Newsletters des énergies

La pétrochimie, principal moteur de la consommation future de pétrole ?

parue le
Pétrochimie

En 2017, la pétrochimie a compté pour 14% de la consommation mondiale de pétrole et 8% de la demande globale de gaz. Ici une installation de BASF à Ludwigshafen, en Allemagne. (©BASF SE)

Les produits pétrochimiques vont avoir «  une plus grande influence sur l’avenir de la demande de pétrole que les voitures, les camions et l’aviation », prévoit l’Agence internationale de l’énergie (AIE) qui appelle à porter une plus grande attention à ce secteur dans un rapport publié le 5 octobre. Explications.

14% de la consommation mondiale de pétrole en 2017

Les produits issus de la pétrochimie sont « partout et font partie intégrante des sociétés modernes », rappelle l’AIE dans son rapport consacré à l’avenir du secteur(1) : plastiques, engrais, emballages, vêtements, détergents, pneus, etc. Ils contribuent également à la construction d’installations énergétiques, y compris renouvelables comme les panneaux photovoltaïques ou les pales d’éoliennes, souligne l’AIE.

Au total, la pétrochimie compterait pour près d’un dixième de la consommation finale d’énergie dans le monde et pour presque 30% des besoins industriels d’énergie. Elle est en particulier le 2e secteur consommant le plus de pétrole (14% de la consommation mondiale de pétrole en 2017(2)) après les transports (56%) et devant les bâtiments (8%) ou la production d’électricité (5%).

« Nos économies sont fortement dépendantes de la pétrochimie, mais le secteur reçoit beaucoup moins d’attention qu’il ne le mérite », souligne ainsi le directeur exécutif de l’AIE Fatih Birol. L’AIE souhaite ainsi mettre en lumière « l’un des principaux angles morts du débat énergétique », en rappelant la spécificité de la pétrochimie : ce secteur utilise des combustibles pour alimenter des procédés comme tout secteur industriel mais elle s’en sert surtout comme matières premières (pétrole et gaz naturel) pour constituer les produits de notre quotidien.

Près de la moitié des besoins supplémentaires de pétrole d’ici à 2050

Si l’AIE insiste aujourd’hui sur l’importance de la pétrochimie dans le système énergétique mondial, c’est aussi car celle-ci « ne cesse de croître », avec en particulier la hausse de la demande de plastique dont la consommation a déjà doublé au niveau mondial depuis 2000. Malgré les politiques de recyclage développées en Europe, au Japon ou en Corée du Sud, l’AIE estime que les économies émergentes devraient fortement tirer vers le haut la demande de plastiques dans les années à venir.

Les produits pétrochimiques devraient ainsi constituer « le principal moteur de la demande mondiale de pétrole » selon les prévisions de l'AIE : ils devraient à eux seuls compter pour plus d’un tiers des besoins supplémentaires de pétrole d’ici à 2030 et pour près de la moitié des besoins supplémentaires à l’horizon 2050, soit davantage que les transports.

Compte tenu des difficultés pour trouver des substituts rentables à certains produits pétrochimiques, l’AIE appelle entre autres à concentrer les efforts sur la réduction des plastiques à usage unique et sur l’amélioration de la gestion des déchets en aval. Dans le Clean Technology Scenario (CTS) de l’AIE, jugé compatible avec l’atteinte des objectifs de développement durable de l’ONU(3), notons que la pétrochimie constitue l’unique « segment en croissance de la demande mondiale de pétrole » d’ici à 2050.

Pétrochimie
La consommation mondiale de pétrole du secteur pétrochimique avoisine aujourd’hui 13 millions de barils par jour (Mb/j). Elle pourrait augmenter de 3,2 Mb/j d’ici à 2030 selon les prévisions de l’AIE. (©Connaissance des Énergies)