Une route suédoise pour faire rouler les camions à l’électricité

Poids lourd eHighway

Le pantographe « intelligent » qui se déploie au-dessus des camions est la pièce centrale du système eHighway. Il peut se connecter automatiquement aux caténaires jusqu'à une vitesse de 90km/h. (©Scania CV AB)

La Suède a inauguré fin juin une portion d’autoroute de 2 km équipée d’un système de caténaires(1) permettant la circulation de camions grâce à une alimentation électrique. Présentation.

Des camions reliés aux caténaires tels des trains

C’est au nord de Stockholm sur l’autoroute E16 qu’a été inaugurée la première portion de « route électrique » pour camions. Ce projet baptisé « eHighway » a été lancé par le groupe allemand Siemens et le constructeur automobile suédois Scania(2). Il consiste à faire circuler des camions en les reliant à des caténaires pour capter un courant électrique par frottement, à l’image des trains.

Les camions « eHighway » imaginés disposent d’une motorisation hybride (avec un moteur à combustion classique et un moteur électrique avec batterie) et surtout d’un système de pantographe incorporé au-dessus de la cabine du conducteur. Lorsqu’ils sont situés sur une portion de route « eHighway », un capteur détecte les caténaires et le système déploie automatiquement le pantographe afin de l’y connecter (cette opération peut également être réalisée de façon manuelle).

Le courant reçu, à une tension de 700 V(3), peut alimenter le moteur électrique du camion ou recharger la batterie embarquée avec une efficacité annoncée de plus de 80%. Ces camions peuvent se connecter et se déconnecter à tout endroit de la portion de route électrique, par exemple pour doubler un autre véhicule, en circulant jusqu’à une vitesse de 90 km/h. L’ensemble de la route reste accessible à tous les usagers.

Pantographes eHighway

Les pantographes peuvent être relevés et abaissés automatiquement ou manuellement. (©Siemens)

Un intérêt environnemental et économique à confirmer

Ce système de « route électrique » présente l’intérêt d’avoir recours à une technologie éprouvée et de pouvoir être installé facilement sur les routes existantes par rapport aux routes solaires ou à induction. Il permet par ailleurs de limiter le poids des batteries embarquées (dans le cas des camions actuellement testés, la batterie a une capacité limitée à 5 kWh conférant au véhicule une autonomie de seulement 3 km)(4).

Reste à préciser le coût global du système afin de vérifier notamment son intérêt en matière de lutte contre la pollution de l’air. Selon Siemens, ce système de traction électrique permet de diviser par deux la consommation d’énergie des camions sur ces routes. Rappelons par ailleurs qu’un véhicule électrique n’émet pas de CO2 en route mais que la production de l’électricité en amont peut en émettre (ce n’est pratiquement pas le cas en Suède où la production électrique est « décarbonée » à plus de 98%).

Le système eHighway va être testé en Suède durant 2 ans afin de voir si un développement commercial est souhaitable. Un système similaire d’eHighway doit être testé en Californie entre Los Angeles et Long Beach sur une portion de 2 miles (soit 3,2 km) à partir de 2017.

Un objectif « zéro énergies fossiles » dans les transports en Suède

La Suède s’est fixé l’objectif particulièrement ambitieux de se passer des énergies fossiles dans le secteur des transports à l’horizon 2030, une cible qui semble difficilement atteignable à l’heure actuelle. Les transports comptent aujourd’hui pour près d’un tiers des émissions nationales de CO2. Lors du Leaders Event ouvrant la COP21, le Premier ministre suédois Stefan Löfven avait rappelé que les innovations seraient la clé de cette « décarbonation ».

Le fret routier est un terrain naturel pour tester ces innovations : l’administration suédoise des transports rappelle que la grande majorité des biens circulant dans le pays est transportée par camion. Selon le World Business Council for Sustainable Development (WBCSD), le fret mondial pourrait tripler entre 2000 et 2050. Seul un tiers du fret supplémentaire devrait être transporté par rail, d’où une forte pression sur le fret routier dont les émissions mondiales pourraient, selon l’organisation, doubler d’ici à 2050.


Présentation d'eHighway par Siemens

dernière modification le