Newsletters des énergies

SNCF: des ONG dénoncent le rapport Spinetta, au nom du climat

  • AFP
  • parue le

Le rapport Spinetta sur l'avenir du rail, qui préconise notamment la suppression de nombre de dessertes, a été dénoncé jeudi par des ONG environnementales, qui soulignent que le train est "essentiel" pour combattre le réchauffement climatique.

"C'est en donnant une solution de transport alternative à la voiture et à l'avion satisfaisante que le gouvernement pourra réduire les émissions de gaz à effet de serre, tout en désenclavant les territoires de manière cohérente avec les engagements qu'il a pris pour préserver le climat", souligne le Réseau action climat (RAC, fédération de 20 associations nationales).

"Le train doit être encouragé tant pour les voyageurs que pour les marchandises", souligne la Fondation pour la nature et l'homme (FNH, ex-Fondation Hulot), pour qui "réinvestir en particulier dans les lignes secondaires jusqu'à présent délaissées, est indispensable".

Le rapport présenté jeudi au Premier ministre, en proposant de recentrer le réseau sur les seules zones urbaines et périurbaines, représente, selon la FNH, "une menace pour l'accès de tous à la mobilité, la cohésion des territoires et le climat. La suppression d'un nombre trop important de lignes serait aussi contradictoire avec l'Accord de Paris" visant à juguler le réchauffement mondial.

Pour la FNH, qui avait déjà dénoncé l'absence de volet ferroviaire dans le Plan climat du gouvernement, il faut "remettre les camions sur les rails", revaloriser les trains classiques qui "à 160 voire 200km/h ont leur place dans un futur écologique", et développer les services (par exemple organiser la complémentarité du train avec le vélo, les transports collectifs et les véhicules partagés).

Selon une étude SNCF-Carbone 4 citée par le RAC, un voyage en train Intercités émet environ 15 fois moins de CO2 par passager que le même trajet en covoiturage, et 5 à 15 fois moins qu'en autocar.


Commentaires

Mais le CO2 n'est PAS un polluant. Il est bénéfique pour la végétation.

Le train est coûteux et pas forcément plus efficace. Il nécessite énormément de ressources pour la voie, l'entretien, etc.
Pour le bénéfice de la végétation, devrions nous donc priver nos territoires d'un accès légitime au rail ?
Je vous trouve bien écolo-bobo à privilégier la végétation aux dépends des populations.
@corrector
La pollution est certes un sujet important, surtout dans nos villes, mais ce n'est PAS le sujet ici, l'avez-vous noté ?
On parle ici de dérèglement climatique, et le CO2 EST un des principaux gaz (en volume) à effet de serre.
Le rendement et la faible émission par personne transportée fait du train un moyen de transport à moyenne et longue distance d'avenir.
Le vélo et le train font un couple particulièrement efficace puisqu'ils couvrent à eux deux quasiment tout le spectre (à l'exception des très longues distances et de l'intercontinental...)
je n'ai pas pu trouver le rapport original pour observer l'analyse du fret.
J'ai publié une pétition qui soulève la question de la réalité des coûts des transports routiers. Ceux-ci dégradent les routes et autoroutes considérablement plus que les voitures qui, de fait les subventionnent ! Elle n'a pas eu le succès espéré avant les assises de la mobilité. Elle commence à recevoir un nombre de signatures significatif (647 ce jour).
Si elle vous parait nourrir des débats nécessaires aux choix stratégiques, signez la et faites la connaître :
https://www.change.org/p/nicolas-hulot-ministre-de-la-transition-obtenir-une-tarification-%C3%A9quitable-des-p%C3%A9ages-entre-voitures-et-poids-lourds-f94c3300-2ea8-4644-8fa9-2ba897ea097f
Première chose à développer, la 5G, puis un quota de 30% de télétravailleurs obligatoire dans les grands groupes et les ministères délocalisés dans les régions, et plus précisément, le long des grandes lignes. Faire des gares des zones commerciales et administratives, et dans un rayon de 10 mn de marche à pieds, des zones industrielles et de bureaux.

Ensuite, tout ce qui n'est pas produits frais, (pêche, fruits et légumes) circulent au maximum de nuit sur des trains au gaz, ou sur des péniches électriques, les camions au gaz eux aussi, seraient limités à l'interrégional, avec plateformes intermodales aux croisement des autoroutes, des voies ferrées et des canaux.

Fin du TGV et mise en place de trains pendulaires sur les grandes lignes, et développement de lignes touristiques sur les axes secondaires, comprenant du transport de cyclistes, de chevaux, et de cavaliers pas pressés...

A noter que les voies de chemins de fer peuvent loger les câbles de la 5G, avant complément d'antennes sur les châteaux d'eau, elles peuvent aussi accueillir haies et arbustes en rotations rapides pour produire de l'électricité pour les trains, et de la chaleur, disons pour recycler le verre consigné, suite à une loi interdisant les bouteilles et récipients plastiques... Verre pour les contenants alimentaires et d'hygiène corporelle, fer pour les produits d'entretiens.

Bien-sûr, il serait plus efficient de loger toutes les installations liées aux déchets, autour des gares. Donc au final, le train devrait s'avérer, très, très, rentable...
Décidément, la SNCF n'a toujours pas compris où était l'avenir (et il n'y a pas qu'eux...)
Alors que la DB crée des places pour vélos dans l'ICE, la SNCF détruit les malheureuses places durement gagnées par des années de militantisme...
Bien évidement, le rail a un coût et il n'est pas sain de creuser un déficit, mais ce n'est pas en supprimant des trains et en augmentant les tarifs chaque année et chaque fois que le pétrole a la bonne idée d'augmenter que la SNCF va attirer de nouveaux clients !!
Réduire les coûts, oui, mais il ne faut pas oublier que ce sont les voyageurs qui paient leur billet qui font le CA, hors subventions !
Et ce n'est pas en gardant la politique tarifaire actuelle que la SNCF a la moindre chance d'y parvenir !

Ajouter un commentaire