valeur de l'argent change et il y a toujours des imprévus auxquels il faut faire face. EDF est une grande entreprise et on peut lui faire confiance. Si 9 des plus anciennes centrales sont arrêtées et le démantèlement pour certaines déjà commencé c'est que cela est nécessaire et il faut attendre pour les autres . Le principal n'est pas de construire encore et toujours plus de centrales en attendant la fusion ou une autre génération à base de thorium mais de STOCKER l'électricité par des électrolyseurs de vapeur d'eau pressurisée pour stocker de l'hydrogène et de l'oxygène. Le stockage par château de batteries au lithium ne pourra jamais satisfaire à l'énorme demande de l'ordre de 500TWh. par an.

daphné

Sans être une nucléophile entêtée, il est impossible en France actuellement de s'organiser pour nous passer de l'énergie nucléaire dans un avenir proche à l'échelle d'une vie. Stopper un centrale est une chose la supprimer une autre autrement plus longue, ,très coûteuse dont la standardisation n'est pas encore au point.( et que faire du core encore actif?) Le coût du démantèlement est inclus dans le coût de la centrale, mais comme il faut environ deux décennies pour démolir, la valeur de l'argent change et il y a toujours des imprévus auxquels il faut faire face. EDF est une grande entreprise et on peut lui faire confiance. Si 9 des plus anciennes centrales sont arrêtées et le démantèlement pour certaines déjà commencé c'est que cela est nécessaire et il faut attendre pour les autres . Le principal n'est pas de construire encore et toujours plus de centrales en attendant la fusion ou une autre génération à base de thorium mais de STOCKER l'excédent d'électricité de tout le mix de procédés ( intermittents , variables ou continus) que nous avons par des électrolyseurs de vapeur d'eau pressurisée à haute température (HTPE) pour stocker de l'hydrogène et de l'oxygène afin de lisser notre production . Le stockage par château de batteries au lithium ne pourra jamais satisfaire à l'énorme demande ( trains métros, funiculaires usines, toute la demande dommestique ( 30%)et maintenant les véhicules tout électriques etc.)Le nucléaire nous permettra d'assurer la transition vers d'autres énergies afin que les prochaines générations puissent s'en passer. Si l'on consulte par référendum , je voterai oui pour qu'on termine enfin l'EPR avec toute les sécurités que cela implique et le temps qu'il faut pour assurer l'inocuité totale comme toujours.

Ajouter un commentaire

Suggestion de lecture