Ultime feu vert de l'Assemblée nationale au projet de loi énergie-climat

  • AFP
  • parue le

L'Assemblée nationale a donné mercredi son ultime feu vert au projet de loi énergie et climat qui prévoit d'atteindre la "neutralité carbone" à l'horizon 2050 face à "l'urgence écologique et climatique", après une dernière charge des Insoumis dénonçant sa "vacuité".

Objet d'un accord entre députés et sénateurs fin juillet, le texte approuvé par 95 voix contre 16, et 17 abstentions, devra encore obtenir l'aval du Sénat le 26 septembre pour être adopté définitivement par le Parlement. Réaffirmant devant les députés que "les mois à venir seront ceux de l'accélération écologique", la ministre Elisabeth Borne a salué un "texte d'avenir et de vérité".

C'est "un nouveau pilier de la transition écologique" avec "des leviers concrets", a-t-elle ajouté, rendant au passage hommage à son prédécesseur François de Rugy, "qui a porté ce projet de loi", et est redevenu simple député depuis sa démission.

Le texte actualise les objectifs de la politique énergétique de la France, notamment en prévoyant d'atteindre la neutralité carbone à l'horizon 2050, une baisse de 40% de la consommation d'énergies fossiles d'ici à 2030, contre 30% précédemment, et la fermeture des dernières centrales à charbon en 2022. Il décale de 2025 à 2035 la réduction à 50% de la part du nucléaire dans la production électrique.

Il pérennise aussi le Haut conseil pour le climat et prévoit un dispositif progressif de rénovation énergétique des logements "passoires thermiques", sujet qui a enflammé les débats dans les deux chambres.

Le rapporteur Anthony Cellier (LREM) a, lui, vanté un texte aux "enjeux cruciaux", qui "donne des outils à chacune et chacun d'entre nous pour agir contre le changement climatique". Mais les députés Insoumis n'ont pas été convaincus, Mathilde Panot défendant en vain une motion de rejet préalable d'un texte "inconséquent", à la "vacuité totale", et "impropre à répondre aux enjeux liés au climat".

La plupart des autres groupes ont noté des "avancées", mais déploré un texte de loi "pas à la hauteur" (LR), "pas suffisant" (PS) ou encore "d'affichage" (PCF) et "une petite loi" (Libertés et Territoires). Certains comme les socialistes ont néanmoins opté pour l'abstention, le projet de loi obtenant l'aval de la majorité LREM-MoDem et des élus UDI et indépendants.

Commentaires

Albatros

Tout simplement physiquement irréaliste. Encore un texte qui va se heurter à la réalité et décrédibiliser nos vellétaires gouvernants.
Les postures politiciennes en matière d'environnement sont une pollution supplémentaire, une des plus graves, car elle ajoute de l'agitation en lieu et place d'actions (pour exemple, les maintenant 25 "sommets de la dernière chance du climat" et leurs cohortes d'abonnés aux voyages aériens intercontinentaux).
Bon courage à tous.

Ajouter un commentaire