La société Voltaéro lance un tour de France de son avion hybride électrique

  • AFP
  • parue le

Un avion hybride électrique capable de transporter 10 passagers : la société Voltaéro a lancé mercredi le vol inaugural de cet aéronef du futur, une "première mondiale", qui a décollé de Royan, avant d'entamer un tour de France, a constaté l'AFP.

"À ma connaissance, il s'agit d'une première mondiale, confie à l'AFP Didier Esteyne, pilote d'essai et cofondateur de la société Voltaéro, à l'origine de ce vol inaugural depuis la Charente-Maritime. "Beaucoup de gens à travers le monde se sont lancés dans les motorisations 100% électrique mais pas dans l'hybridation moteur thermique et moteur électrique", explique-t-il.

Le pilote et son binôme cofondateur de Voltaéro, Jean Botti, tous deux anciens cadres d'Airbus, veulent lancer en 2022 une gamme de trois modèles d'avions de quatre, six et dix places propulsés par cette motorisation de nouvelle génération. Une flotte à même "de relancer une aviation générale française pour tout le monde, voyages d'affaires, de loisirs ou commerciale", espère Jean Botti.

Ce mercredi, le "Cassio 1", un Cessna 337 de six places transformé "en banc d'essai volant", selon Didier Esteyne, a assuré ce premier vol mais ce sera son successeur, le "Cassio 2", aux lignes et aux hélices modernes dessinées par Voltaéro, qui sera commercialisé dans une fourchette de prix allant de 700 000 euros à 2,3 millions d'euros selon le modèle", annonce Jean Botti.

Si pour les modèles de quatre et six places une licence de pilote privé classique suffira, la licence commerciale sera exigée pour la version dix places. Avec un moteur thermique couplé à cinq moteurs électriques, dont trois capables aussi de générer de l'électricité pour alimenter l'ensemble en énergie, le Cassio 1 "a la puissance pour transporter dix personnes et l'autonomie pour voler 1 200 kilomètres ou pendant trois heures et demi", assure Jean Botti. "Il sera très compétitif pour des liaisons entre Bordeaux et Lyon par exemple", fait-il valoir.

Voltaéro prévoit également de fonder une école pour former pilotes et mécaniciens. "Ce sera impératif pour savoir utiliser les batteries de haut voltage - je parle de 500 volts par batterie et d'une batterie par moteur - et maîtriser une puissance de 800 chevaux au total. Nous vendrons la formation avec l'avion", développe Jean Botti.

Pour faire encore la démonstration que le Cassio 2 sera l'avion « propre » et beaucoup moins bruyant que toute l'aviation attend, le duo va se lancer dans une quinzaine de jours dans un tour de France qui débutera à Vannes (Morbihan) et marquera onze étapes à Tours (Indre et Loire), Le Havre (Seine-Maritime), Toussus-le-Noble (Yvelines), près de Paris, puis Troyes (Aube), Dijon (Côte-d'Or), Annecy (Haute-Savoie), Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), Nîmes (Gard), Toulouse (Haute-Garonne) et enfin Angoulême (Charente).

Commentaires

Antoine Jouan

Je ne vois pas beaucoup d'intérêt à ce type de démonstration.
On reste dans le domaine du connu.
Et il n'est pas bien intelligent de mettre du poids (celui des batteries) dans l'appareil pour voler.

Zamur

"Avion hybride électrique". Je n'ose pas imaginer les principes ... Les batteries se chargent en volant ? Ce type d'aéronef ne gagnera pas la confiance de passager moyen, même s'il est piloté par le descendant d'Einstein.

Postyt94

Vous êtes déplorable ...

Vos commentaires sont affligeants.

Marc Diedisheim

Bonjour Monsieur. Merci pour le lien vers cette vidéo qui ne présente aucun argument chiffré sur les économies de carburant fossiles réalisées. Le seul chiffre mentionné au passage est la réduction de la traînée aérodynamique de plus de 50%, mais il manque la référence: 50% de moins que quoi ??? En bref, 7 minutes de vidéo pour aucune information. Beaucoup de bruit pour rien. On trouve sur le site Voltaéro quelques informations sur la propulsion hybride et ses "avantages", mais rien sur la masse des batteries embarquées. On peut tout juste estimer cette masse à partir du vol "tout électrique maximal" de 200 km avec une puissance maxi de 330 kW pour le "Cassio 330". Si on suppose une vitesse moyenne de 200 km/h et une puissance appelée moyenne de 250 kW, on obtient un ordre de grandeur de 250 kWh, ce qui représente 1 tonne de batteries pour remplacer 25 litres de kérosène ... Ces 25 litres pourraient être neutres en CO2: bio-kérosène, ou kérosène de synthèse dont l'usage a déjà commencé dans l'aviation civile. Si vous avez des chiffres plus fiables, merci de nous les communiquer. Bien cordialement.

Postyt94

C'est noté avant chaque article du site : "brèves AFP" ...

"BRÈVE", alors pour satisfaire votre niveau de spécialiste scientifique n'hésitez pas à vous rendre sur les sites idoines.

Ici, c'est simplement de l'information générale, spécialisée certes, mais générale.

Alors pour approfondir, reprendre au début du post ...

Ps: et SVP, arrêtez d'être systématiquement négatif face aux gens qui cherchent, expérimentent, trouvent des solutions.
Bref, qui eux font avancer les choses.
La recherche d'aujourd'hui, c'est les emplois de demain (c'est pas moi qui l'ai dit en premier ...).
Ayez une pensée pour vos petits enfants ...

Michel CHENEBEAU

En pensant à mes petits enfants, je préfère ne pas prendre l'avion, hybride ou pas.

Marc Diedisheim

Pensez-vous que les questions aussi cruciales (et scientifiques, en effet) puissent être traitées par des "brèves" , et que ces "brèves" puissent être de véritables vecteurs d'information ? Bien cordialement.

Postyt94

Ben, et votre psy, il en pense quoi ?

Zamur

Si les chercheurs voulant faire voler les batteries très lourdes avancent dans une impasse, encouragés par des écologistes sans formation technique, il faut les prévenir. Les subventions ne pourront pas être attribuées à ce type d'idées.

Ajouter un commentaire

Sur le même sujet