Newsletters des énergies

Les micro-ondes, des appareils efficaces aux lourds impacts ?

Micro-ondes

Dans l'Union européenne, les émissions annuelles de CO2 de 19 micro-ondes équivaudraient à celles d’une voiture selon des chercheurs de Manchester. (©Pixabay)

Dans l’Union européenne, les micro-ondes engendreraient chaque année des émissions de CO2 équivalentes à celles de près de 7 millions de voitures selon une étude publiée le 17 janvier par des chercheurs de l’Université de Manchester. Explications.

Plus de 130 millions de micro-ondes dans l’Union européenne

Des chercheurs de l’Université de Manchester ont étudié l’impact des micro-ondes sur l’environnement en prenant en considération l’ensemble de leur cycle de vie (fabrication, usage, gestion des déchets). Compte tenu de leur très grande nombre dans l’Union européenne (131 millions, soit plus d’un micro-ondes pour 4 personnes(1)), environ 7,7 millions de tonnes de CO2 par an seraient imputables à ces appareils électroménagers dans l’UE, soit l’équivalent des émissions annuelles de 6,8 millions de véhicules(2) selon l’étude publiée dans la revue « Science of the Total Environment »(3).

Les impacts les plus importants seraient liés à la consommation d’électricité des micro-ondes selon les chercheurs (la production d’électricité de l’UE repose pour moitié sur des combustibles fossiles(4), avec d’importantes différences d’un pays à un autre). En prenant là encore en compte l’ensemble du cycle de vie des micro-ondes(5), cette consommation atteindrait chaque année près de 9,4 TWh à l’échelle de l’UE, soit l’équivalent de la production électrique annuelle de 3 grandes centrales à gaz ou encore de plus du quart de la production annuelle du Danemark (30,3 TWh en 2016(6)).

Pris individuellement, un micro-ondes consommerait environ 573 kWh durant sa durée de vie(7) qui est aujourd’hui de 8 ans en moyenne, contre 10 à 15 ans dans les années 1990. Cette réduction de la durée de vie est l’un des constats dénoncés par les chercheurs de l’Université de Manchester.

Un mode de cuisson efficace

Cette étude a été réalisée en partant du constat qu’il n’existait pas d’évaluation globale des impacts des micro-ondes sur tout leur cycle de vie. Si les résultats des chercheurs interpellent, ils ne visent pas à « diaboliser ces appareils vraiment efficaces », assure Alejandro Gallego Schmid, principal chercheur de l’étude.

Un four à micro-ondes(8) a en effet une consommation réduite par rapport à d’autres modes de cuisson. En France, la consommation annuelle moyenne des fours et plaques de cuissons serait 2 à 3 fois plus élevée que celle des micro-ondes d’après les estimations de l’Ademe.

Il convient par ailleurs de rappeler que la cuisson compte en moyenne pour 7,8% de la consommation d’électricité des ménages français dans leurs logements selon l’Ademe(9), loin derrière le poste chauffage (27,6%).

Consommation des appareils domestiques
En moyenne, les réfrigérateurs « indépendants » consommeraient plus de 4 fois plus d’électricité par an que les micro-ondes dans les logements français, d’après les estimations de l’Ademe. (©Connaissance des Énergies)

Des réglementations européennes 

Bien que l’étiquette énergie ne soit pas obligatoire pour les micro-ondes(10), l’Union européenne s’est dotée de « réglementations sur la veille des appareils et sur la décarbonation des mix électriques qui vont fortement contribuer à réduire les impacts environnementaux des micro-ondes », indique Alejandro Gallego Schmid. Dans une moindre mesure, la directive sur les déchets d’équipements électriques et électroniques (WEEE)(11) devrait également diminuer ces impacts.

Les chercheurs de l’Université de Manchester jugent toutefois les effets de ces politiques encore insuffisants et recommandent entre autres de renforcer les efforts pour sensibiliser les consommateurs aux impacts de leurs micro-ondes. Outre un appel à prolonger la durée de vie des appareils, les chercheurs signalent que les micro-ondes restent notamment en mode veille près de 90% de leur durée de vie. Ils appellent également les citoyens européens à ajuster le temps de cuisson en fonction des aliments à réchauffer.

En raison de leurs faibles coûts et des progrès technologiques, les équipements électriques et électroniques devraient continuer à se développer rapidement et l’UE pourrait en particulier compter 135 millions de micro-ondes en 2020. Pour ces seuls micro-ondes, les chercheurs estiment que la mise au rebut de 16 millions d’appareils en 2015 a engendré 195 000 tonnes de déchets (contre environ 184 000 tonnes en 2005).

parue le
Sources / Notes
  1. La population de l’Union européenne avoisinait 512 millions de personnes début 2017.
  2. Pour rappel, près de 30 millions de véhicules sont en circulation dans le seul Royaume-Uni.
  3. « Environmental assessment of microwaves and the effect of European energy efficiency and waste management legislation »
  4. Selon les dernières données d’Eurostat, les combustibles fossiles comptaient pour 49% de la production d’électricité dans l’UE en 2016, devant le nucléaire (26%), l’hydroélectricité (12%) et l’éolien (10%).
  5. Y compris l’extraction de matières premières.
  6. BP Statistical Review of World Energy, juin 2017.
  7. La plus grande partie de cette consommation est liée à l’usage des micro-ondes, précise Alejandro Gallego Schmid.
  8. Qui permet de chauffer des aliments en agitant les molécules d’eau que ceux-ci contiennent sous l’effet d’un champ électromagnétique.
  9. Étude « Réduire sa facture d’électricité », Ademe, octobre 2017. 
  10. Elle est entre autres obligatoire dans l’Union européenne pour les fours, les réfrigérateurs ou encore les congélateurs. Une révision de cette étiquette énergie européenne est prévue en 2018 pour revenir de A à G selon la consommation des appareils.
  11. Directive WEEE, Commission européenne.