L'ancien président François Hollande défend sa politique nucléaire

  • AFP
  • parue le

L'ancien président socialiste François Hollande a défendu jeudi point par point sa politique nucléaire, vivement critiquée notamment par la droite, alors que la guerre en Ukraine a provoqué une crise énergétique et une envolée des prix sans précédent.

Fermeture de la centrale de Fessenheim, réacteurs à l'arrêt, projet de baisser la part de nucléaire dans le mix énergétique, la question de l'"indépendance énergétique" de la France a été soulevée par Les Républicains (LR) ces derniers jours.

La fermeture de Fessenheim décidée sous le mandat de M. Hollande (2012-2017) mais effective sous celui d'Emmanuel Macron, en 2020, "devait normalement être compensée par la production de Flamanville" mais, a expliqué l'ancien président à l'antenne de France inter, l'EPR de Flamanville lancé en 2007 "devait être réalisé en cinq ans, 15 ans après, il n'est toujours pas ouvert". "Donc là-dessus, s'il y a eu un manque, c'est parce que l'EPR, c'est un fait, n'a pas été livré à temps", a-t-il ajouté.

"Pourquoi il y a 30 réacteurs qui sont à l'arrêt ?", a-t-il interrogé. "Parce qu'une loi de 2006, à juste raison, sous un gouvernement de droite, a prévu qu'il fallait faire de la maintenance chaque année et tous les 10 ans" or la période du Covid-19 a retardé beaucoup d'opérations de maintenance. "Il a fallu donc faire beaucoup plus de vérifications des centrales là, dans la dernière période", a-t-il détaillé.

M. Hollande a ajouté que des fissures avaient été découvertes sur des réacteurs récents, "l'autorité de sûreté nucléaire a donc demandé, et elle a eu parfaitement raison, qu'on arrête les centrales (...) tant que ces questions de fissure n'avaient pas été réglées". Selon lui, les difficultés actuelles d'approvisionnement liées à ces "décisions de sûreté" seront résorbées "au début de l'année 2023".

Plus généralement, l'ancien locataire de l'Élysée a rappelé que dans le cadre de la transition énergétique, "la part du nucléaire va baisser à mesure que les renouvelables vont monter".

Les députés LR ont demandé mardi le lancement d'une commission d'enquête pour établir les "responsabilités politiques" dans la "perte d'indépendance" énergétique de la France, critiquant ouvertement la politique de François Hollande puis d'Emmanuel Macron lors de son premier quinquennat.

"Ce sont dix ans de politique conduite, notamment en France sous François Hollande et Emmanuel Macron, qui nous ont conduit à perdre notre indépendance énergétique qui avait été construite depuis le général de Gaulle", a affirmé de son côté mercredi le président du Sénat Gérard Larcher (LR).

Commentaires

Denis GOURGOUILLON

Il manque pas de culot!! Il avait passé un accord (en fait le parti socialiste ) avec EELV : vous fermez les centrales nucléaires et nous vous soutenons pour les élections Cela a marché et il a été élu
Ce qui est navrant c'est que c'est un accord électoral et pas une politique de l'énergie Et Ségolène Royal sa dévouée ministre de l'écologie a mis en oeuvre la fermeture, mais quand on lui demandait comment passer une pointe de nuit en hiver pas de soleil et peu de vent elle était incapable de répondre!!
Le gouvernement Hollande a eu en fait une politique antinucléaire pour satisfaire l'électorat EELV
Et les éoliennes (grassement subventionnées) conduisent à un enrichissement de certains et à une consommation de gaz pour pallier les intermittences
Bref Hollande devrait se taire sur sa politiqiue totalement nulle en matière d'énergie

Serge Rochain

Sans défendre Hollande, pendant que vous y etes dites que c'est lui qui n'a fait l'EPR dans les temps !

Gildas

En même temps, on ne ferme pas une centrale avant que son remplacement soit fonctionnel. c'est de la bonne gestion de responsable de famille.
Il semblerait qu'on ait oublié aussi qu'il y a des aléas géopolitiques aussi...
Donc le citoyen trinque pour un service dégradé.

La politique française et européenne des énergies est une vaste entreprise de subventionnement, pleine d'aubaine, de la cueillette d'électricité intermittente, limite shadock, les EnR intermittentes étant déresponsabilisées de toute garantie de fourniture d'électricité à la demande.
Pour cueillir plus, on met plus d'éoliennes et solaire, mais ça ne sert à rien la nuit ou sans vent.

Et qu'on ne dise pas que le nucléaire n'est pas non plus adapté à la demande. On ne peut pas comparer des sources d'énergies disponibles à la demande dont on peut décider de couper l'activité, avec des EnR intermittentes où il faut attendre des éléments extérieurs pour disposer d'électricité. le LOCE des EnRi devrait intégrer un coût de garantie de réponse à la demande à tout instant.

Houyo

"En même temps, on ne ferme pas une centrale avant que son remplacement soit fonctionnel. c'est de la bonne gestion de responsable de famille."
Vous, vous n'avez jamais travaillé dans l'ingénierie.

"EnR intermittentes étant déresponsabilisées de toute garantie de fourniture d'électricité à la demande.
Pour cueillir plus, on met plus d'éoliennes et solaire, mais ça ne sert à rien la nuit ou sans vent."
Vous, vous ne comprenez pas grand choses aux systèmes énergétiques, ni à la situation.

"(...)le LOCE des EnRi devrait intégrer un coût de garantie de réponse à la demande à tout instant."
LCOE. Et vous confirmez le point précédent.

Comment ça se fait, compte tenu des affirmations que vous assenez, que le secteur du nucléaire soit aussi peu dynamique partout dans le monde et ce depuis 20 ans ? Comment ça se fait que ce soit exactement l'opposé partout dans le monde (y compris là ou elles ne sont pas/peu subventionnées) pour les ENRi que vous fustigez ?
Je vous souhaite le meilleur dans le traitement de votre dissonance cognitive.

Serge Rochain

HOUYO : (Vous, vous n'avez jamais travaillé dans l'ingénierie)
Si justement, mais surtout da,s la légalité ! On a fait tourner une centrale illégalement durant deux ans car elle aurait dû etre fermée en 2018 (mise en service 1978), faute d'avoir pu passer l'examen de certification par l'ASN, les mises à niveau necessaires n'ayant pas été fait, ce qui aurait été stupide car il était prévu qu'elle fermerait en 2018..... quand on pensait encore naivement que l'EPR serai disponible !
On ne donne pas de leçon quand on ne sait pas

Rochain Serge

Je crois que vous avez un sérieux problème cognitif vous même Houyo...
Je n'ai jamais fustigé les ENR, et pour le reste si ces ENR se portent bien dans le monde contrairement au nucléaire c'est que le reste du monde pense comme moi.

MXT

Heu, Serge Rochain, vous le faites exprès ou vous n'avez réellement pas compris que le commentaire de Houyo s'adressait à Gildas.
En plus c'est le genre de commentaire que vous auriez pu écrire vous-même !
Je vous ai connu plus perspicace, bon allé je mets ça sur le compte d'une fatigue passagère ;-) Remettez -vous bien !

Rochain Serge

Son message est aligné avec celui de ceux qui me répondent. Pour casser cette logique et ne pas être ambigue il aurait du commencer son message par
@Gildas....
Mais j'avoue que j'ai été perturbé bpar l'incohérence entre le début de son message QUE JE LUI ATTRIBUAIS à tort et la fin de son message qui me semblait plus raisonnable.
C'est pourquoi je lui faisais cette remarque, sur sa cognitivité, déplacée évidement. Je lui présente donc mes excuses.
Bien cordialement a tous les deux
Serge Rochain

Rochain Serge

Eh non Gildas on n'arrête et ne redémarre pas un réacteur nucleaire comme une centrale à gaz ou une génératrice hydroélectrique dans une conduite forcée.

On n'arrête pas une réaction en chaîne le soir pour la rallumer le lendemain... Vous manquez sérieusement de connaissance dans ce domaine.
Et a la vérité le qualificatif de pilotable pour un réacteur nucleaire est totalement usurpé.
D'ailleurs si le nucléaire était pilotable, il se suffirait à lui même et n'aurait jamais eu besoin de centrales pilotable comme l'hydraulique don't on est heureusement bien pourvu. On ne se serait pas arrêté à 75 % de nucléaire dans notre mixe. On se serait jeter sur le 100 % pourquoi s'encombrer de systèmes différents alors qu' on. Peut faire avec un seul ?
Et non le nucléaire n'est pas vraiment pilotable. Il ne fonctionne bien qu'en mode dit de vase, fournissant ce pourquoi il a été construit, sans faire varier son régime.
Un 900 MW qui produit en permanence 900 MW est un réacteur qui fonctionne bien. Mais des qu'on veut le faire jouer au yo-yo les ennuis commencent.
Quand vous fermez une vanne hydraulique l'alternateur s'arrête et ne produit plus. Vous pouvez ouvrir la vanne n'importe quand, il ne se passe rien de grave. Pareil pour le robinet d'une centrale à gaz.
Mais pour le nucleaire c'est une autre paire de manche une réaction en chaîne est équilibrée chaque fission d'un atome ne doit entraîner la fission que d'un autre atome. Et on ne peut pas jouer à modifier ce rapport qui doit rester constant sous peine de voir la réaction en chaîne se transformer en bombe incontrôlable.... Comme a Tchernobyl. On n'arrête pas une réaction en chaîne pour produire moins ni on ne l'accelere pour produire plus. La marge de manœuvre est particulièrement étroite et il faut y aller à dose homéopathique dans un sens comme dans l'autre avec des barres de bore appeler barre de commande qui ont la propriété d'absorber les protons surnuméraires en fonction de leur positionnement entre les barres actives d'uranium. Mais je ne vais pas vous faire un cours de physique nucléaire.
Le résultat est qu'il faut beaucoup de temps pour faire varier la puissance d'un réacteur nucléaire et que de plus ce n'est pas du tout économique, bien au contraire on consomme les ressources de régulation de façon accélèrée et quand cela se produit trop souvent on met rapidement le réacteur hors d'usage comme beaucoup le sont aujourd'hui en dehors de ceux qui le sont pour une autre raison comme la corrosion dont on parle beaucoup et qui en sont peut être une conséquence, mais ce n'est qu'une opinion personnelle non officielle, seulement une suspicion mais bien étayée. 4 ou 5 sont en attente de maintenance, 12 corrodés... Reste une quinzaine (mare de faire du yo-yo)?

Rochain Serge

Il s'agit du mode de base et pas de case.
Et il s'agit des neutrons surnuméraires et pas des protons.

Serge Rochain

La bonne gestion c'est aussi de ne pas laisser fonctionner des réacteurs qui n'ont pas été mis au niveau et capable de reussir l'examen de passage légal permettant de fonctionner après 40 ans d'activité... et pour deux réacteurs mis en circuit en 1978 c'était 2018 !
Ensuite la bonne gestion ce n'est pas de vandre la peau de l'ourse avec l'EPR

Rochain Serge

Les torpilles mensongères du lobby nucléaire, comme les attaques personnelles tout aussi mensongères sont si nombreuses qu'il faut être en alerte permanente pour maintenir la connaissance de la réalité.
Cela vous convient comme réponse ?

Denis Margot

Lobby nucléaire ? Je n’appartiens à aucun lobby, n’ai aucun intérêt personnel ou pécuniaire dans le N, pas comme vous qui défendez bec et ongle vos placements dans l’É et le PPV. D’ailleurs, les seuls placements dans l’énergie que je possède sont dans l’éolien, comme je vous l’ai déjà dit.

Rochain Serge

Non Margot, vous n'êtes qu'une victime consentent du lobby nucléaire dont vous colportez les mensonges.
Je ne me souviens pas que vous m'ayez dit posséder des parts dans l'éolien mais je suis dans le même cas que vous j'ai mis mes économies dans ce en quoi je crois plutôt que les confier à une banque... C'est tout. Je défend la vérité pas autre chose.!

Lecteur101

M. Hollande devrait avoir la décence de la vérité. Il s'agit bien d'un arrangement électrorale.
Cette centrale de Fessenheim, que je connais bien, était en parfait état de maintenance et de fonctionnement, quand bien même la plus ancienne. Certes elle devait subir des mises à niveau, légal, c'est un autre sujet. Il fallait décider de le faire (engager les dépenses de mise à niveau) ou de fermer (en pure perte d'un actif remarquable).
On ne ferme donc pas un actif d'une telle valeur sans son remplacement effectif par EnR ou nouvel EPR, réceptionné et accrédité "bon pour services" par les autorités de tutelle.
M. Hollande fait partie de ces politiques qui doivent rendre des comptes.

Rochain Serge

Si vous la connaissiez si bien que ça vous sauriez qu'elle a atteint les 40 années de service et qu'elle aurait déjà dû être fermée en 2018 sans attendre 2020 illégalement puisque n'ayant pas passée la visite de 4em décennale pour laquelle elle n'aurait pas eu l'approbation de L'ASN faute d'avoir été mise au niveau exigé pour cette visite pour cause de fermeture programmée.
Vous dites n'importe quoi comme tous les nucleophiles.

BERNARD MANDRON

La politique énergétique de la France n' aurait jamais dû être sacrifiée sur l'autel politique minable, pratiqué par Hollande et Macron pour leur lamentable cuisine électorale. Ce conflit d'intérêt à leur profit au détriment des français auxquels on va demander des sacrifices est inacceptable.
De telles pratiques dans un domaine touchant à notre indépendance et notre liberté doivent faire l'objet d'enquêtes approfondies avec les sanctions éventuelles. L'argumentation de Hollande est assez triste dénotant une fois de plus son manque total de compétence et de vision.

Rochain Serge

Mais ce que vous dites Mandron n'est que du blabla de conviction pas même étayé de quelques vraisemblances, sans même parler de preuve, évidemment.
Consternant !

Cyril

Superphenix est dans la même ligne.
L'arrêt de Astrid? de même des centaines de millions dépensés pour tout arrêter et maintenant demander au CEA pour "trouver de nouvelles technologies dans le nucléaire civile"
J'ai pas l'impression que la gestion de l'énergie par les politiques soit efficiente (accord entre pote) mais après les industriels et les lobby ne ferait pas mieux.
Quand a Houyo "que le secteur du nucléaire soit aussi peu dynamique partout dans le monde et ce depuis 20 ans " sur les 20 dernières faut voir mais sur les 5 dernières années par contre voir les derniers mois là on ne peut pas parler de "peu dynamique", Rosatom vend très bien Westinghouse aussi quand aux startupS avec les SMR elles ne se sont jamais aussi bien portées (quand y retrouve Bill et Warrent c'est pas pour rien)

Rochain Serge

@Cyril
Si vous saviez de quoi vous parlez vous sauriez qyu SP à été un gigantesque bide qui a fourni le KWh le plus cher du monde à un niveau dont on peut espérer qu'il ne sera plus jamais atteint. Quant à Astrid il fallait une fois de plus lâcher un chèque de cinq milliards d'euros sans garentie de résultat.... Vous n'êtes pas à 5 milliards près ? C'était déjà plus que le prix annoncé de L'EPR, basée sur les technologie REP réputé bien maîtrisée et sans surprise.... Vous connaissez la suite ou je vous raconte ?

MXT

Ahhh apparemment Monsieur Rochain est déjà requinqué !
Les joutes verbales reprennent comme à la grande époque, le chevalier renouvelable pourfend de plus belle les fossiles nucléocrates !

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Suggestion de lecture