Un été 2021 plein d’énergie : les articles qui ont retenu votre attention

parue le
Un été 2021 plein d'énergie

©Unsplash

Les publications s'arrêtent aujourd'hui sur Connaissance des Énergies jusqu'au lundi 23 août 2021. Cet été, la rédaction vous propose de retrouver une sélection d'articles ci-après qui ont particulièrement retenu votre attention depuis le début de l'année 2021. Extraits.

Éolien offshore : les Pays-Bas en tête des installations européennes en 2020 (10 février 2021)

En 2020, 356 nouvelles éoliennes offshore réparties entre 9 parcs ont été mises en service dans les eaux européennes (en incluant le Royaume-Uni et la Norvège) selon Wind Europe. Ce n’est ni le Royaume-Uni, ni l’Allemagne qui a installé le plus d’éoliennes offshore en 2020 mais les Pays-Bas (+ 1 493 MW, soit près de la moitié des nouvelles installations européennes en 2020), devant la Belgique (+ 706 MW).

Rappelons toutefois que près des trois quarts de la puissance éolienne offshore installée en Europe est toujours répartie entre deux pays : le Royaume-Uni (42% du total européen à fin 2020) et l’Allemagne (31%). En novembre 2020, la Commission européenne a présenté sa stratégie relative aux énergies renouvelables en mer dans laquelle elle fixe pour ambition de porter la puissance éolienne offshore dans l'UE (hors Royaume-Uni donc) à 60 GW en 2030 et à 300 GW d’ici 2050.

Lire l'intégralité de l'article

« Lancement du marché carbone national en Chine : le chat va-t-il attraper la souris ? », tribune de Marc Baudry (1er mars 2021)

Le 1er février 2021 a été lancée la phase opérationnelle du « marché carbone » chinois à périmètre national. Ce marché d’envergure nationale prend le relais des sept projets pilotes locaux (municipalités de Pékin, Shanghai, Chongqing, Tianjin, Shenzhen, provinces du Hubei et du Guangdong) lancés en 2013, auxquels se sont ajoutés deux autres en 2016 (provinces du Sichuan et du Fujian).

Le système d’échange de quotas d’émissions (ou Emission Trading System – ETS – en anglais) mis en place par la Chine lui donne-t-il les moyens d’atteindre son double objectif, à savoir atteindre le pic de ses émissions de dioxyde de carbone en 2030, et celui de neutralité carbone à l’horizon 2060 que le président Xi Jinping a annoncé devant l’assemblée générale de Nations Unies le 22 septembre 2020 ?

Lire l'intégralité de l'article

Bilan électrique de la France : que retenir de 2020 ? (3 mars 2021)

En 2020, la consommation brute d’électricité en France métropolitaine s’est élevée à 449 TWh, soit 5,1% de moins qu’en 2019. Cette chute de la consommation est « à la fois imputable à la crise sanitaire et à des températures globalement plus douces », selon le gestionnaire de réseau RTE.

L’énergie nucléaire a compté pour 67,1% de la production totale d’électricité en France métropolitaine en 2020 mais la filière a connu un « recul historique », générant 11,6% d’électricité en moins qu’en 2019. RTE estime que plus des trois quarts du déficit de production de la filière est « lié directement à la crise Covid ».

 Production d'électricité en France en 2020

Lire l'intégralité de l'article

Vocabulaire : faut-il privilégier le terme « décarbonation » ou « décarbonisation » ? (15 avril 2021)

La réduction des émissions de dioxyde de carbone (CO2) constitue un axe central des politiques énergie-climat. Les actions contribuant à cette réduction des émissions sont dites de « décarbonation » ou de « décarbonisation », sans qu’aucun de ces deux termes ne semble encore s'imposer définitivement sur l'autre dans le langage courant.

L’emploi de « décarbonation » est toutefois retenu dans la base de données « France Terme », qui rassemble les nouveaux termes recommandés par la Commission d'enrichissement de la langue française et validés par l’Académie française.

Lire l'intégralité de l'article

Barakah : questions sur la « première centrale nucléaire du monde arabe » (26 avril 2021)

Aux Émirats arabes unis, le premier réacteur de la centrale nucléaire de Barakah a débuté ses activités commerciales le 6 avril dernier (après avoir été connecté au réseau électrique à l’été 2020), les réacteurs 2, 3 et 4 devant suivre « dans les prochaines années », indique prudemment l'exploitant.

Les EAU « font précédent en quelque sorte en faisant entrer le nucléaire (civil) dans la péninsule Arabique », suscitant jalousie et quelques inquiétudes, à l’image du Qatar voisin ayant évoqué une possible « menace pour la paix régionale ». En renonçant à procéder à l’enrichissement d’uranium et au retraitement du combustible nucléaire sur leur territoire, les EAU martèlent pourtant leur attachement à une utilisation civile du nucléaire. 

Lire l'intégralité de l'article

« L’exploitation de nos ressources en lithium, une opportunité industrielle majeure pour la France », tribune de Christophe Rigollet et​​​​​ Bernard Tardieu (29 juin 2021)

Le lithium est en train de devenir un des principaux métaux stratégiques : sa consommation mondiale, tirée par la montée en puissance des batteries utilisées pour les véhicules électriques, est en croissance très rapide. 

Les sources de lithium sont abondantes et variées dans le sous-sol de notre planète. Les principales réserves sont situées en Amérique du Sud, au sein de ce qui est appelé le « Triangle du Lithium », constitué du Chili, de l’Argentine et de la Bolivie. L’Australie produit l’équivalent de plus de 50% de la consommation mondiale de lithium sur 8 sites. Mais le sous-sol de la France dispose également de ressources en lithium abondantes et déjà connues…

Lire l'intégralité de l'article

BP Statistical Review of World Energy 2021 : les chiffres clés de l’énergie dans le monde (9 juillet 2021)

En 2020, la consommation mondiale d’énergie primaire a chuté de 4,5% par rapport à 2019, soit la plus forte baisse depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Cette évolution est en particulier liée à « un effondrement sans précédent de la demande de pétrole » ( - 9,3% en 2020) avec l'arrêt de nombreux moyens de transport dans le contexte de la pandémie de Covid-19. 

Le mix énergétique mondial reste encore très carboné : les énergies fossiles ont, en 2020, compté pour 83,1% de la consommation mondiale d'énergie et pour 61,3% de la production mondiale d'électricité. 

 Mix énergétique et mix électrique en 2020

Lire l'intégralité de l'article


Retour des publications de Connaissance des Énergies le lundi 23 août 2021. Bel été à toutes et à tous !

Sur le même sujet