Stations à hydrogène: la région Auvergne-Rhône-Alpes investit 8 millions d'euros dans une société

  • AFP
  • parue le

La région Auvergne-Rhône-Alpes a annoncé mardi un investissement de 8 millions d'euros dans une nouvelle société chargée d'installer et d'exploiter 20 stations de distribution d'hydrogène sur son territoire.

Cette somme lui confèrera 33% du capital de la société Hympulsion, selon un communiqué de la région. La région sera ainsi le premier actionnaire de cette entreprise au capital de laquelle figurent le fabricant de pneumatiques Michelin (22,8% des parts), le producteur d'électricité Engie (22,8%), la Caisse des dépôts (16,9%) et le Crédit Agricole (4,6%).

Le président LR de la région, Laurent Wauquiez, cité dans le texte, a justifié cette initiative par sa volonté de faire d'Auvergne-Rhône-Alpes "le premier territoire à hydrogène en Europe". Selon lui, 80% des acteurs industriels de la filière sont présents sur son territoire.

L'hydrogène est considéré comme un carburant "propre" puisque son utilisation ne rejette que de l'eau dans l'atmosphère, mais il est actuellement produit à plus de 95% à base d'hydrocarbures.

Les élus écologistes se sont prononcés contre cet investissement, estimant que la région n'avait pas "à faire des affaires avec des multinationales".

Commentaires

choppin

Etrange investissement pour le moins prématuré, mais difficile à condamner. Une question: quelle est aujourd'hui l'équation économique de la production d'hydrogene ? Il y a beaucoup de prudence sur cette question de l'hydrogene. Certains l'annonce mure techniquement et économiquement pour au plus tôt pour dans 20 ans et plutôt 30 et encore sans certitude absolue. Au passage, la gazéïfication de la biomasse qui est mon crédo, est à notre portée. il suffit de faire travailler notre gazogene sous pression. Je le dis dans toutes mes communications. Mais nous n'avons plus un euro pour le développer. Pour 1,5 M d'euros, pas 8, nous signons tout de suite.Mais penser à distribuer un gaz certes d'avenir sans savoir le fabriquer et sans clients ou peu, c'est un peu fumeux et ça ressemble comme deux gouttes d'eau à un effet d'annonce.

sail49

Ce qui me fait sourire dans cette annonce, c'est qu'on en a fait tout un plat lorsqu'on parle des réservoirs sous pressions des véhicules au GPL à 20 bars et là au motif que la combustion rejette de l'eau, on ne parle plus des 200 ou 300 bars dans les voitures et les 500 bars dans les camions ... sachant que ce serait 700 bars pour une autonomie idéale.

Blaizot

Exact ; le biogaz est à notre portée ; l’hydrogène s’est « fumeux » et non sans danger sans parler des émissions énormes de CO2 associés à sa production soit à partir d’hydrocarbures soit d’elec Intermittente par l’electrolyse de l’eau qui nécessite des électrodes dont on préfère ne pas connaître l’econimite grise !

choppin

Le seul moyen propre passe par la gazéÏfication de la biomasse, mais c'est pas de la tarte. On découvre tous les jours de nouveaux gisements de gaz nat, alors...Par ailleurs, le gaz vert semble devoir subir la loi des énormes sites de production (baisser les coûts, baisser les coûts, baisser les coûts, un impératif qui mène à l'inverse de l'objectif recherché). J'ai commencé à travailler sur la gazeïfication de la biomasse en 1973 et vous devinez pourquoi. A l'époque c'est bien sûr le critère économique qui menait la danse et c'était logique. 44 ans après, nous sommes face à une catastrophe programmée mais les critères de décision n'ont pas changé. Nous n'avons rien appris.

Guy

Brûler du gaz pour faire de l'hydrogène parait peu intelligent, comparé au GPL/GNL brulé directement dans nos moteurs.

Blaizot

Oui bien sûr ; ce n’est pas pour rien que les plus grands porte containers passent au GNL ainsi que les camions américains ; les US le seul pays à faire sérieusement un effort massif pour la planète dans les transports.

Yves Pommier

Il existe des mini unités de production d'hydrogéne qui ne consomment que de l'électricité. Toute utilisation de cet hydrogéne pour remplir des véhicules (même le vélo à hydrogène) Est une bonne façon d'utiliser les énergies électriques renouvellables. (éoliennes, barrages hydroliques)

Yves Pommier

sail49. L'hydrogéne ne reste pas au sol vers le véhicule en cas de fuite (comme le GPL interdit dans les garages en sous-sol) H2 monte instantanément dans la stratosphére, il n'aurait pas le temps de faire un mélange explosif avec l'air ambiant

Ajouter un commentaire