Le groupe suisse Clariant va fermer son usine de bioéthanol en Roumanie

  • AFP
  • parue le

Le groupe suisse de chimie Clariant va fermer son usine roumaine de bioéthanol, qui ne parvenait pas à atteindre les rendements visés, et a en conséquence abaissé sa prévision d'excédent but d'exploitation pour 2023, a-t-il annoncé mercredi.

Clariant prévoit désormais un excédent brut d'exploitation de 570 à 600 millions de francs suisses (604 à 635 millions d'euros), contre 650 à 700 millions de francs attendus auparavant, alors que cette fermeture va entraîner environ 110 millions de francs de dépréciations d'actifs et 60 à 90 millions de provisions qui seront comptabilisées au quatrième trimestre 2023.

Le groupe s'attend également à un impact sur sa trésorerie en 2024 de l'ordre de 110 à 140 millions de francs suisses, indique-t-il dans un communiqué. "Pour une entreprise qui se focalise autant que nous sur l'innovation, il est impératif de prendre des décisions fermes quand un projet ne répond pas aux attentes", a déclaré Conrad Keijzer, le directeur général de Clariant, cité dans le communiqué.

Clariant avait ouvert en 2022 une usine à Podari, à 240 kilomètres à l'ouest de Bucarest, pour fabriquer du bioéthanol de seconde génération, produit à partir de déchets agricoles, et non de nouvelles cultures. Mais l'usine n'a pas atteint les rendements espérés, ce qui avait déjà obligé le groupe à inscrire de lourdes dépréciations d'actifs dans ses comptes de 2022.

Clariant s'était initialement fixé pour objectif de traiter environ 250.000 tonnes de paille pour fabriquer quelque 50.000 tonnes d'éthanol cellulosique par an. Au vu "des pertes continues", l'équipe de direction a décidé de fermer cette usine après avoir examiné "attentivement toutes les options stratégiques", selon le communiqué.

Cette décision va également amener le groupe à réduire les activités qui y étaient associées en Allemagne dans les biofuels et dérivés. Clariant entend "travailler étroitement" avec les représentants du personnel en Roumanie et en Allemagne pour trouver des solutions "socialement responsables", a précisé son directeur général dans le communiqué.

Commentaires

Brigitte Bertin

L'intérêt des biocarburants est de les insérer dans une économie circulaire régionale plutôt qu'internationale. Une production à grande échelle impose un rendement insoutenable dans tous les sens du terme.
Le bioethanol est interessant dans le recyclage de déchets agricoles, de viticulture par exemple, ce qui commence à se faire en France,. Les huiles végétales pures ou recyclées (de friture), sans estérification, sont aussi de bons candidats car relativement simple produire à l'échelle industrielle.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.