Euro 2016 : consomme-t-on davantage d’électricité pendant les matchs de foot ?

Foot et électricité

L’Euro 2016, qui dure 31 jours, devrait attirer près de 2,5 millions de spectateurs selon l’UEFA. (©Pixabay)

Dans son analyse de l’équilibre offre-demande d’électricité pour l’été 2016(1), le gestionnaire du réseau de transport français d’électricité RTE a consacré un paragraphe au championnat d’Europe de football qui se déroule actuellement en France. Cet événement modifie « sensiblement » la consommation nationale d’électricité « durant les principaux matchs » comme ceux de l’équipe de France selon RTE.

Lors desdits matchs, de nombreux Français « abandonnent leurs occupations habituelles » (14,5 millions de téléspectateurs ont notamment suivi le match d’ouverture France-Roumanie) et diminuent fortement leur consommation d’électricité d’après le gestionnaire de réseau. Ce dernier estime ainsi que l’appel de puissance sur le réseau électrique français peut chuter de 3 700 MW durant la première mi-temps des matchs importants(2).

RTE envisage un « rebond » de consommation à la mi-temps des matchs avec une remontée de la puissance appelée de 500 MW au niveau national. Le gestionnaire de réseau attribue entre autres cette hausse à l’utilisation de fours et de micro-ondes et à l’éclairage dans d’autres pièces des logements. Notons qu’un report de consommation dans le temps (hausse de la demande après les matchs) est également envisageable. Ces variations de consommation ne sont pas anecdotiques pour RTE qui doit les anticiper afin de maintenir en permanence l’équilibre offre-demande sur le réseau électrique.

Début 2016, le ministère français en charge de l’énergie a publié un « cahier de préconisations »  afin de réduire l’empreinte énergétique et environnementale de grands événements sportifs comme l’Euro(3). Des exemples de « bonnes pratiques » y sont cités comme l’intégration de 2 600 m2 de panneaux photovoltaïques sur le stade Geoffroy-Guichard de Saint-Étienne qui produisent annuellement près de 205 MWh depuis 2007(4)Durant l'Euro 2012, la consommation d'électricité consacrée aux « stades, zones d‘hospitalité, aires de régie TV et centres d’accréditation » s’était élevée selon l'UEFA à près de 1 648 MWh(5)

Si l’on évoque souvent l’éclairage, le chauffage et la climatisation des enceintes sportives comme des postes énergivores (principalement sous forme d'électricité)(6), rappelons que ce sont surtout les déplacements des spectateurs qui sont in fine à l’origine des plus importantes consommations d'énergie et émissions de CO2 associées(7) lors des grands événements sportifs. 

dernière modification le
Sources / Notes
  1. Analyse offre-demande d'électricité pour l'été 2016, RTE.
  2. Soit l’équivalent de la capacité de près de 3 réacteurs nucléaires de forte puissance. A titre indicatif, le parc électrique en France métropolitaine avait une puissance installée de 129 310 MW à fin 2015. Rappelons ici qu’il est ici question de puissance et non de production et que le facteur de charge diffère d’une énergie et d’une installation à une autre.
  3. Cahier de préconisations environnementales pour un grand événement sportif international
  4. La puissance cumulée des panneaux photovoltaïques installés est de 216,7 kWc. Leur facteur de charge avoisinerait donc 10,8%.
  5. Rapport RSE de l'Euro 2012, UEFA.
  6. L’entretien des pelouses, qui fait débat durant cet Euro, exige par ailleurs de très importantes quantités d’eau.
  7. Selon le Bilan Carbone de la Coupe du Monde de rugby de 2007, 84% des émissions de CO2 de l’événement étaient liées aux déplacements des spectateurs, rappelle Consoglobe.