Le renationalisation d'EDF en questions

  • AFP
  • parue le

Quel sort pour EDF ? Le gouvernement doit annoncer d'ici mardi son plan pour renationaliser le groupe à 100%, première étape seulement d'un vaste chantier de réformes pour le géant de l'électricité, surendetté et confronté à d'énormes paris industriels.

Nationaliser : pour quoi faire ?

Que l'État passe de 84% du capital, comme aujourd'hui, à 100%, quelle différence cela fait-il ? D'abord, cela permettrait à EDF, très endetté, de se financer et d'emprunter à coût modéré. Sur fond de difficultés de production du parc nucléaire, l'agence S&P a menacé fin mai de dégrader encore sa note de solvabilité.

Or le groupe va avoir très vite de forts besoins d'investissement, dans les renouvelables mais aussi pour son "nouveau nucléaire" (au moins six réacteurs EPR, voire quatorze, si l'État suit l'intention annoncée par Emmanuel Macron). "Nationaliser peut rassurer les investisseurs, qui ont besoin de vision à long terme", dit Christophe Bonnery, président de l'Association des économistes de l'énergie (AEE).

Surtout, "le scénario le plus probable est la remise en route" d'un plan de réorganisation d'EDF, "ce qui sera plus simple avec un EDF nationalisé", explique Julien Teddé, directeur général d'Opéra Énergie. "Cela permet aussi de ne pas léser les intérêts des actionnaires minoritaires, qui ne pourront plus reprocher d'éventuelles décisions défavorables".

Comment nationaliser ?

Deux options se présentent : la loi ou l'OPA (offre publique d'achat) dite simplifiée, puisque l'État détient plus de 50% d'EDF. La France n'a pas voté de loi de nationalisation depuis 1981. Celle-ci vise à exproprier les actionnaires minoritaires, contre une "juste et préalable" indemnité. L'État ne peut fixer n'importe quel prix et il doit démontrer l'existence d'un intérêt public supérieur.

Le gouvernement devra présenter un projet de loi, qui suivra la navette parlementaire. Le Conseil constitutionnel veillera au grain. La seconde option est l'OPA et la procédure suit alors les règles de l'Autorité des marchés financiers (AMF), notamment sur la fixation du prix de rachat des actions.

D'abord l'État communique son intention, avec un prix. Le conseil d'administration d'EDF donne sa recommandation aux actionnaires. L'AMF publie le calendrier de l'offre, avec la période pendant laquelle les minoritaires peuvent vendre leurs actions. Le choix entre les deux options sera surtout politique : analyse du rapport de force au Parlement, poids symbolique que donnerait une loi à une reprise en main du destin énergétique de la France, etc.

L'économiste Elie Cohen ne croit pas en une loi : "L'État n'en a pas les moyens au parlement actuel. Il n'y aurait pas de majorité. La Nupes pourrait être heureuse de voir EDF nationalisé mais à condition qu'il n'y ait pas ce qu'ils appellent du démantèlement. Or, on sait que la nationalisation à 100% ne sera que la première étape d'un processus dans lequel on séparera les activités concurrentielles des non-concurrentielles". En revanche, "la technique boursière est très simple. Il suffit que l'État achète 6%. Ça lui donne 90% et après il fera une opération de retrait et aura 100%".

À quel coût ?

Le gouvernement n'a pas livré le montant de l'opération. Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a prévu une enveloppe de 12,7 milliards d'euros pour financer la renationalisation d'EDF mais aussi "d'éventuelles autres opérations."

Nicolas Goldberg, expert chez Colombus Consulting, a d'abord estimé l'addition entre six et huit milliards d'euros. Mais avec le bond de 30% fait par l'action après l'annonce de nationalisation le 6 juillet, on est "plus proche de dix milliards", dit-il.

Et après ?

C'est là que tout commence, disent les analystes. Dix-sept ans après son entrée en Bourse, "la nationalisation d'EDF, c'est le constat d'un triple échec : économique car l'entreprise n'a pas été capable d'assurer sa pérennité, industriel car elle n'a pas réussi à maintenir un outil performant, et politique", dit Elie Cohen. Les experts notent les "hésitations de la stratégie industrielle" de l'État, en matière de nucléaire comme de renouvelables.

EDF a aujourd'hui des chantiers prioritaires : quelle régulation pour le partage du nucléaire actuel, dont les revenus partent largement aux concurrents d'EDF via la vente d'électricité à bas coût, et comment financer le nouveau nucléaire, le tout impliquant des discussions avec Bruxelles et d'éventuelles réformes pour le groupe.

Le précédent plan "Hercule" a été suspendu. Il prévoyait une unité publique incluant le nucléaire, et une autre dédiée à des activités ouvertes à la concurrence - renouvelables, mais aussi le réseau de distribution Enedis, ce qui avait généré des critiques car considéré comme une activité régalienne.

Pour Nicolas Goldberg, "il n'y a pas de bon choix, juste un choix politique". Mais "il ne faut pas que ça traîne", tant pour la transition énergétique que pour les consommateurs, notamment industriels, qui ont besoin de visibilité sur leur approvisionnement.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Suggestion de lecture