Électricité : les négociations salariales débutent chez RTE, dans un climat social tendu

  • AFP
  • parue le

Les négociations salariales annuelles ont débuté chez RTE, le gestionnaire des lignes à haute et très haute tension, où règne depuis quelques mois un climat social tendu, a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

Les négociations, lancées avec une première réunion mardi, ont "plutôt mal" démarré, selon Francis Casanova, délégué syndical central CGT pour RTE, qui n'a pu que constater un gouffre entre ce que réclame son syndicat et les propositions de la direction, notamment en ce qui concerne les augmentations générales de salaires.

Afin de "compenser l'inflation sur 2022/2023", la CGT, premier syndicat du groupe avec près de 40% de représentativité, réclame 6,9% d'augmentation pour tous.

La direction, contactée par l'AFP, indique avoir proposé, après cette première séance, 2,3% d'augmentation pour tous les salariés, ainsi qu'une "prime pérenne" de 2% avec un plancher de 95 euros/mois pour l'ensemble des salariés et une enveloppe de 1,84% d'augmentation pour des mesures individuelles.

Ces propositions ont fait l'objet, selon M. Casanova, d'un "refus unanime des organisations syndicales". Côté CGT, "on considère qu'il n'y a que le salaire qui peut compenser réellement l'inflation".

Le climat social au sein de RTE est tendu notamment depuis le placement en garde à vue de quatre agents début octobre dans les locaux de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), à la suite d'une plainte de RTE.

Cette plainte contre X vise des soupçons d'interventions frauduleuses sur le réseau électrique dans le cadre de mouvements sociaux en juin et juillet. Les quatre agents sont convoqués devant le tribunal correctionnel de Paris le 28 février prochain.

La Fédération CGT de l'énergie avait alors dénoncé une "criminalisation du droit de grève", visant à "faire taire les revendications salariales".

Une journée de grève jeudi 24 novembre, à l'appel d'une intersyndicale, a mobilisé 40% de grévistes sur les effectifs présents, selon la CGT, la direction évoquant pour sa part un taux de 34%.

Une nouvelle réunion de négociation est prévue le 1er décembre.

Commentaires

Philippe Vincent

Une foi de plus la CGT est à la manœuvre pour lui même perso, et temps pis pour les clients, les moments de tension sont des moments extraordinaires pour eux, ce qui évitera de ce justifier....
Pas la peine de vous exciter, je ne répondrai pas.

Pascal T

Rte c’est le transport électrique
Leurs « clients «  c’est enedis et des gros industriels alimentés en HTB
donc pour un usager c’est transparent 🤔
Cdt

Schricke

Bravo les gars, on est tous avec vous, seule la mobilisation paie !

regis

Au vu des fautes d'orthographe, de la méconnaissance du sujet, sans doute analysé après quelques verres au Bar ?
..Effectivement..
Y'a pas de quoi s'exciter..

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.