Newsletters des énergies

Le CO<sub>2</sub> aérien français écrase la COP21 !

L’annonce par Air France d’une offensive commerciale pour concurrencer la SNCF dans l’hexagone montre que, décidément, la route sera encore très longue avant de voir intégrées les thématiques du climat et de l’énergie dans les objectifs de croissance et de gouvernance. À quelques mois de la Conférence Climat de Paris, médias et décideurs n’ont toujours rien compris. C’est consternant !

À un jour près, on aurait pu croire à un poisson, trop gros pour être vrai! Mais voilà, c’était… le 2 avril ! Résumons ce poisson avec une question : « comment, en France, émettre 30 fois plus de CO2 dans le secteur des transports alors que l’objectif est de diviser le total des émissions du pays par 4 avant 2050 ? » Deux entreprises, vieilles habituées des tutelles publiques, sont les acteurs majeurs de cette improbable farce. 

De quoi s’agit-il donc ? C’est tout simple : Air France déclare la guerre des prix à la SNCF sur tout ce qui est liaisons intérieures. Notre chère compagnie aérienne invite les usagers-clients à la rejoindre en délaissant le train. Il faut dire que sa filiale baptisée « Hop », comme pour mieux symboliser la profondeur de la réflexion, propose des prix défiant toute concurrence ferroviaire ! L’ordre de grandeur moyen, c’est bien trois fois moins cher par les airs ! Rappelons que ces prix très bas sont possibles parce que le kérosène est le seul carburant qui n’est pas taxé.

Trois fois moins cher, c’est bien le seul chiffre que retiennent les médias, y compris ceux qui sont censés éclairer la chose économique. Dans le traitement médiatique qui a suivi la conférence de presse fort fréquentée d’Air France-Hop, il n’a jamais été question d’énergie ou de climat. Jamais ! Nulle part ! C’est un silence qui en dit long. Paris va accueillir en décembre la Conférence Climat présentée comme étant la toute dernière chance de contenir le réchauffement climatique dans des limites gérables.

Toutes les entreprises françaises se mobilisent pour affirmer qu’elles détiennent des solutions dans tous les domaines. Des livres, des documentaires, des éditions spéciales vont nous envahir dans les mois qui viennent. L’appareil de l’État est tout autant mobilisé, et à tous les étages. Les collectivités locales rivalisent d’annonces et de colloques. Tout cela est bien sûr positif mais ces initiatives auront une influence dérisoire sur la COP21 elle-même.

Un voyage en avion à l’intérieur de l’hexagone émet 30 fois plus de CO2 qu’un voyage en TGV...

Espérons en tous cas que cette histoire de transport et de CO2 ne franchira pas les frontières. Quel est le problème en fait ? Une entreprise, Air France, encore détenue par l’Etat à hauteur de 16%, veut prendre des parts de marché à une autre entreprise, la SNCF, 100% publique. Bel exemple de tentative de redressement de compte en creusant les déficits des voisins ! En plus, Air France s’attaque clairement au TGV, en grande difficulté, et qui au passage a été largement financé par l’État et les collectivités, autrement dit les contribuables.

Y a-t-il quelque part un ministre des transports, de l’économie ou de l’énergie, sans parler des finances évidemment, qui pourrait juste poser une question concernant l’énergie et le climat ? Y a-t-il, quelque part, un expert, un service de l’État, qui pourrait rappeler quelques données chiffrées ? Selon une étude commandée par la SNCF au cabinet spécialisé Carbone 4 et validée par l’Ademe, un voyage en avion à l’intérieur de l’hexagone émet 30 fois plus de CO2 qu’un voyage en TGV.

Exemple : pour deux personnes, un Paris-Nice, c’est 7 kilos et demi de CO2 en train, mais 206 en avion ! Air France a contesté ces chiffres mais a du mal à prouver le contraire. De plus, les voyages court et moyen-courriers sont les plus émetteurs de CO2 au kilomètre par voyageur en raison du très fort besoin d’énergie pour le décollage. Et même si le rapport n’était pas de 1 à 30 mais de 1 à 20 ou 10, l’énormité serait toujours là.  

Pas un seul responsable politique, pas un seul média, pas un seul décideur économique n’a donc émis la moindre critique ou la moindre question sur cette affaire. Si l’on veut faire un succès de la Conférence de Paris, il va falloir vraiment commencer à regarder plus loin que le bout de son fuselage…  


Commentaires

Efficacité énergétique & économique. Pourquoi n'arrive t-on pas à faire 3x moins cher en train ?

Quelle idéologie est à la base de ces plans (ordres d'idées en décennies et en dizaines de milliard d'euros) rendant non concurrentielles = inefficaces nos lignes de TGV ?

Soit on crée un monde de punitions, taxations, interdictions pour faire marcher tout le monde droit, quelle que soit la doxa ;
Soit on fait preuve de pragmatisme, l'économie se compte avec de l'argent, les acteurs font des arbitrages, "A quel tarif peut-on sortir tel ou tel trajet en train ?" si le train est une solution vraiment plus écologie ?
Il n'est pas indécent qu'une compagnie (surtaxée) apportant une telle contribution à l'économie française, se batte pour survivre face à la SNCF qui coûte environ 10 milliards € annuellement au contribuable (subventions diverses, reprises de deficits, RFF, retraites).
Trop facile de jouer à l'écologiste irresponsible !
1- AF n'est pas surtaxée, puisque le carburant ne l'est pas. Une compagnie de bus, l'est donc plus.
2- AF peut se battre contre la concurrence d'autres compagnies aériennes, sans qu'on vienne lui chercher des poux.

On a financé avec le denier public (et on continue) des lignes à grande vitesse, Il me parait évident qu'il faut les amortir, même si la SNCF a ses propres problèmes (défaut d'entretien menant à des retards préjudiciables aux voyageurs), besoin de plus de personnel, cafouillage dans la séparation RFF/SNCF, besoin de gérer à la fois des réseaux très rentables et d'autres qui le sont beaucoup moins...

Mais surtout, pour des vols domestiques, ne pas taxer le kerosène semble une zone franche consentie à AF, on aimerait bien savoir pourquoi...
J'aimerai bien qu'on quantifie la contribution d'Air France au PIB puisque l'économie c'est de l'argent. Ceci dit, on fait de l'économie ou de l'écologie. A vous de choisir.
Non seulement, le kérosène est le seul carburant non taxé en France, mais l'aérien bénéficie d'une fiscalité très attractive en termes de TVA. Il n'y a pas de TVA sur les billets internationaux et TVA réduite sur les lignes intérieures et l'aviation d'affaire.
Quant à la remarque faire de l'écologie ou de l'économie, il faut choisir, il y aurait beaucoup à dire. L'économie n'est pas un but en soi, mais un moyen pour améliorer le bien-être des citoyens, et faire de l'économie en détruisant la santé des populations survolées, c'est jeter le bébé avec l'eau du bain !
Le profil-type de l'écologiste français est en general assez déconnecté de l'économie réelle : Enseignant, fonctionnaire, ou vivant des deficits de l'Etat et des impôts de ceux qui créent des richesses. Bien facile dans ses conditions de donner des leçons !
Savez-vous ce qui se passe dans le monde réel ? Au Caire ? à Jakarta ? à Moscou ? Des milliards d'habitants que ce sujet indiffère, et qui se gausseraient des donneurs de leçons d'une France phare du monde... mais déjà économiquement coulée !
@ Patrick : Dans les pays dits développés, l'économie n'arrive plus à améliorer les bien-être des populations ; aujourd'hui, elle le dégrade, elle détruit la santé des populations.
@ Ripoche : Allez demandez au Pékinois ou aux Shanghaiens qui crèvent la gueule ouverte si le sujet les indiffère. Quant à votre profil-type, il est indifférent au débat.
Le plus grand reste la non taxation du kérosène. Combien payez-vous de taxe pour votre carburant ? Reste aussi la santé des gens survolés. Regardez les cartes d'airparif pendant les pics de pollution. C'est édifiant ! Les plates-formes aéroportuaires de l'Ile de France sont en ROUGE
1/ Il n'y a pas de TVA sur les vols internationaux, car il n'y a jamais eu de TVA sur les ventes à l'international
2/ Le kérozène n'est taxé dans aucun pays. Vous voulez que la France (phare du monde) montre l'exemple, comme dans de nombreux domaines où elle se ridiculise ? Cela ferait le bonheur des companies du Golfe (qui ont reçu 40 milliards de subventions en 7 ans). Elles ont commandé plus de 250 Airbus 380 qui embarquent 150.000 litres de carburant pour un Dubai-Paris.
3/ Votre train est nucléaire à 80%. Il serait souhaitable que vous vous mettiez d'accord avec les ecologistes d'outre-Rhin qui préfèrent l'électricité thermique...
La France phare du monde ... Je suis plié de rire.
C'est pourtant cela que vous prétendez être...

Ajouter un commentaire