À la recherche de bonnes résolutions pour 2019 ?

parue le
Image fibre

Connaissance des Énergies vous souhaite à toutes et à tous une très belle année 2019. (©Pixabay)

À l’heure des bonnes résolutions, vous pourriez être intéressés par plusieurs études récemment actualisées par l’Ademe qui vous aident à réduire vos consommations d’énergie (et la facture associée). Nous vous restituons ici quelques recommandations de l'Agence en vous souhaitant à toutes et à tous une très belle année 2019 pleine d’énergie.

Près de 2 900 euros de dépenses annuelles liées à l'énergie par foyer

En France, les dépenses d’un ménage liées à ses consommations énergétiques (pour se chauffer, se déplacer, alimenter des appareils électroménagers, etc.) s’élèvent en moyenne à environ 2 900 euros par an (dont 52% pour les dépenses dans son logement et 48% pour la consommation de carburants) selon les dernières données du ministère en charge de l’énergie(1).

Pour réduire les dépenses liées à l'énergie dans son logement, l’Ademe recommande comme solution prioritaire de bien isoler son logement, sachant que le chauffage constitue le plus gros poste de consommation. Hormis les travaux de rénovation, l’Ademe rappelle fréquemment des gestes quotidiens simples pour réduire sa consommation d’énergie, en particulier sous sa forme électrique comme dans le guide « Réduire sa facture d’électricité »(2) actualisé en décembre 2018.

L’Agence y appelle notamment à faire davantage attention à la consommation des appareils électroménagers qui a doublé au sein des foyers français en 20 ans (du fait de leur multiplication). Des étiquettes énergie permettent de choisir des appareils plus « efficaces » mais « la multiplication des + peut entraîner une certaine confusion » : les réfrigérateurs « les moins bien classés » actuellement sur le marché sont de classe A+ (les meilleurs sont de classe A+++). Une révision de cet étiquetage est en cours au niveau européen et doit permettre de revenir à une échelle allant de A à G (a priori à partir de fin 2019)(3).

Selon l’Ademe, « si tous les ménages français qui s’équipent en nouveaux appareils choisissaient les plus économes, on économiserait 4,9 TWh par an, soit autant que la consommation d’électricité domestique (annuelle) de 2 millions de personnes ». Prenons le cas du lave-vaisselle (que les ménages équipés en France utilisent « en moyenne 3 à 5 fois par semaine ») : les modèles les plus récents consomment moitié moins d’eau qu’il y a 10 ans(4). Sachant que 80% de l’énergie consommée par un lave-vaisselle sert à chauffer l’eau, « moins il utilise d’eau, moins il consomme d’énergie », souligne l'Ademe.

Consommation des appareils électroménagers
Les plaques de cuisson par induction « permettent une économie d'électricité de 25% par rapport aux plaques de cuisson classiques » selon l'Ademe. (©Connaissance des Énergies, d'après Ademe)

Des « bons gestes au quotidien » dans son logement

Parmi les gestes courants à privilégier dans son logement, l’Ademe recommande entre autres de privilégier les modes « Éco » (à température basse) ou 50°C de son lave-vaisselle (jusqu’à 45% d’économie d’électricité par rapport à un programme « intensif »). L’Ademe rappelle par ailleurs qu’il est nécessaire de nettoyer régulièrement la grille arrière d’un réfrigérateur(5) : la poussière et la saleté s’y accumulant peuvent être « à l’origine de 30% de l’électricité consommée par l’appareil ». Rappelons également que le simple fait de mettre un couvercle sur une casserole réduit par 4 la consommation d’électricité (ou de gaz) pour faire bouillir de l’eau.

Parmi les autres « bons gestes au quotidien » à privilégier, l’Ademe mentionne naturellement le fait d’éteindre la lumière dans les pièces non occupées tout en rappelant que l’éclairage est de plus en plus économe (grâce à l’utilisation croissante de lampes à LED) : ce poste ne compte en moyenne plus que pour 5,6% de la consommation annuelle d’électricité des ménages français dans leur logement. La part de l’équipement informatique dans cette consommation est au contraire de plus en plus importante(6).

Notons que l’Ademe alerte sur la consommation des veilles des appareils connectés mais aussi du petit électroménager (ex : machine à café pour laquelle la veille « cachée » n’a pas d’utilité(7)). L’Agence fait état de 15 à 50 équipements en veille par foyer, dont la puissance cumulée « dépasse souvent 50 W ». L’Ademe estime que le coût par ménage de la consommation électrique associée à ces veilles peut dépasser 80 euros par an et que les éteindre peut permettre de réduire jusqu’à 10% sa facture d’électricité dans son logement.

Des actions plus économes aussi au bureau

Près de 13 millions de Français travaillent dans des bureaux (soit 46% de la population active, près de 200 jours par an en moyenne), rappelle l’Ademe dans l’édition de janvier 2019 de son guide « Éco-responsable au bureau »(8). L’Agence y souligne en particulier les actions efficaces pouvant être mises en œuvre en ce qui concerne les équipements informatiques qui comptent pour 21% des consommations d’électricité d’une entreprise de bureau(9).

L'Ademe recommande entre autres d’éteindre totalement son ordinateur au-delà d’une heure d’inactivité(10). Elle appelle par ailleurs à supprimer les « économiseurs d’écran animés » : les graphismes 3D peuvent « consommer autant, sinon plus, que le mode actif » (en sollicitant la carte graphique). L’Agence rappelle par ailleurs qu’un ordinateur portable consomme 50% à 80% moins d’électricité qu’un ordinateur fixe.

Dans l’usage d’Internet et l’envoi de mails, de nombreuses bonnes pratiques peuvent être mises en place : utilisation de favoris au lieu de requêtes sur des moteurs de recherches, nettoyage de boîtes mails, réduction du poids des pièces jointes envoyées, etc. Pour rappel, vos équipements informatiques ne comptent que pour une partie des consommations d’énergie liées au numérique. L’Ademe rappelle ainsi que les émissions de gaz à effet de serre générées par le numérique proviennent à 47% des équipements des consommateurs mais aussi à 25% des data centers et à 28% des infrastructures de réseaux.

De nombreux autres postes de consommation peuvent être optimisés, à l’image de l’éclairage, dont la facture pourrait être diminuée de près de 70% avec une meilleure gestion au quotidien selon l’Ademe. Comme dans les logements, le chauffage reste toutefois le principal poste des dépenses consacrées à l’énergie dans les bureaux selon l’Ademe(11).

Et vous, avez-vous pris de bonnes résolutions pour 2019 ? Nous vous invitons à partager vos engagements en matière d'énergie sur nos réseaux sociaux.