Le stockage de déchets nucléaires en couche géologique profonde : tour d'horizon des projets concrétisés dans différents pays

  • AFP
  • parue le

Le stockage définitif de déchets nucléaires en couche géologique profonde est une solution envisagée par plusieurs pays. Quelques projet ont déjà été concrétisés, tandis que d'autres sont à l'étude. Tour d'horizon.

En France

Deux lois votées en 1991 et 2006 prévoient que des recherches soient menées afin de "choisir un site et de concevoir un centre" de "stockage réversible en couche géologique profonde". Ces recherches sont menées par le laboratoire de l'Agence nationale de gestion des déchets radioactifs (Andra) à Bure (Meuse), qui développe le projet de Centre industriel de stockage géologique (Cigéo) et étudie la possibilité d'un stockage sous une épaisse couche d'argile.

La loi de 2006 prévoyait qu'un tel centre fasse l'objet d'une demande d'autorisation en 2015, pour une mise en exploitation en 2025. Aucune demande d'autorisation n'a pour l'heure été déposée.

En Finlande

Deux sites de stockage dans des formations granitiques, à 70 et 100 mètres de profondeurs, sont en service depuis 1992 et 1997, à proximité de centrales nucléaires d'Olkiluoto et de Loviisa.

En 2015, les autorités ont donné le feu vert à la construction d'un site de stockage creusé dans le granit à 400-450 mètres de profondeur, sur le site d'Olkiluoto.

Aux États-Unis

Depuis 1999, le WIPP (Waste Isolation Pilot Plant), dans l'État américain du Nouveau-Mexique, stocke des déchets radioactifs dans des installations creusées dans une couche de sel, à environ 660 mètres de profondeur.

En 2014, un incendie s'est déclaré sur un véhicule de transport de sel, dans le sous-sol. Huit jours plus tard, des radiations ont été détectées dans l'air du site. Treize jours plus tard, des tests ont révélé que 13 employés avaient été exposés à des radiations.

En Allemagne

Le premier site de stockage de déchets nucléaires avait été implanté dans une ancienne mine de sel à Asse, en Basse-Saxe, dans les années 1960, à 700 mètres de profondeur. Des fuites radioactives ont été constatées, laissant craindre la contamination de nappes phréatiques. En 2008, les autorités allemandes ont décidé de démanteler le site.

Un autre site de stockage, dans la mine de potasse et de sel de Morsleben (Saxe-Anhalt), a été ouvert en 1971, à 500 mètres de profondeur. En 2001, un rapport du service d'inspection des mines révélé dans la presse pointait un risque d'effondrement.

En 2002, un nouveau site de stockage définitif de déchets nucléaires a été autorisé dans l'ancienne mine de fer de Konrad (Basse-Saxe).

Commentaires

Valenton

Bonjour,

Cette dépêche AFP mélange les types de déchets stockés et donc les centres de stockage dont il est question.

Concernant le WIPP le département de l'énergie américain a autorisé son redémarrage fin 2016, après avoir confirmé l’absence d’impact notable en dehors de l’installation et que toutes les mesures correctives ont été prises (bilan des accidents et réexamen de sûreté, renforcement des règles d’exploitation, plan de restauration de l’installation, etc.). Les enseignements de cet évènement ont été intégrés dans les études de conception du projet Cigéo.

Concernant Asse, le projet a été créé il y a 50 ans sur la base du droit minier et non nucléaire, dans une mine de sel non conçue à la base pour stocker des déchets radioactifs. De plus, il s'agissait de stocker des déchets de faible et moyenne activité et non de Haute activité comme à Cigéo...

Jean EIMAR

Asse-Allemagne, Wipp-Etats Unis, Stocamine-France, 3 sites où l'enfouissement de poisons est effectif, 3 sites qui sont partis en sucette, qui n'ont pas tenus les promesses d'innocuité envers les décideurs politiques et les populations locales
A l'époque, le discours des fossoyeurs était : "faites-nous confiance, tout est calculé -modélisé et donc maîtrisé", aujourd'hui les responsables politiques s'arrachent les cheveux, tandis que les contribuables paient les effets des mensonges
Reste la question "de fond" : qui à ce jour reste assez naïf pour faire confiance à ce genre d'apprentis sorciers ?

Charentas

Arrêtons de produire de l'électricité avec de l'énergie nucléaire, pour stopper l'augmentation des déchets radioactifs, dont on ne sait que faire et qui nous coûtent des sommes faramineuses.

Dominique Guérin

Les barrages hydroélectrique se rompent.
Les centrales nucléaires fondent leur cœur.
Les centrales à gaz nous rendent dépendant de la Russie et font 490 g de CO2/kW.h
Les centrales à charbon: 850 g et des particules
les éoliennes durent 20 ans en produisant quand il y a du vent puis laissent sur place leur fondation en sous sol et leurs pales dans des fosses communes.
On ne recycle pas les panneaux photovoltaïques
Il n'y a que la géothermie qui ne soit pas considérée comme dangereuse mais elle n'existe que là ou des volcans explosent, projetant des milliers de tonnes de gaz et de particules.
les feux de bois participent à l'extension des déserts et émettent beaucoup de particules très fines.
et pendant ce temps, la population de la planète augmente de 200.000 par jour (+63.000.000 depuis le 1° janvier)
Le problème ne serait-il pas là???

Charentas

Peu de ruptures de barrages hydrauliques.
Désormais, on retire les fondations des éoliennes, c'est plus rentable. Et les éoliennes sont en grande partie recyclables, comme les panneaux photovoltaïques. Est étudiée la fabrication de pales recyclables. En tout cas, les déchets de pales ne sont pas dangereux, contrairement aux déchets radioactifs.
La géothermie est utilisée en France dans le bassin parisien notamment.

Dominique Guérin

3 accidents nucléaires majeurs: Tchernobyl, Three miles island et Fukushima.
79 ruptures de barrages dont en France: rupture du barrage de Malpasset en 1959:
La rupture du barrage de MALPASSET, barrage voûte à paroi mince d’une hauteur de 60 m, fait 421 victimes et 7 000 sinistrés. Après plusieurs jours de pluies torrentielles, le barrage situé sur le Reyran, au nord de Fréjus, se rompt à 21h11 lors de son premier remplissage (phase critique de la vie d’un barrage). Une lame de 50 millions de mètres cubes d’eau s’engouffre dans la vallée du Reyran, dévastant tout sur son passage. La ville de Fréjus est submergée en quelques minutes par une vague d’eau et de boue 21 minutes plus tard.
Il y en a 78 autres:
Liste d'accidents liés aux barrages
Barrage Province, Pays Date Nombre de décès Pertes, commentaires
Sadd-el-Kafara Wadi Garawi au Caire (Égypte) -2600 (environ 2600 av. J.-C.)
Barrage Fushan (Nanking) Jiangsu (Chine) 516 > 10000 Ce barrage a été construit à des fins militaires et détruit peu après
Marib Sheba (Yémen) 575 Inconnue
Pantano de Puentes Lorca (Espagne) 1802 608 morts 1800 maisons et 40000 arbres détruits1
Dale Dike Reservoir Yorkshire du Sud (Angleterre, Royaume-Uni) 1864 240 morts 100 maisons et 15 ponts détruits. Le barrage aurait cédé à cause de vices de construction, mais le rapport officiel indique que la cause réelle de la rupture reste inconnue.
Barrage de Iruka Inuyama (Préfecture d'Aichi, Japon) 1868 941 (confirmation officielle) Sous l'influence des fortes pluies de la fin avril, le barrage du sol va s'effondrer le 13 mai, l'eau accumulée dans les débordements pleins Lac Iruka en aval, les dégâts ont commencé à Inuyama, Iwakura, Kasugai, Tsushima, Yatomi, à Komaki Il a également été atteint. Rapport a été officiellement confirmée lavage de maisons 807, inondé des maisons est 117092.
Barrage de South Fork États-Unis 1889 2 200 La rupture est due à des modifications inconsidérées faites sur l'ouvrage sans la moindre précaution, l'absence de surveillance, et une crue très importante ; la justice a retenu la fatalité ; l’événement est resté dans la mémoire collective américaine sous le nom de Johnstown Flood
Walnut Grove Dam Wickenburg (Arizona, États-Unis) 1890 50<150 Importantes chutes de neige suivies de fortes pluies
Barrage de Bouzey Vosges (France) 1895, avril 87 Barrage-poids, il rompt après un premier grave accident et des déformations dues à des sous-pressions, inconnues à cette époque. Reconstruit, il est toujours en service.
McDonald Dam Texas (États-Unis) 1900 Surcharge hydraulique.
Hauser Dam Helena (Montana) (États-Unis) 1908 0 Inondations, fondations de mauvaise qualité.
Barrage Tom-Miller Austin (Texas, États-Unis) 1900, 1911, 1940 7, 78, ? Mauvaise conception, utilisation de dynamite pour contrecarrer des problèmes structurels, 3 destructions de barrage.
Přehrada Desná (cs) Desná (Autriche-Hongrie – maintenant en République tchèque) 1916 62 Défauts de construction.
Lake Toxaway Dam Comté de Transylvania (Caroline du Nord, États-Unis) 1916 0 Fortes pluies, a été reconstruit dans les années 1960
Sweetwater Dam Comté de San Diego (Californie, États-Unis) 1916 12<50 Barrage noyé par les inondations.
Lower Otay Dam Comté de San Diego (Californie, États-Unis) 1916 40 Barrage noyé par les inondations.
Barrage du Gleno Province de Bergame, Italie 1923,
1er décembre 356 Barrage-poids à contreforts, il se rompit lors de la mise en eau ; très mal conçu en raison d'une mauvaise prise en compte des sous-pressions (poussée d'Archimède) qui ont soulevé sa fondation ; il n'a pas été reconstruit.
Llyn Eigiau et le Coedty reservoir. Dolgarrog (Galles du Nord, Royaume-Uni) 1925 10<16 L'entrepreneur rejeta la faute sur des économies pendant la construction, mais plus de 600 mm d'eau étaient tombés pendant les 5 derniers jours. C'est la dernière rupture de barrage à avoir causé des morts en date au Royaume-Uni.
Barrage de St. Francis Valencia (Californie, États-Unis) 1928 600 Instabilité géologique du canyon non détectée avec la technologie de l'époque, erreurs humaines sachant que de petites fissures étaient "normales" pour ce type de barrage.
Barrage de Horonai Ōmu (Hokkaidō, Japon) 1941 60 (confirmation officielle) Le bassin Horonai a été frappé par des pluies torrentielles. Il s'agit de la cause probable de l'effondrement. Le rapport officielle confirme 220 victimes et 32 maisons emportées3.
Nant-y-Gro Reservoir Nant-y-Gro Valley (Pays de Galles, Royaume-Uni) 1942, Juillet Détruit au cours de tests préparatifs de l'Opération Chastise pendant la seconde guerre mondiale.
Eder Vallée de l'Eder (Ruhr, Allemagne) 1943,
17 mai 47<100 Bombardé au cours de l'Opération Chastise pendant la seconde guerre mondiale.
Möhne Vallée de la Möhne et de la Heve (Ruhr, Allemagne) 1943,
17 mai 1 200 à 1 600 dont 749 prisonniers de guerre ukrainiens Bombardé au cours de l'Opération Chastise pendant la seconde guerre mondiale.
Barrage de Heiwa Kameoka (Préfecture de Kyoto, Japon) 1951 117 (confirmation officielle) Dans de fortes pluies, a avalé le ruisseau boueux du village de la partie aval et l'effondrement de l'étang de la paix des étangs d'irrigation, la confirmation officielle a été signalé des dommages de 80 maisons endommagées à Kameoka et la région environnante4.
Barrage de Taisho Ide (Kyoto), Japon 1953 108 (confirmation officielle) Sous l'influence de fortes pluies, explosion d'un "deuxième bassin de la Ninotani"4.
Vega de Tera / Catástrofe de Ribadelago (es) Ribadelago (Espagne) 1959,
9 janvier 1445,6 Mauvaise construction du barrage. Défauts de cimentation des contreforts et pierres de mauvaise qualité pour deux d'entre eux. Infiltrations ayant abouti à des sous-pressions qui ont probablement entrainé la rupture de deux contreforts, puis, par effet domino, des contreforts suivants de part et d'autre. Le village de Ribadelago entièrement rasé a été reconstruit une dizaine de kilomètres plus loin. Le barrage n'a pas été reconstruit et ses ruines sont toujours visibles.
Barrage de Malpasset (Fréjus) France 1959,
2 décembre 423 Bien que correctement construit, il était cependant établi sur une mauvaise fondation en rive gauche et celle-ci a cédé ; 50 millions de mètres cubes d'eau se déversent sur Fréjus qu'ils ravagent en grande partie ; la vague transporte des morceaux du barrage allant jusqu'à 600 tonnes et rase un viaduc autoroutier ; n'a pas été reconstruit
Baldwin Hills dam Californie, États-Unis 1963,
16 décembre 3 barrage en terre, rupture par érosion interne
Spaulding Pond Dam (Mohegan Park) Norwich (Connecticut, États-Unis) 1963 6 plus de 6 millions $ de dégâts.
Barrage de Vajont (Longarone) Province de Belluno, Italie 1963,
9 octobre 1 900 la présence du lac artificiel favorise le glissement de 260 millions de mètres cubes de matériaux brutalement descendus du Mont Toc, et qui remplissent la retenue et provoquent deux vagues géantes, l'une vers l'amont, l'autre vers l'aval. Celle-ci a une hauteur estimée à 150 m et un volume de 25 millions de mètres cubes et sera suivie par la deuxième vague revenant de son expansion vers le haut de la vallée. Le barrage résiste mais la vallée plus bas est ravagée. Le barrage est resté désaffecté depuis lors.
Mina Plakalnitsa (Vratsa) Vratsa (Bulgarie) 1966 107<500 Une retenue de déchet dans la mine de cuivre de Plakalnitsa près de Vratsa s'est effondré. Une grande quantité de boue a inondé Vratsa et le village de Zgorigrad, qui a beaucoup souffert. Le chiffre officiel est de 107, mais les sources non officielles parlent de 500 tués7,8.
Buffalo Creek Flood Virginie-Occidentale (États-Unis) 1972 125 Construction instable par des compagnies locales de mine, s'est rompu lors de fortes pluies
Canyon Lake Dam Dakota du Sud (États-Unis) 1972 236<238 Barrage noyé par les inondations et des débris.
Barrage de Banqiao Henan (Chine) 1975,
8 août de 26 000 à 100 000 destruction de 62 barrages en série.
Peut-être la pire des catastrophes de ce type.

Barrage Teton Idaho (États-Unis) 1976,
5 juin 11 personnes et 13 000 têtes de bétail barrage en terre, a rompu lors de la mise en eau, n'a pas été reconstruit
Laurel Run Dam Johnstown (Pennsylvanie, États-Unis) 1977 39<40 Fortes Pluies et inondation qui surmontent le barrage.
Kelly Barnes Dam Géorgie (États-Unis) 1977 39 Cause inconnue peut-être une erreur de conception, le barrage a été rehaussé plusieurs fois pour augmenter les capacités de production d'énergie.
Machchu-2 Dam Morvi (Gujarat, Inde) 1979 1 800 < 15 000 Fortes pluies au-delà des capacités de dispersion.
Wadi Qattara Dam Benghazi (Libye) 1979 Des inondations en amont et une capacité de stockage endommagée, le barrage secondaire a été détruit.
Lawn Lake Dam Parc national de Rocky Mountain (États-Unis) 1982 3 Érosion de tuyauteries de sortie; barrage en location et mal entretenu
Presa de Tous / Pantanada de Tous (es) Province de Valence (Espagne) 1982,
20 octobre 20 ou plus
Catastrophe du barrage du Val de Stava Italie 1985 264<361 Mauvais entretien, faible coefficient d'erreur dans les calculs de conception; les tuyaux extérieurs ont cédé ce qui a conduit a une pression élevée dans le barrage.
Upriver Dam État de Washington (États-Unis) 1986 La foudre a frappé le système électrique, arrêtant les turbines. Le niveau d'eau monta pendant les essais de redémarrage. Les systèmes de secours, inopérants, ne purent pas actionner les déversoirs à temps. Le barrage fut submergé puis reconstruit.
Brana Peruća (hr) Croatie 1993 Pas vraiment une rupture de barrage puisqu'il y a eu une explosion faite par des forces serbes en retraite.
Déluge du Saguenay Québec (Canada) 1996 10 Après deux semaines de pluies constant les sols étaient imbibés et les ennuis ont commencé. Après l'inondation il s'est avéré que les digues et les installations étaient mal entretenues.
Meadow Pond Dam New Hampshire (États-Unis) 1996 1 Conception et construction défaillantes ce qui causa la rupture avec un apport de glace important
Opuha Dam Nouvelle-Zélande 1997 0 Pluies importantes pendant la construction, le barrage a pu être terminé
Aznalcollar Mine Tailings Dam / Désastre de Doñana / Desastre de Aznalcóllar (es) Espagne 1998,
25 avril 0
Vodní nádrž Soběnov Soběnov (République tchèque) 2002 Très fortes pluies en 2002
Zeyzoun Dam Zeyzoun (Syrie) 2002,
4 juin 22 avec 10 000 personnes concernées9,10.
nl:Kadebreuk Wilnis 2003 Wilnis (Pays-Bas) 2003 0 De la tourbe desséchée est devenue très légère s'est mise à flotter après les inondations et a été emportée, 1500 personnes évacuées.
Hope Mills Dam Caroline du Nord (États-Unis) 2003 Fortes pluies ont détruit le barrage fait de terre
Big Bay Dam Mississippi (États-Unis) 2004 Un petit trou s'est agrandi et a fini par provoquer la rupture du barrage.
Barrage de Camará (pt) Brésil 2004
Shakidor Dam Pakistan 2005 70 Pluies soudaines anormalement violentes
Taum Sauk reservoir Lesterville (États-Unis) 2005 Erreur d'ordinateur et d'opérateur ; les jauges indiquant le remplissage n'étaient pas respectées; le barrage continuait de se remplir. De petites fuites avaient affaibli le parement amont par érosion interne.
Campos Novos Dam Campos Novos (Brésil) 2006 Écroulement d'un tunnel
Gusau Dam Gusau (Nigeria) 2006 40 Fortes inondations faisant un millier de sans-abris
Ka Loko Reservoir Kauai (Hawaii, États-Unis) 2006 7 Pluies importantes et inondations. Plusieurs causes possibles, mauvais entretien, manque d'inspection et modifications illégales.
Lake Delton (en) Lake Delton (Wisconsin, États-Unis) 2008, 9 juin Rupture à cause de l'inondation de juin 2008 dans le Midwest.
Koshi Barrage (en) Koshi (Népal) 2008, juin Fortes pluies
Algodões Dam Piau (Brésil) 2009,
27 mai Fortes pluies11
Situ Gintung Dam Tangerang (Indonésie) 2009 Mauvais entretien lié avec de fortes pluies de mousson
Kyzyl-Agash Dam Kazakhstan 2010 34<40 Fortes pluies et fonte de neige
Hope Mills Dam Caroline du Nord (États-Unis) 2010 Doline causée par une rupture du barrage
Delhi Dam Iowa (États-Unis) 2010,
24 juillet 0 Pluies fortes, inondations.
Niedow Voïvodie de Basse-Silésie (Pologne) 2010, 7 août Fortes pluies, submergé par l'inondation
Accident de l'usine d'aluminium d'Ajka Hongrie 2010,
4 octobre 10 Rupture du béton sur une retenue de résidus dans une usine d'aluminium.
Kenmare Resources retenue de résidus Mozambique 2010,
8 octobre rupture d'une retenue de résidus dans une mine de titane.
Barrage Fujinuma, Sukagawa Fukushima, Japon 2011, 11 mars 4 ou 8 disparus À la suite du tremblement de terre de Tōhoku
Barrage de Campos dos Goytacazes (Brésil) État de Rio de Janeiro (Brésil) 2012,
4 janvier Rupture après une période d'inondation12.
Barrage Ivanovo Biser (Bulgarie) 2012,
6 février 8 plusieurs communautés noyées Après une période de forte neige, des fissures étant restées sans réparation plusieurs années13.
Köprü Dam (en) Adana (Turquie) 2012,
24 février 10 travailleurs Un batardeau dans un tunnel de diversion s'est rompu après une période de fortes pluies pendant le premier remplissage du bassin14,15.
Tokwe Mukorsi Dam (en) Masvingo, Zimbabwe 2014,
4 février 0
Bento Rodrigues Mariana (Minas Gerais) 2015,
5 novembre 16 confirmés, une vingtaine de disparus La rupture de deux barrages, copropriétés de Vale et du groupe BHP, détruit le village de Bento Rodrigues et provoque un drame écologique sans précédent au Brésil en libérant 60 millions de mètres cubes de boues toxiques issues d'une exploitation minière, entraînant notamment une forte pollution du Rio Doce.
Barrage de Guajataca Porto Rico 2017,
22 septembre 0 barrage fissuré à cause de fortes pluies, ville inondée
Rupture du barrage d'Attapeu Laos 2018,
23 juillet

26 confirmés, au moins 130 disparus Le barrage, encore en construction au moment des faits, a déversé près de 5 milliards de mètres cubes d'eau sur 7 des 12 villages situés en aval.
Le groupe sud-coréen SK Engineering & Construction, partenaire du projet de construction, a découvert que la partie supérieure d’un barrage auxiliaire avait été emportée par les eaux environ 24 heures avant son effondrement.16,17

Rupture du barrage de Brumadinho Minas Gerais (Brésil) 2019,
25 janvier

200 personnes portées disparues (bilan 25/01/2019) Le barrage appartient à la société minière Vale, déjà mise en cause dans la rupture de barrages de Bento Rodrigues trois ans auparavant.

Benoit H.

@Charentas

Pouvez-vous me montrer des exemples pour lesquels les fondations des éoliennes en France sont retirées par les promoteurs/exploitants des éoliennes ?

Il ne me semble pas que la loi française ait changé, tout ce qui est en dessous de 1 ou 2m de profondeur n’est pas concerné pour remise à la nature par l’exploitant/promoteur.

Cette pollution de béton et de ferraille reste à la charge du propriétaire du terrain qui n’est quasi jamais le promoteur/exploitant des éoliennes.

Bezoukof

C'est intéressant de débattre mais on ne laisser dire n'importe quoi sur les ENR ! les panneaux photovoltaïque se recyclent, dire le contraire relève de la désinformation, les éoliennes sont remplacées au bout de 20 car les nouvelles sont de 5 à 10 fois plus puissantes et plus rentables, mais elles durent plus, les socles sont selon les cahiers des charges entièrement retirés, et les pales sont en passent de trouver une solution au recyclage. Des solutions sur toutes ces questions ont pour partie déjà été trouvées, le reste est à venir, cessons de tout noircir, de tout dénigrer, de tout pourrir; et les barrages sont suivi de près par de multiples capteurs et des dispositifs électroniques de vigilance et d'alerte qui faisaient défaut par le passé ou dans d'autres contextes de pays en développement ; une telle énumération est stupide, que de temps perdu, par contre les accidents nucléaires stérilisent d'immenses surfaces pour l'éternité humaine sans espoir de rémission et le conflit en cours dans le haut karabah démontre les risques et la vulnérabilité dramatique de ce nucléaire civil puisque sans les missiles russes anti-aérien une catastrophe nucléaire majeur supplémentaire aurait été à constatée.

Benoit H.

@Bezoukof

Pouvez-vous me montrer des exemples pour lesquels les fondations des éoliennes en France sont retirées par les promoteurs/exploitants des éoliennes ?

Il ne me semble pas que la loi française ait changé, tout ce qui est en dessous de 1 ou 2m de profondeur n’est pas concerné pour remise à la nature par l’exploitant/promoteur.

Cette pollution de béton et de ferraille reste à la charge du propriétaire du terrain qui n’est quasi jamais le promoteur/exploitant des éoliennes.

Benoit H.

@Bezoukof

Il y a peut-être du n’importe quoi dit sur les ENR, mais vous en raconter tout autant sur le nucléaire : « les accidents nucléaires stérilisent d'immenses surfaces pour l'éternité humaine sans espoir de rémission »

Depuis que l’homme ne va plus dans la zone d’exclusion de Tchernobyl, la nature a repris ses droits.

« Il s’agit notamment d’études sur les grands mammifères, les oiseaux nicheurs, les amphibiens, les poissons, les abeilles, les vers, les bactéries ainsi que sur la décomposition des feuilles.

Les communications présentées ont montré que la zone d’exclusion abrite désormais une grande biodiversité. En outre, elles ont confirmé l’absence générale d’effets négatifs des rayonnements sur les populations animales et végétales de Tchernobyl. Tous les groupes étudiés maintiennent des populations abondantes et parfaitement fonctionnelles dans la région. »

https://theconversation-com.cdn.ampproject.org/c/s/theconversation.com/…

Quant à Fukushima, aucun mort lié aux radiations et une contamination limitée et dont l’impact sur la population (cancers...) n’est pas mesurable.

« Aucun décès ou syndrome d’irradiation aiguë lié à une exposition aux rayonnements ionisants n’a été enregistré parmi les travailleurs et les personnes du public exposés du fait de l’accident à la centrale nucléaire.

Compte tenu des niveaux de doses estimés, le risque vie entière de cancers induits par les rayonnements, autres que le cancer de la thyroïde est faible, et beaucoup plus faible que le risque de référence vie entière de cancer. Concernant le risque de cancer de la thyroïde chez les enfants et les nourrissons qui ont été exposés, le niveau de risque est incertain, car il est difficile de vérifier les estimations de doses à la thyroïde par des mesures directes de la radioexposition. »

https://www.who.int/topics/accidents_radiation/faqs-fukushima-5years/fr/

Bezoukof

Comment pouvez-vous prétendre que la nature a repris ses droits ? vous faites partie de ces nucléocrates qui se vautrent dans les mensonges les plus ignoble en déniant la persistance ,pour les dizaines de milliers d'année, d'une radioactivité qui y rend la vie humaine impossible, même si en été les feuilles vertes sont visibles mais ce n'est qu'une apparence trompeuse et la vie des micro-organismes et celles des insectes sont très impactées de même que nous ne connaissons pas l'impact sur la démographie animale et sur les pathologies induites. La nature a horreur du vide et tout secteur vacant attire des animaux qui devraient normalement s'y trouver, cela ne prouve pas que ces animaux vont y vivre et s'y reproduire comme ailleurs. Il a été démontré que les cancers n'apparaissent que des années après l'exposition et le nombre d'enfants malades en Ukraine et en Biolorussie est très important et consécutif aux radiations de Tchernobyl. Vos propos sont honteusement fallacieux, vous travestissez les réalités et la discussion est totalement impossible. Mais à voir votre fanatisme pour le nucléaire je suis certain qu'en cas d'accident majeur en France, ce qui peut malheureusement arriver,, vous serez immédiatement partant pour les tâches de liquidateur,
.

Benoit H

@Bezoukof

Monsieur, j’ai exposé dans mon post les résultats d’une étude scientifique sur la faune vivant dans la zone d’exclusion de Tchernobyl. (Voir lien).

Pour les cancers issus des expositions lors des accidents nucléaires, je vous invite à lire les études faites par l’UNSCEAR, l’équivalent du GIEC pour les études sur la radioactivité. Non mesurable pour Fukushima et très limité pour Tchernobyl en dehors du cancer de la thyroïde pour chez les enfants exposés.

« Parmi les habitants du Bélarus, de la Fédération de Russie et de l'Ukraine, on a enregistré jusqu'en 2005 plus de 6 000 cas de cancers de la thyroïde chez les enfants et adolescents exposés lors de l'accident, chiffre qui devrait augmenter au cours des prochaines décennies. Quelle que soit l'incidence du renforcement des systèmes de dépistage, il est fort probable que ces cancers soient en grande partie imputables à l'exposition aux rayonnements juste après l'accident. Mis à part cette augmentation, il n'existait, 20 ans après l'accident, aucune preuve d'un impact majeur d'une exposition aux rayonnements sur la santé publique. Il n'existe aucune preuve scientifique d'une augmentation de l'incidence globale des cancers ou des taux de mortalité, ni des troubles bénins associés à une radioexposition. L'incidence des leucémies dans la population, l'une des principales sources de préoccupation en raison du temps de latence plus court que pour les cancers solides, ne semble pas avoir augmenté. Si les personnes les plus exposées ont aussi un risque plus élevé de souffrir des effets induits par l'irradiation, la grande majorité de la population ne devrait pas craindre de conséquences graves pour sa santé. On a observé de nombreux autres problèmes de santé dans ces populations qui n'ont aucun lien avec l'exposition aux rayonnements. »

https://www.unscear.org/unscear/fr/chernobyl.html

https://www.unscear.org/docs/revV1407898_Factsheet_F_ENG.pdf

sirius

la géothermie ne se limite pas aux régions volcaniques ,ex. le Bassin parisien .En revanche elle peut s'exploiter dans diverses zones à recenser . C'est une énergie propre ,infinie , puissante ;modulable selon les usages ,collectifs ou privés.Et elle ne dénature pas les sites comme les éoliennes .On s'explique mal l'indifférence manifestée à son égard par un gouvernement qui semble bien mal informé .

Bezoukof

Eau contaminée
Jusqu'en 2017 la situation de TEPco était la suivante : TEPCo injecte respectivement 72, 108 et 72 m3 d’eau par jour dans les réacteurs 1, 2 et 3 pour refroidir les coriums (source). Cela fait un total de 252 m3/j. Cette eau se contamine fortement et s’infiltre dans les sous-sols des bâtiments réacteur et turbine où elle se mélange à l’eau des nappes phréatiques qui inonde ces mêmes sous-sols.
Pour réduire les fuites d’eau souterraine radioactive en mer, TEPCo pompe en amont avant que cette eau soit contaminée par les réacteurs et la rejette directement dans l’océan. Cette eau est essentiellement contaminée au tritium, qui est de l’hydrogène radioactif. Dans un des puits de pompage, il y a environ 2 000 Bq/L (source), mais après dilution par l’eau des autres puits, l’eau rejetée en mer a une contamination de l’ordre de 130 à 140 Bq/L (source).

Elle a aussi construit une barrière tout le long du littoral et pompe les nappes phréatiques au pied des réacteurs. Une partie de cette est partiellement décontaminée et rejetée dans l’océan. Une autre partie, trop contaminée, est mélangée à l’eau pompée dans les sous-sols des réacteurs pour être mise dans des cuves après traitement, en attendant une meilleure solution. Quelques données récentes sur la contamination des nappes phréatiques sont ici en japonais : il y a jusqu’à 240 000 Bq/L en bêta total. Celle en tritium, monte à 58 000 Bq/L.

Ainsi, TEPCO pompe quotidiennement 135 m3 d’eau contaminée dans les sous-sols des bâtiments réacteurs et turbine, en plus de celle qu’elle injecte pour le refroidissement et 62 m3 des nappes phréatiques, ce qui fait un total de 197 m3 qui s’accumulent quotidiennement dans des cuves après traitement. C’est plus en cas de pluie, voire beaucoup plus lors des typhons.

TEPCo annonce avoir déjà traité 1 730 390 m3 d’eau contaminée, ce qui a généré 597 m3 de boues radioactives. Une partie de cette est utilisée pour le refroidissement et le reste est stocké dans des cuves. Selon la compagnie, le stock d’eau traitée ou partiellement traitée s’élève à 937 375 m3 auxquels il faut ajouter 52 200 m3 d’eau dans les sous-sols des bâtiments réacteur et turbine. Il y a près d’un millier de cuves pour garder cette eau qui occupent presque tout le site de la centrale.

Certaines ont fui par le passé, entraînant une contamination des nappes phréatiques à proximité. Dans la zone H4, la contamination en tritium peut toujours atteindre 15 000 Bq/L .

Depuis mars 2016, TEPCo tente de geler le sol tout autour des réacteurs accidentés afin de réduire les infiltrations et la dispersion d’eau polluée, mais ce n’est pas aussi efficace que prévu. L’Autorité de Régulation Nucléaire, la NRA, doute sérieusement de l’efficacité de cette technique qu’elle considère désormais comme secondaire. On peut le voir sur ce graphe, où la baisse des volumes d’eau à stocker chaque jour n’est pas très forte. La glace ne prend pas par endroit, où les courants souterrains sont les plus forts."
Depuis tout va aussi mal, le projet est de rejeter les centaines de milliers de m3 d'eau radioactive en mer !
Concernant Tchernobyl, "la contamination perdure", assure la députée européenne Michèle Rivasi, fondatrice de l’association antinu-cléaire CRIIRAD (La Commission de recherche et d'information in-dépendantes sur la radioactivité), créée au lendemain de l’accident. "Les autorités locales et la communauté internationale se sont focalisées depuis la catastrophe sur la sécurité des réac-teurs. Mais aujourd'hui, cinq millions de personnes vivent sur 150 000 km2 de terres contaminées. Il est important de se concentrer sur ces populations, leur santé et leur environnement."
L'écologiste a convaincu les instances européennes de lancer de-puis 2013 un programme sur la santé et l'environnement autour de la zone d'exclusion de Tchernobyl, dans le district d'Ivankov, à 30 kms de la centrale. Selon son étude, qui sera rendue publique les 9 et 10 juillet, de nombreux problèmes de santé chez les enfants au-raient été détectés : "45 % des enfants examinés ont un déséqui-libre hormonal dans la thyroïde ; 35% des enfants ont des pro-blèmes de foies anormalement gros ; 80% des adolescents ont des problèmes cardiaques et 30 % ont une pression sanguine trop éle-vée. Le taux de mortalité reste élevé et beaucoup d'adultes encore jeunes sont atteints de cancers. La recherche a d'ailleurs montré une corrélation entre le cancer du sein et la radiation."
Fin 2016 a néanmoins été mise en place une arche de confinement construite par Novarka, le consortium rassemblant les entreprises françaises VINCI Construction et Bouygues Construction. Elle doit assurer la sûreté de la centrale nucléaire accidentée pendant 100 ans et permettre le démantèlement de la structure.
Sur le même thème: [Vidéo] L'arche de confinement recouvre enfin la centrale nu-cléaire de Tchernobyl

Gezinci

Le nucléaire n'a rien à faire dans une mine de sel ni dans une mine fer, le nucléaire et tous qui fait des déchets toxiques n'est pas bon pour l'environnement et pour tout les êtres vivants, ainsi que tous qui est atomique, j'espère que vous savez être puissants n'a rien à voir parce que la planète s'appartient à elle même, bien sûr pour tuer des gens, ce n'est pas d'aujourd'hui l'histoire des humains.

Ajouter un commentaire

Sur le même sujet