L'Équateur évoque un risque de faillite en cas de jugement favorable à Chevron

  • AFP
  • parue le

L'Équateur a averti mardi contre le risque de faillite si le tribunal international d'arbitrage de La Haye prenait une décision en faveur du pétrolier américain Chevron, qui conteste une amende record de 19 milliards de dollars infligée par la justice équatorienne pour pollution. "Une sentence en défaveur de l'Équateur devant le tribunal de La Haye pourrait ruiner le pays", a déclaré le ministre équatorien des Affaires étrangères, Ricardo Patiño lors d'une conférence de presse à Quito.

Si l'Équateur devait finalement s'acquitter du montant de l'amende, cela représenterait "20% du produit intérieur brut", ce qui reviendrait à perdre "pratiquement toutes les exportations équatoriennes, qui atteignent 24 milliards de dollars", a poursuivi le ministre.

Chevron, condamné par la cour de la province amazonienne de Sucumbios (nord) pour une pollution attribuée à Texaco, qu'a racheté en 2001 le géant américain, affirme que c'est en réalité la compagnie publique équatorienne Petroecuador qui est à l'origine des dégâts environnementaux.

Chevron "dépense des centaines de millions de dollars pour mener une campagne sale contre l'Équateur, pour échapper à ses responsabilités, et en plus, pour faire porter aux citoyens de notre pays le paiement de leur amende", a encore affirmé M. Patiño.

Poursuivi à l'origine par quelque 30 000 indigènes et agriculteurs, le géant pétrolier a affirmé le mois dernier avoir été exonéré par un tribunal d'arbitrage international à La Haye, une victoire juridique contestée toutefois par l'Équateur.

Le président équatorien, Rafael Correa, un dirigeant socialiste critique envers les États-Unis, a lancé une campagne contre Chevron, appelant à un boycottage mondial de la compagnie pour avoir provoqué "un des pires désastres environnementaux de la planète".

Modération des commentaires

Les commentaires sont désactivés sur notre site durant la période estivale (jusqu’au lundi 29 août) afin d’éviter les spams en l’absence d’un modérateur.

Nous vous remercions de votre compréhension et vous souhaitons un bel été.

La rédaction