L'agglomération d'Agen développe le plus grand parc d'éclairage public solaire d'Europe

  • AFP
  • parue le

Six mille lampadaires photovoltaïques vont être déployés d'ici 2026 dans l'agglomération d'Agen pour alimenter le plus grand parc d'éclairage public à énergie solaire en Europe, selon une convention signée par la collectivité et ses partenaires.

Le projet est officialisé mercredi par cette dernière au Salon des maires à Paris, avec l'entreprise Fonroche Lighting et l'Union des groupements d'achats publics (Ugap). L'agglomération agenaise, qui compte 19 000 points lumineux, investira 11 millions d'euros pour remplacer 7 000 candélabres obsolètes par 6 000 lampadaires à énergie solaire.

"Agen est la première agglomération à basculer aussi massivement sur le photovoltaïque", se réjouit Jean Dionis du Séjour, président de la collectivité qui regroupe plus de 100 000 habitants dans 44 communes. "L'investissement est lourd mais la rentabilité est rapide. On espère économiser entre 600 000 et 750 000 euros par an", ajoute l'élu.

Le fournisseur des nouveaux lampadaires, Fonroche Lighting, est basé à Roquefort dans la proche banlieue agenaise. Leader mondial de l'éclairage public solaire, l'entreprise emploie environ 200 personnes dans le monde, dont 130 localement.

Son chiffre d'affaires est estimé à 100 millions d'euros pour 2023, contre 60 millions en 2022, signe d'une forte expansion. Elle a décroché récemment des contrats avec le Sénégal pour équiper le pays avec des dizaines de milliers de lampadaires photovoltaïques autonomes, qui éclairent aussi des routes au Koweït, un quartier résidentiel au Québec ou des pistes de ski en Suisse.

Pour le directeur général de Fonroche Lighting, Laurent Lubrano, le solaire est une solution d'avenir pour les collectivités qui consacrent "40 à 60%" de leur facture d'électricité à l'éclairage public, sur fond de flambée des prix.

"Pour les collectivités aujourd'hui, le choix est le suivant : « Soit je paie très cher, soit j'éteins ou je baisse la lumière ». Il y a une troisième solution: investir dans l'éclairage solaire. Le soleil, c'est gratuit", affirme le dirigeant.

Le prix d'un lampadaire solaire est 20 à 30% plus cher qu'un classique "mais il n'y a aucun coût supplémentaire, pas d'énergie payante, pas de tranchée, pas de câble, pas de réseau électrique et pas d'entretien réseau qui coûte très cher. Le retour sur investissement est immédiat. Il n'y a pas de maintenance avant 10 ans".

Et d'assurer qu'il n'y a "pas besoin de beaucoup de soleil": "Nous avons par exemple équipé un échangeur autoroutier à Calais de 120 lampadaires qui fonctionnent tous les jours de l'année", souligne le directeur de Fonroche.

Commentaires

BEAURIN

Bravo,félicitation.
Cordialement

Brigitte Bertin

Pour l'éclairage, le PVP se justifie totalement, car il produit sur site. Pas d'infrastructure couteuse ni de séquestration d'espace.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.