Transition électrique en Inde : un développement accéléré du solaire, le charbon toujours omniprésent

parue le
Transition du secteur électrique indien

©Pixabay-Setu Chhaya

Après une décennie de croissance de sa production électrique basée sur le charbon, l'Inde compte désormais fortement s'appuyer sur les énergies renouvelables, en particulier sur le solaire photovoltaïque, pour satisfaire ses besoins futurs d'électricité. Le secteur électrique indien se trouve ainsi à « un moment charnière », prélude au « développement accéléré » du solaire, indique le think tank Ember dans un rapport publié ce 3 octobre (accessible en fin d'article).

Solaire : de 5% à 25% du mix électrique en une décennie ?

Selon les prévisions du 14e Plan national relatif à l'électricité (NEP14), la production d'électricité(1) de l'Inde pourrait, par rapport à l'année fiscale 2022 (allant du 1er avril au 31 mars de l'année suivante), augmenter de 1 492 TWh d'ici à à l'année fiscale 2032 pour atteindre alors 2 666 TWh (soit l'équivalent de 6 fois la production d'électricité en France métropolitaine en 2022).

Et les deux tiers de cette hausse de la production pourraient provenir des filières solaire (+ 593 TWh sur la période) et éolienne (+ 189 TWh), selon le NEP14.

La part du solaire dans la production indienne d'électricité pourrait passer de 5% durant l'année fiscale 2022 à 17% durant l'année fiscale 2027 et 25% à l'horizon 2032.


Évolution du mix électrique indien

Le charbon toujours omniprésent

Notons toutefois que l'Inde envisage encore dans le même temps une hausse de 22% de la production de ses centrales à charbon sur la période 2022-2032. Ce combustible pourrait encore compter pour la moitié du mix électrique indien en 2032.

Face à la forte hausse attendue des productions solaires(2) (et éoliennes dans une moindre mesure), la question de la « flexibilité » sera par ailleurs un défi majeur à relever pour le secteur électrique indien. L'Inde compte à ce titre développer massivement ses capacités de stockage par batteries (pour porter celles-ci à 47,2 GW en mars 2032 avec une capacité moyenne de « back up » de 5h) ainsi que par STEP (pour porter celles-ci à 26,7 GW en mars 2032)(3).

Ember souligne par ailleurs que le coût moyen de la production des centrales à charbon indiennes en 2023 avoisinait 4,26 roupies par kilowattheure, alors que les LCOE des derniers appels d'offres portant sur des installations solaires avec stockage atteignaient 4,04 à 4,34 roupies par kWh.

Sources / Notes
  1. Ember inclut les importations dans les données relatives à la production d'électricité de l'Inde.
  2. Les pics de consommation en Inde interviennent de plus en plus le midi et sont donc coordonnés avec la production solaire.
  3. Ces capacités pourraient respectivement compenser près de 6% de la production issues de filières renouvelables intermittentes en 2027 et environ 15% en 2032, indique Ember.

Sur le même sujet