Nucléaire : le PDF d'EDF promet « un plan pour remonter le niveau de confiance »

  • AFP
  • parue le

Le PDG d'EDF Jean-Bernard Lévy a indiqué mardi "préparer un plan pour remonter le niveau de confiance" dans l'industrie nucléaire, lors d'un débat à Paris qui a donné lieu à une petite prise de bec avec son homologue de Total.

"La question n'est pas tellement de savoir si on va conserver du nucléaire mais à quel moment on va décider de renouveler le parc. On n'a pas le choix, à moins qu'on fasse des progrès extraordinaires en matière de stockage" d'énergies renouvelables, a-t-il assuré lors du colloque annuel de l'Union française de l'électricité (UFE) : "on va avoir besoin d'étendre le parc nucléaire, c'est assez consensuel".

"À quel moment les dirigeants politiques auront-ils un alignement des astres qui leur permettra d'être confiants dans la capacité de construire des centrales nouvelles ?", a-t-il ajouté. "On prépare un plan pour remonter le niveau de confiance dans la qualité de l'industrie nucléaire", a-t-il dit, après la publication fin octobre d'un rapport d'audit accablant sur les déboires de l'EPR en construction à Flamanville (Manche).

"Il faut qu'on arrive à faire prendre cette décision courageuse et indispensable, sinon la France se recarbonera à travers des centrales au gaz. Là où des pays de charbon passent au gaz, car le charbon est plus émetteur de CO2 que le gaz, nous on ne va pas faire le chemin inverse en remplaçant des centrales nucléaires par le gaz", a encore dit M. Lévy.

Une référence au gaz qui a fait réagir le patron de Total Patrick Pouyanné, invité au même débat. "Sur le nucléaire, pour que le débat soit sain, il faudrait qu'on ait une vraie clarté des coûts de la filière (...). Je pense que la France fait une erreur de décider que le gaz soit exclu de son mix, parce que c'est une autre façon d'assurer la base" face à la saisonnalité de la consommation, a dit le patron de Total. En France "on va plus loin parce qu'on a le nucléaire".

Est alors arrivé l'épineux sujet de l'ARENH, mécanisme permettant aux concurrents d'EDF (dont Total) d'obtenir de l'entreprise publique de l'électricité nucléaire à bon marché, M. Pouyanné relevant la constance de son volume. "Si tu veux investir, n'hésite à dépenser pour investir dans des centrales à gaz !", lui a alors suggéré M. Lévy.

"Mais j'investis, j'investis (...) Je ne pense pas que ce soit en étant agressif l'un envers l'autre qu'on va pouvoir progresser", a répondu M. Pouyanné, avant une partie de ping pong : "Plutôt que de demander des TWh nucléaires, construis des centrales au gaz !" "Mais ils ne t'appartiennent pas les TWh nucléaires, Jean-Bernard !" "Ah bon, qui c'est qui les a construits ?" "Bon, on va pas être d'accord sur ce sujet-là, pas la peine d'insister. Les TWh ils appartiennent à la collectivité".

"J'ai l'impression de préparer mon conflit social !" (du 5 décembre, ndlr), a enchaîné la PDG de la RATP Catherine Guillouard, invitée de ce "grand débat" à côté des deux énergéticiens.

Commentaires

dupont

Bah pour les progrès en stockage d'énergie il suffit de regarder au bon endroit.

Rochain

Il serait bon que Monsieur Levy ait une idée de la hauteur du besoin de stockage en fonction de la croissance des sources ENR variable rapporté à ceux qui ne le sont pas avant de considérer que le stockage est un mur infranchissable.
Et cela d'autant plus qu'il est le premier stocker l'énergie à travers les millions de ballons d'eau sanitaires que nous chauffons tous la nuit alors que nous n'en avons besoin que le jour, uniquement pour justifier la production linéaire des réacteurs nucléaire dont il ne saurait pas quoi faire sans ce providentiel stockage quasiment inutile.
Serge Rochain

Jean-François …

Débat purement rhétorique d'énergéticiens noyés dans leurs plans qui diluent le fond du problème: la perte de compétence technologique d'EDF en matière de nucléaire.

Ajouter un commentaire