Loi climat: le Sénat relance le débat du nucléaire

  • AFP
  • parue le

Le Sénat a conditionné vendredi, lors de l'examen en première lecture du projet de loi climat, l'arrêt de réacteurs nucléaires à la mise en place de capacités nouvelles de production d'énergies renouvelables équivalentes, une disposition qui a fait débat et que les députés pourront supprimer.

La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili s'est vivement opposée à "un article ni fait ni à faire". "J'aimerais tellement que ce soit si simple!", s'est-elle exclamée, soulignant que "la politique énergétique est beaucoup plus complexe que ça". La ministre a également insisté sur la question "essentielle" de la sûreté nucléaire.

Pour le rapporteur Daniel Gremillet (LR), cette mesure vise à "conforter l'objectif de décarbonisation du texte", tout en sécurisant la fourniture d'énergie électrique.

"Cet hiver on sait tous qu'on a joué avec le feu", a-t-il noté. Mme Pompili a indiqué que les importations d'électricité "ont augmenté de 22%" en 2020 par rapport à 2019.

"C'est la ceinture de sécurité cet article", a insisté la présidente LR de la commission des Affaires économiques Sophie Primas. "Il n'y a pas ceux qui veulent du tout nucléaire, ceux qui veulent du tout renouvelable, il y a simplement dans cet hémicycle des élus de la République qui souhaitent que nous ne soyons pas en black-out".

Le Sénat à majorité de droite a adopté un amendement précisant dans son dispositif la nécessité de respecter les règles de sûreté nucléaire.

"On ne pourra pas - sauf à prendre décennie par décennie et année par année de plus en plus de risques - garder le stock actuel de centrales nucléaires, c'est une illusion française", a averti l'écologiste Ronan Dantec.

La part du nucléaire, qui représente actuellement 70% du mix énergétique français, ne devrait plus en représenter que 50% en 2035.

Commentaires

Collin

Le parc automobiles électriques français va augmenter considérablement . Il va y avoir un moment ou la production de nos centrales nucléaires actuelles sera insuffisante pour assurer leur recharge . Que proposent nos écologistes ? Le rationnement ? L'importation d 'électricité ?

EtDF

"On ne pourra pas - sauf à prendre décennie par décennie et année par année de plus en plus de risques - garder le stock actuel de centrales nucléaires, c'est une illusion française", a averti l'écologiste Ronan Dantec.

Parmi les illusionnistes français il y a R. Dantec, et R. Charlou.. Voir l'exemple Allemand où on commence à se rendre compte qu'éolien, photovoltaïque, méthanisation..., ça ne marche que si les pays voisins ne pallient à l'intermittence des EnRi, intermittence également enfumée par le recours de plus en plus fréquent au gaz (russe) dont les illusionnistes n'ont pas encore admis (les coquins) qu'il relâchait force de CO2.. C'est ce que l'on appelle l'intermittence vert-de-gris...

michel

l exemple allemand ....sortir du nucleaire en 2022 et du charbon en 2035...neutralite carbone en 2050 ou meme avant.....economie florissante sans deficit chronique,...
Lider dans le machine outil, chimie, pharmaceutique, automobile......interconnection avec la Norvege permettant le stockge massif hydroelectrique de toute la production eolienne offshore en mer du Nord .....Le monde serait il devenu fou? seule la France avec son industrie nucleaire chere et obsolete aurait raison ?

Thierry B

La France a tellement raison qu'elle essaie de relancer dans les constructions nouvelles les radiateurs électriques ces fumeux grille-pain qui consomme de l'électricité. Et ce afin de justifier les investissements colossaux et rentabiliser un peu ces trous sans fond que sont nos centrales. Quand à intermittence des ENR elle sera pratiquement compensée par le nombre de plus en plus important de VE qui pourront stocker puis redonner des kW aux périodes creuses grâce à la recharge bidirectionnelle (fonction V2L). Dans un premier temps dans l'habitat individuel (+ de 60% de l'habitat existant) avec des capteurs photovoltaïques ou le VE pourra compléter et permettre de se rapprocher d'une totale autonomie. Ainsi disparaitront petit à petit tous ces pylônes indispensables à la fabrication centralisée de l'énergie. Tous ces milliards dépensées pourront alors être redirigés vers les hôpitaux , l’enseignement la recherche l’aide aux entreprises innovantes. Ma question, pourquoi les Français aiment les dirigeants qui nous font construire des lignes Maginot, des Concordes, Un France, L’Epr de Flamanville, les véhicules diesel par des taxes favorables qui seront bientôt interdits? J’aimerais bien trouver quelques explications à cette interrogation.

Point

Le Sénat est tout simplement lucide sur les risques de black-out du réseau électrique national si on substitue des moyens de production d'électricité pilotables (nucléaire, thermique) par des moyens de production intermittents (éolien et solaire). C'est du bon sens qui semble manquer à Mme la ministre.
Et puis les français sont aussi conscients de l'incroyable gabegie de la fermeture de Fessenheim, une centrale nucléaire qui aurait pu apporter pendant plusieurs années une énergie propre (pas de CO2), sûre (reconnue par l'ASN) et compétitive.
La France va t-elle enfin défendre le 3ème secteur industriel français, après l'aéronautique et l'automobile, fort de 220000 emplois directs, face à la volonté destructrice de l'UE poussée par l'Allemagne ?

studer

Cette ministre est d'une arrogance et d'une incompétence rare. Le comble, elle qui n'a aucune connaissance scientifique, est lorsqu'elle prétend que "la politique énergétique est plus complexe que ça" : celle qui ne résonne que par dogmes, qu'en sait-elle ?
Quant aux écolos qui infestent les bancs de l'AN et qui ont la haine du nucléaire pour tout bagage scientifique, ce sont des irresponsables : si on ne relance pas le nucléaire, nous aurons la décroissance économique ET le réchauffement climatique.
Pour avoir de l'électricité quand on ne dépendra que des éoliennes, il faudra attendre qu'il y ait du vent (le stockage d'électricité est une chimère), et on la payera très très cher. Ou alors on se résoudra comme les allemands et les belges à installer des centrales au gaz venu de Russie. CO2 et dépendance à Poutine en seront les conséquences directes.
Et ces ignares ne seront plus depuis longtemps aux manettes : c'est la raison pour laquelle je dénonce leurs propos et décisions pour laisser le plus de traces écrites de ces alertes et m'en servir pour demander des comptes le moment venu, devant la Justice. Le délit d'écocide mais aussi celui de tromperie feront l'affaire.

Schricke

Tout à fait d'accord avec vous !...Madame la Ministre se refuse à appeler un chat un chat, et continue d'ignorer, comme le plupart des "écolos" anti-nucléaires viscéraux par idéologie, les très médiocres résultats, tant en matière de coût du Kwh, que des rejets de GES du "modèle" Allemand, dans lequel les mêmes veulent à toutes fins nous engager... Heureusement, une partie, plus "factuelle" et plus pragmatique de nos représentants parlementaires, veille au grain ! Espérons qu'elle finira par triompher des "faux-semblants" !
Mais je crains, Mr Studer que vous fassiez de la peine à notre "grand Maître" Rochain, qui risque de s'étrangler !...

michel

Etre un lobbyste du nucleaire devient une mission impossible. Les chiffres, chaque annee, deviennent de plus en plus implacables. Meme Macron et Louis Philippe, fervents defendeurs du nucleaire, ont du faire marche arriere et laisser la decision finale au gouvernement suivant. Aujourd hui, en 2021 (et non en 1970), on construit et installe 100 eoliennes offshores en 2 ans (puissance de 100x15MW = 1500MW ou l equivalent d un EPR) (disponibilite superieur a 50% pour ces nouvelles eoliennes (le nucleaire belge avait une disponibilite de 48% en 2020)) Moins cher, plus rapide d installation, pas de dechets nucleaires ingerables, l eolien a un bel avenir devant lui. Les USA, la chine, L inde, le Bresil, L allemagne, le royaume uni , le Maroc, l Irlande , Lespagne , les pays scandinaves, la corree du sud, le Mexique
semblent l avoir compris.

Thierry B

Une façon assez simple d'en finir avec ces débats stériles est d'organiser un référendum national sur le nucléaire. Ou là là, je dois avoir dit un gros mot, j'entends déjà les tenants du nucléaire affirmer comme à chaque fois que l'on veut faire appel au choix des Français. "La réponse à la question posée est toujours pour sanctionner le gouvernement en place"... Ce type d'argument peu étayé se base sur combien de référendums ? A 61 ans, j'ai participé en tout et pour tout à 2 référendums. Est-ce suffisant pour affirmer que les Français ne répondent pas à la question ? Pourtant nos compatriotes ont bien répondu à la question à chaque fois, oui à Maastricht, non à la Constitution Européenne (qui avait vu Sarkosy et Hollande demander à voter oui). Ma conclusion est que les arguments en faveur des centrales sont si peu convaincants que leurs défenseurs sont vent debout contre un référendum.

Albatros

Vous en avez loupé au moins un, de referendum, cher Thierry. Et les trois qui ont eu lieu (nous sommes à peu près du même âge) n'ont pas dérogé à la "règle" : les électeurs n'ont pas répondu à la question... Tout comme certains qui hier ont voté pour des listes qui promeuvent la sécurité alors que ni la région ni le département n'ont de prérogatives sur ce thème.
Cordialement.

Thierry B

Vous avez raison j'en ai oublié un, donc sur trois votations vous en tirez une règle générale ! cela me parait bien peu scientifique comme raisonnement. Pour les autres élections (qui ne sont pas des référendums), elles n'étaient pas l'objet de mon intervention. Pour revenir au dernier référendum concernant le traité établissant une constitution pour l’Europe, Le Oui été soutenu par un ensemble de personnes politique de tous les bords et une grande majorité des médias, ce qui me laisse penser que l'idée selon laquelle un référendum ne peut être organisé, car la réponse est toujours avec un objectif de contrer le gouvernement en place ne tient pas. Pourquoi les Suisses lorsqu’une question divise les citoyens organisent-ils des votations ? Nous les Français nous sommes tellement plus malins...Et tellement malins que nous ne vendons à plus personne...

Ajouter un commentaire

Sur le même sujet