Newsletters des énergies

Un déplacement en Inde ensoleillé

Solaire en Inde

Le parc photovoltaïque de Mirzapur s’étend sur une surface équivalente à celle de près de 213 terrains de football. (©Sensehawk)

Lors de son déplacement en Inde, Emmanuel Macron a inauguré le 12 mars le plus grand parc photovoltaïque de l’État de l’Uttar Pradesh. Le président français avait participé la veille au lancement officiel de l’Alliance solaire internationale.

Mirzapur, un parc photovoltaïque de 101 MWc exploité par Engie

Emmanuel Macron a fini son déplacement en Inde hier en Uttar Pradesh, État le plus peuplé (plus de 220 millions d’habitants(1), soit plus de 3 fois la population française) situé au nord du pays. Il y a inauguré avec le Premier ministre indien Narendra Modi le parc photovoltaïque de Mirzapur, dont la capacité installée de 101 MW crête en fait le plus grand projet solaire de l’Uttar Pradesh.

Ce parc photovoltaïque, qui s’étend sur environ 155 hectares, est constitué de 318 120 panneaux photovoltaïques. D’après les estimations de son exploitant Engie, il pourrait produire près de 157 GWh par an (ce qui induit un facteur de charge de 17,7%), « soit l’équivalent de la consommation électrique d’environ 100 000 foyers dans la région » selon l’énergéticien français.

Engie a remporté(2) en mai 2016 ce projet dans le cadre d’un appel d’offres. Un contrat d’achat de l’électricité produite par ce parc a été conclu en juin 2016 avec Solar Energy Corporation India pour une durée de 25 ans, à un montant de 4,43 roupies par kWh (soit environ 68 €/MWh).

Le parc de Mirzapur a fait l’objet d’un investissement de 68 millions d’euros d’Engie. L’énergéticien français dispose d’autres projets photovoltaïques de plus grande puissance en Inde, dans les États d’Andra Pradesh (parc de Kadapa de 338 MWc) et du Rajasthan (parc de Bhadla de 190 MWc).

L’Alliance solaire internationale officiellement lancée à New Dehli

Pour rappel, l’Inde s’est fixé pour objectif de porter, d’ici à fin 2022, à 100 GW les capacités solaires installées dans le pays et à 60 GW les capacités éoliennes (contre 16,6 GW solaires et 32,7 GW éoliens à fin novembre 2017). Emmanuel Macron a qualifié de « prouesses » les efforts indiens pour développer l’énergie solaire dans le pays.

Le président français et Narendra Modi ont officiellement lancé l’Alliance solaire internationale (ISA en anglais) le 11 mars à New Delhi, en présence d’une vingtaine de dirigeants venus d’Asie, d’Afrique et d’Océanie. Cette Alliance, dont les contours avaient été esquissés lors de la COP21 fin 2015 à Paris, vise à développer l’énergie solaire dans les 121 pays situés en totalité ou en partie entre les tropiques du Cancer et du Capricorne, en leur apportant les solutions technologiques et financements nécessaires.

L’ISA vise ainsi à mobiliser 1 000 milliards de dollars et à développer 1 TW de capacités solaires d’ici à 2030 dans ces pays. Dans cette optique, Emmanuel Macron a annoncé une contribution française d’un milliard d’euros d’ici à 2022, sous forme de prêts et de dons.

Précisons enfin que le déplacement d’Emmanuel Macron en Inde a notamment également porté, en matière d’énergie, sur le projet de construction d’une centrale nucléaire composée de 6 EPR. Avec une capacité cumulée de près de 10 GW, il s’agirait de la plus puissante centrale nucléaire au monde. EDF et l’électricien indien NPCIL(3) ont signé un accord portant sur le schéma industriel ce projet sur la côte sud-ouest du pays (Jaitapur). Dans une déclaration commune, le président français et le Premier ministre indien Narendra Modi ont encouragé les deux sociétés « à accélérer les négociations contractuelles », en réaffirmant « l'objectif de débuter les travaux fin 2018 ».