Newsletters des énergies

Taishan 1 : le « modèle » des EPR est en service

parue le
EPR Taishan

Connecté au réseau électrique chinois fin juin 2018, Taishan 1 est désormais officiellement « en exploitation commerciale ». (©EDF)

En Chine, un des deux réacteurs de la centrale nucléaire de Taishan est entré en exploitation commerciale le 13 décembre. C’est le premier EPR au monde à atteindre ce stade.

Taishan : une production attendue de 24 TWh par an

Située dans la province de Guangdong au sud de la Chine, la centrale de Taishan se déploie sur près de 400 hectares (soit l’équivalent de la superficie de près de 500 terrains de football) au bord de la mer de Chine méridionale. Elle comprend 2 EPR de 1 660 MW de puissance chacun(1), dont la première tranche - Taishan 1 - est officiellement considérée « en exploitation commerciale » depuis la fin des derniers tests réglementaires le 13 décembre (168 h de fonctionnement continu à pleine puissance).

Pour rappel, le projet de Taishan est porté par TNPJVC, une joint-venture regroupant China General Nuclear Power (CGN - 51%), EDF (30%) et l’électricien chinois Yuedian (19%). Au total, la centrale pourrait produire « jusqu’à 24 TWh d’électricité par an » (ce qui impliquerait un facteur de charge de 82,5%), soit l’équivalent de la consommation électrique annuelle de 5 millions de Chinois selon l’exploitant.

La construction de Taishan 1 aura duré près de 9 ans(2) et mobilisé plus de 15 000 ouvriers « au plus fort du chantier »(3). La mise en service de Taishan 2 interviendra quant à elle « courant 2019, sans préciser le planning des différentes étapes », indique EDF(4).

Le tarif de revente de l’électricité produite par la centrale de Taishan est actuellement « en cours de définition par les autorités chinoises et sera arbitré plusieurs mois après la mise en service de l’unité 1 »(5), précise-t-on chez EDF (un tarif « de transition » non connu sera dans un premier temps appliqué par CGN).

Chine : 46 réacteurs nucléaires en service mais moins de 4% de la production électrique

Bien qu’ayant subi près de 5 ans de retard par rapport au calendrier initial, le chantier de Taishan est cité en exemple en comparaison avec les autres projets d’EPR dans le monde en Finlande (Olkiluoto 3) et en France (Flamanville 3) dont les constructions ont commencé avant le projet chinois mais qui accumuluent retards et surcoûts. Taishan 1 pourrait en particulier servir « de modèle pour le projet commun de Hinkley Point C », souligne He Yu, président du groupe CGN qui est associé à EDF au Royaume-Uni.

Pour rappel, la Chine dispose d’un parc nucléaire de 46 réacteurs « opérationnels », 11 autres tranches étant en cours de construction selon les dernières informations de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA)(6).

Précisons toutefois que le nucléaire n’a compté que pour 3,9% de la production électrique chinoise en 2017, loin derrière le charbon sur lequel repose encore près de 65% du mix électrique national. À ce titre, la centrale de Taishan pourrait éviter l’émission d’environ 21 millions de tonnes de CO2 par an selon l’exploitant.

Mix électrique de la Chine
En 2017, l'énergie nucléaire a compté pour 3,9% de la production électrique chinoise. (©EDF)