En Libye, l'industrie pétrolière subit de plein fouet la crise politique

  • AFP
  • parue le

La production pétrolière, principale source de revenus de la Libye, est de nouveau otage des divisions politiques, avec une vague de fermetures forcées de sites pétroliers, conséquence de l'affrontement entre deux gouvernements rivaux.

La Compagnie nationale de pétrole (NOC) a annoncé ces derniers jours l'arrêt des opérations dans deux importants terminaux pétroliers et la fermeture de plusieurs champs.

Résultat : des pertes de plus de 600 000 barils par jour, soit la moitié de la production quotidienne, alors que le pays doté des réserves les plus abondantes d'Afrique est en proie à une inextricable crise institutionnelle.

En février, le Parlement siégeant dans l'Est a désigné Fathi Bachagha comme nouveau Premier ministre. Mais celui-ci n'a pas réussi à évincer l'exécutif en place d'Abdelhamid Dbeibah, lequel refuse de remettre le pouvoir avant la tenue d'élections.

Considérés comme proches du camp de l'Est, les groupes à l'origine des blocages pétroliers réclament le transfert du pouvoir à M. Bachagha, soutenu par le maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'Est qui contrôle de facto plusieurs installations pétrolières.

"La fermeture des champs pétroliers est une manifestation directe de la crise politique aiguë qui se joue actuellement entre le camp pro-Haftar et le camp pro-Dbeibah", résume Jalel Harchaoui, chercheur spécialiste de la Libye.

Car c'est bien le "commandement général de la coalition Haftar qui institue délibérément un blocus pétrolier dans le but d'accroître la pression occidentale sur Dbeibah" pour qu'il "abandonne ses fonctions", décrypte-t-il.

« Enquête »

En fermant les vannes, le camp de l'Est veut priver le gouvernement Dbeibah du nerf de la guerre, l'argent du pétrole, et ainsi "forcer sa démission", abonde Hamish Kinnear, de l'institut d'analyse Verisk Maplecroft.

Or, M. Dbeibah a réaffirmé mardi qu'il ne céderait le pouvoir qu'à un gouvernement élu, exhortant "le procureur général à ouvrir une enquête" sur les blocages pétroliers.

Ces turbulences surviennent au moment où "les prix du pétrole et du gaz flambent" sous l'impact de la guerre en Ukraine, a déploré la NOC.

La baisse des exportations libyennes contribue à maintenir les marchés sous pression, faisant les affaires de la Russie, qui joue un rôle de premier plan en Libye en soutenant le maréchal Haftar, y compris militairement avec des mercenaires de la compagnie privée Wagner liée au Kremlin.

Début 2020, en pleine guerre civile, Khalifa Haftar avait déjà instauré un blocus pétrolier, mais l'échec quelques mois plus tard de son offensive sur la capitale l'avait convaincu d'y renoncer. Ce blocage avait entraîné près de 10 milliards de dollars de pertes. La production a peu à peu rebondi à 1,2 million de barils par jour en moyenne, dont l'essentiel est exporté.

« Étincelle »

Cette fois, explique Jalel Harchaoui, "l'étincelle" a été un "accord conclu entre la NOC et le gouvernement de Dbeibah le 13 avril" portant sur le transfert de "8 milliards" de dollars issus des revenus pétroliers dans les caisses du gouvernement, au grand dam de l'exécutif parallèle, qui a fustigé un "gaspillage délibéré de l'argent public pour des intérêts personnels et politiques étroits".

En retour, la NOC va "recevoir des allocations de financement d'urgence du ministère des Finances pour ses opérations", souligne de son côté M. Kinnear.

Pour Jalel Harchaoui, "cet échange de bons procédés a été perçu comme ayant renforcé la viabilité financière de Dbeibah. Or Haftar et ses partisans tiennent à ce qu'il soit étouffé et le demeure jusqu'à l'effondrement" de son gouvernement.

Mardi, l'ambassadeur des Etats-Unis, Richard Norland, et le sous-secrétaire adjoint du département du Trésor, Eric Meyer, ont mis en garde lors d'un entretien avec le gouverneur de la banque centrale libyenne contre toute utilisation des revenus pétroliers "à des fins politiques partisanes", selon l'ambassade américaine à Tripoli.

Au moment où tous les regards sont tournés vers l'Ukraine, les risques que la crise actuelle en Libye débouche sur un nouveau conflit armé semblent réels.

"Il est encore possible que nous assistions à une transition pacifique, mais vu la vitesse à laquelle Haftar perd patience, nous sommes aussi dans une situation qui pourrait facilement dégénérer en une véritable guerre", met en garde M. Harchaoui.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.