Industrie nucléaire : 25 engagements pour regagner la « confiance » et obtenir de nouvelles commandes

  • AFP
  • parue le

Avec ses 25 engagements, le plan d'excellence industrielle dans le nucléaire mis en place par EDF doit permettre de regagner la "confiance" après l'échec de Flamanville, dans l'espoir de décrocher de nouvelles commandes, explique son maître d'œuvre Alain Tranzer, venu du groupe automobile PSA.

"C'est un plan très technique, en profondeur, pour faire changer les choses, avec un seul objectif : montrer qu'on a changé pour donner confiance dans le fait qu'on peut nous donner, si le politique le veut, une nouvelle commande de nouvelles centrales et qu'on les délivrera dans le respect de la qualité, des coûts et des délais", a-t-il dit dans un entretien à l'AFP. Cet ancien du secteur automobile avait été nommé en février comme "délégué général à la qualité industrielle et aux compétences" - un poste nouvellement créé - afin de mettre en œuvre le plan "excell" d'EDF, qui doit s'appliquer à toute la filière française.

Ce plan est censé tirer les leçons des déboires de l'EPR de Flamanville, dont les coûts auront été multipliés par 3,3 (à 12,4 milliards d'euros selon EDF) et les délais par au moins 3,5. L'ex-patron de PSA Jean-Martin Folz avait qualifié le chantier d'"échec pour EDF" dans un rapport d'audit remis au gouvernement.

M. Tranzer présente jeudi 25 engagements sur 5 thématiques : amélioration de la gouvernance des grands projets, montée en compétence de la filière, fabrication et construction garanties conformes du premier coup, meilleures relations avec les fournisseurs et enfin standardisation pour renforcer la qualité et la sûreté.

Quelques mesures sont aussi dédiées spécifiquement à un "plan soudage" - alors que les derniers retards de l'EPR de Flamanville sont justement dus à des soudures défectueuses qui doivent être reprises. "On insiste beaucoup sur les écoles de soudures : une a déjà été lancée par Framatome à Châlons-sur-Saône, une seconde est inaugurée en ce moment à Bridgewater à côté d'Hinkley Point pour la centrale qui est en construction en Grande-Bretagne, et à Cherbourg, dans notre centre d'excellence soudage, on veut qu'il y ait une première promotion qui soit lancée à partir du mois de septembre", souligne M. Tranzer.

Nouvelles commandes

Le PDG d'EDF, Jean-Bernard Lévy, avait voulu recruter ce M. "excellence nucléaire" en dehors du secteur afin de s'inspirer de ce qui fonctionne ailleurs. "On s'est appuyés sur le benchmark des meilleures pratiques des autres industries : Naval Group, Airbus - qui a tiré tout le retour d'expérience de l'A380 pour faire l'A350, et bien sûr PSA", indique M. Tranzer, ainsi qu'Alstom. Il s'est inspiré de ces entreprises pour améliorer la gestion des grands projets mais aussi la standardisation - un concept clef dans l'industrie automobile.

Par exemple, EDF peut recourir aujourd'hui à plus de 13 000 types de robinets différents pour ses centrales. "Notre ambition c'est de retenir au sein du catalogue de l'ordre de 300 robinets seulement", explique Alain Tranzer.

"Excell" va aussi bénéficier du plan de relance, qui prévoit une enveloppe de 470 millions d'euros pour le nucléaire. Cet argent va notamment permettre de "soutenir le tissu industriel", avec un fonds d'investissement dédié aux PME, et "les compétences".

Cette phase de mise en œuvre du plan d'excellence industrielle doit aller jusqu'à la mi-2021. Une échéance qui ne doit rien au hasard, puisque c'est le moment où le gouvernement attend d'EDF la remise de son offre pour l'éventuelle construction de nouveaux EPR améliorés, plus simples et moins chers (« EPR2 »). La décision de lancer ou non de nouveaux chantiers nucléaires attendra toutefois le prochain quinquennat.

"On veut donner confiance mi-2021 parce que c'est à cette date qu'on a prévu de remettre l'offre des EPR2 à l'État français", affirme M. Tranzer. Le but est plus largement "d'obtenir des nouvelles commandes pour des nouvelles centrales en France, en Grande-Bretagne, à l'export....", selon lui. EDF espère notamment de nouvelles commandes en Angleterre pour le site de Sizewell mais aussi en Inde notamment.

Mais le plan doit aussi servir au chantier de construction des EPR anglais déjà engagé à Hinkley Point C ou au "grand carénage", le programme de grands travaux pour poursuivre la vie du parc existant.

Commentaires

dédé 29

Il fut un temps ou les dirigeants d' EDF avaient passé de nombreuses années à l'intérieur de l'entreprise avant de prendre des postes de direction . Ils avaient l'avantage de connaitre les réalités du terrain ,c'était pas trop mal . Puis le politique (à partir de Mitterrand )
a commencé à placer ses copains ,les autres ont suivi...Etre chef quelque part ,cela permet d'etre chef n'import ou ! Un gorille dominant peut-il diriger un troupeau de zèbres ? On peut alors s'étonner d'erreurs monumentales même en feuilletant les manuels du management ( souvent américains ) .

Jean BLIN

L'excellence de la filière nucléaire (EDF, Framatome, AREVA, CEA ... ) avant 1981 commençait avec ses présidents successifs, tous d'abord ingénieurs et physiciens dont la priorité était les technologies. Les dirigeants après 1983 orientés finances, marketing, joint venture, découpe par appartement et prix des actions des "découpés sont responsables du désastre vécu par la filière. Ils ne sont pas seuls, ils ont suivi les décisions des présidents de la République et leurs gouvernements qui, depuis 1983, ont tous négligé, ignoré, malmené, bradé, détruit chacune des grandes entreprises nationales de la filière par leurs politiques libérales et européennes, le lobby éolien promu par Yves Cochet depuis 2001 et tous ses successeurs jusqu'à aujourd'hui . On le voit encore, malgré les annonces actuelles, avec l'ordre donné au CEA d'abandonner le réacteur de 4ème génération ASTRID et le décret promouvant les PPE 2019-2023 et 2023-2028.

Serge Rochain

Un chapelet de promesses qui ne seront jamais tenues comme il en est dans la règle de conduite du monde nucléaire dont le mensonge est le mode de vie naturel. Cela a commencé il y a 60 ans et c'est toujours vrai.
Le risque est nul !
C'est l'indépendance énergétique !
C'est l'électricité la moins chère du monde !
Les réserves sont inépuisables !
Les soi-disant déchets sont minimes et ne sont pas un problème !
Le monde nous enviera !
.....................
etc

Ajouter un commentaire

Sur le même sujet