Les États-Unis tendent la main à leur « meilleur ami » allemand

  • AFP
  • parue le

Les États-Unis n'ont pas de "meilleur ami" que l'Allemagne : pour sa première tournée européenne, le secrétaire d'État américain Antony Blinken a ostensiblement tendu la main à Berlin, espérant faire oublier les conflictuelles années Donald Trump.

Signe du renouveau d'une relation historiquement proche, les deux puissances ont affiché leur volonté de surmonter cet été notamment leur différend concernant le gazoduc Nord Stream 2, et plus largement sur la Russie. "Je pense qu'il est juste de dire que les États-Unis n'ont pas de meilleur partenaire, de meilleur ami dans le monde que l'Allemagne", a assuré Antony Blinken aux côtés de la chancelière allemande Angela Merkel.

Si ces propos peuvent sonner comme une politesse diplomatique, ils paraissent trancher avec la position traditionnelle des États-Unis, qui considèrent d'ordinaire le Royaume-Uni comme leur partenaire le plus proche. "Cela commence par des valeurs et des intérêts partagés" ainsi qu'"une conviction partagée que tous les défis que nous affrontons ont un impact sur la vie des gens", a ajouté M. Blinken, dont l'Allemagne est la première étape de sa tournée européenne qui le mènera ensuite en France et en Italie.

Base commune

Angela Merkel a également insisté sur la "base très commune" des positions des deux pays, notamment face à la Russie, la Chine, "mais aussi à la question de savoir quelles alliances nous pouvons forger". Elle a promis de "poursuivre ces échanges", ce qui devrait intervenir au plus tard le 15 juillet quand la chancelière qui quittera le pouvoir après les élections législatives du 26 septembre, se rendra à la Maison-Blanche, première visite depuis l'entrée en fonction de Joe Biden en janvier.

Les propos d'un Antony Blinken, connu pour être francophone et francophile, marquent un changement notable avec l'administration Trump qui pendant quatre ans avait multiplié les coups de griffe contre Berlin tant au sujet de sa balance commerciale que de sa participation au budget de l'Otan.

Et même sur l'épineuse question du gazoduc Nord Stream 2, âpre pomme de discorde entre Washington et Berlin, les deux alliés entendent désormais se rapprocher.

Compromis

Antony Blinken a réaffirmé l'hostilité de son pays à ce projet, mais exprimé l'espoir de parvenir à un compromis avec l'Allemagne. Ce gazoduc relie la Russie à l'Allemagne via la mer Baltique sans passer par l'Ukraine. Il est soutenu par Berlin, mais très critiqué à Washington et en Europe de l'Est.

Mais "nous sommes déterminés à voir si nous pouvons tirer quelque chose de positif d'une situation difficile dont nous avons hérité", a ajouté Antony Blinken. "Nous connaissons les attentes à Washington et il est extrêmement important que nous parvenions à un résultat avec lequel Washington puisse également travailler", a affirmé de son côté Heiko Maas, disant vouloir parvenir à "des résultats bientôt".

Concrètement, il a notamment émis l'espoir de progrès avant la visite de la chancelière allemande Angela Merkel à Washington. L'objectif est de parvenir au plus tard à une entente d'ici août quand l'administration américaine devra de nouveau présenter au Congrès un rapport sur le gazoduc et les sanctions prévues dans ce cadre.

Les médias allemands ont évoqué la possibilité d'un compromis incluant un mécanisme de compensation pour l'Ukraine. Principal pays de transit du gaz russe vers l'Europe aujourd'hui, ce pays redoute avec le gazoduc de perdre de l'argent et craint aussi des conséquences pour sa sécurité.

L'heure est à l'apaisement. Le gouvernement de Joe Biden a décidé fin mai de ne pas sanctionner les acteurs principaux de Nord Stream, reliant la Russie à l'Allemagne en contournant l'Ukraine.

Les dirigeants allemands, au premier rang desquels la chancelière, n'ont pas caché ces derniers mois leur soulagement de voir Joe Biden entrer dans le Bureau ovale. Autre signe de volonté d'un rapprochement, les deux ministres des Affaires étrangères se retrouveront à nouveau jeudi pour visiter ensemble le Mémorial de l'Holocauste à Berlin.

Ajouter un commentaire

Sur le même sujet