Quand l’ARENH devient « serpent »…

Jacques Percebois – Professeur à l’Université Montpellier I

Professeur émérite à l’Université de Montpellier (CREDEN)
Coresponsable du pôle Transitions énergétiques à la Chaire Économie du Climat (Paris-Dauphine)

Le projet de restructuration du statut d’EDF semble bien avancé, puisque la réforme du mécanisme de l’ARENH(1), qui en conditionne la mise en œuvre, est maintenant soumise au débat public (jusqu'au 17 mars 2020). Sur la base de ce projet, on peut faire les observations suivantes.

I Objectifs de la réforme

Ils sont au nombre de quatre :

  • faire en sorte qu’avec la fin de l’ARENH (100 TWh au prix de 42 euros/MWh), le prix de l’électricité payé par les consommateurs français ne dépende pas trop du prix des combustibles fossiles (centrales à charbon et à gaz)(2), ni du prix du carbone qui est appelé à s’accroître sur le marché européen des quotas ;
  • permettre au consommateur français de continuer à bénéficier de l’avantage compétitif du nucléaire amorti, et du même coup d’une électricité décarbonée ;
  • garantir la rentabilité du parc nucléaire existant qui devient une « essential facility », une sorte de « bien commun » ou service public d’intérêt général dont les coûts complets doivent être couverts ; de ce point de vue, le nucléaire existant est « sanctuarisé » ;
  • éviter que cet actif nucléaire ne procure une rente de rareté excessive à l’opérateur historique (EDF), dans un contexte où la fermeture des centrales à charbon en Europe (notamment en Allemagne) et la hausse prévisible du prix du pétrole pourraient se traduire par une envolée de prix sur le marché de gros européen de l’électricité(3). L’opérateur historique comme ses concurrents seront à « armes égales » sur le marché final. On respecte ce faisant la logique du Rapport Champsaur.

II Le mécanisme proposé

Dans le cadre du nouveau mécanisme, la quasi-totalité de la production nucléaire (l’EPR de Flamanville est concerné) est écoulée sur le marché de gros (on parle d’un « ruban » qui exclut les contrats à long terme signés par EDF, lesquels ne représentent guère plus de 10 à 20 TWh par an sur un total annuel de l’ordre de 380 TWh).

Ce volume d'électricité est « ouvert » aux différents fournisseurs d'électricité qui peuvent en bénéficier, au prorata de leurs portefeuilles de clients(4). Le prix réellement payé par chaque fournisseur (donc ses clients) doit, in fine, fluctuer entre un prix plafond et un prix plancher, les deux bornes étant distantes de 6 euros par MWh au maximum.

Pour obtenir ce résultat, on dissocie le marché « physique » d’un marché « financier » donnant lieu à compensations ex post entre EDF et les fournisseurs alternatifs. Le prix plafond comme le prix plancher seront fixés par la Commission de régulation de l'énergie (CRE) sur une base objective (les coûts).

Ce système rappelle le serpent monétaire européen qui a fonctionné entre 1972 et 1978…

Si le prix spot de vente du nucléaire est supérieur au prix plafond garanti, EDF devra verser la différence aux fournisseurs qui ont acheté du nucléaire pour alimenter leurs clients français. Dans le cas où le prix spot est inférieur au prix plancher, ce sont les fournisseurs alternatifs qui cette fois devront verser la différence à EDF.

Ce système rappelle le « serpent monétaire » européen(5) qui a fonctionné entre 1972 et 1978 et il s’apparente très fortement au mécanisme des « contrats pour différence » mis en place au Royaume-Uni pour financer l’EPR d’Hinkley Point. Mais avec une différence importante : les compensations financières ne se font pas entre le producteur nucléaire et la puissance publique mais entre le producteur et ses concurrents.

Avec ce système, EDF devient un acheteur de droit commun du nucléaire français lorsqu’il vend de l’électricité à ses clients et l’entreprise devra respecter une séparation stricte entre ses activités de producteur nucléaire et celles de fournisseur d’électricité (c’est la dualité « bleu-vert » du projet de restructuration). Le fait que tout la production nucléaire sera vendue sur le marché va en accroître la liquidité alors que, précédemment, le volume d’ARENH était vendu hors marché à un prix régulé.

Le gros avantage du système est que les engagements entre EDF et ses concurrents sont cette fois symétriques et non plus asymétriques comme avec l’ARENH. Les fournisseurs alternatifs profiteront d’un prix relativement stable et EDF aura la garantie que son nucléaire sera vendu à son coût, avec quand même un taux « normal » de rentabilité. C’est un système « gagnant-gagnant » de ce point de vue : pas de « surprofits » de part et d’autre.

Les engagements pris par EDF concernant la disponibilité de son parc nucléaire (engagements sur plusieurs mois, en principe 24 mois) devront être respectés. En cas de non-respect, il appartiendra à EDF de compenser le manque d’électricité promis à ses concurrents en s’approvisionnant sur le marché au prix du spot. Il y a là une très forte incitation à l’efficience car l’opérateur historique risque de payer cher les conséquences d’une moindre performance du parc. C’est une « épée de Damoclès » qui peut se révéler dangereuse…

Réforme de l'ARENH

III Les points à préciser

Plusieurs questions sont ouvertes et devront donc être débattues dans les prochains mois. Les prix « plancher » et « plafond » seront fixés par la CRE en euros constants par MWh sur une période pluriannuelle ; il faudra préciser les mécanismes de révision de ces prix pour tenir compte notamment des investissements nouveaux liés aux recommandations de l’ASN ou à la prolongation de la durée de fonctionnement des réacteurs.

La marge de 6 euros par MWh entre le plafond et le plancher du corridor paraît faible quand on connait la forte volatilité des prix de gros de l’électricité et la forte variabilité des coûts dans cette industrie. Notons que rien ne semble dit sur l’hydraulique dans ce projet ; le même mécanisme va-t-il s’appliquer ?

Encore un effort et on s’apercevra que les monopoles (publics) intégrés et régulés ont des vertus…

Avec cette réforme, le prix TTC payé par le consommateur final va-t-il baisser ou rester stable ? Il est impossible de le dire car il faut tenir compte des autres composantes du prix final : les taxes qui financent le surcoût (encore élevé) des renouvelables et les péages d’accès aux réseaux qui sont appelés à augmenter si l’on en juge par les investissements programmés par RTE et Enedis pour faciliter les interconnexions et l’injection croissante d’électricité renouvelable décentralisée.

Ainsi la dimension « régulation » du marché de l’électricité se renforce avec ce système puisque cela revient à créer 100% d’ARENH… Cela prouve qu’il est difficile de s’appuyer sur des mécanismes de marché de court terme pour financer des investissements de très long terme. La part régulée du prix du kWh TTC payé par le consommateur final va encore croître puisque les péages d’accès aux réseaux de transport et de distribution et les taxes échappent déjà à une stricte logique de marché. Encore un effort et on s’apercevra que les monopoles (publics) intégrés et régulés ont des vertus…

Sources / Notes
  1. Document de consultation « Nouvelle régulation économique du nucléaire existant ».
  2. Le coût marginal de ces centrales fixent le prix de l'électricité sur le marché spot lors des pics de consommation.
  3. Si le prix du pétrole monte, celui du gaz monte en Europe.
  4. « Les fournisseurs de l’Union seraient tous éligibles à souscrire au plafond de prix au bénéfice de leur portefeuille de clients établis en France, afin d’éviter toute distorsion de concurrence sur le marché français des fournisseurs. Ces droits pourraient, par exemple, être déterminés selon des modalités comparables à celles de l’ARENH, sur le fondement de la consommation en base des clients de chaque fournisseur ».
  5. Le Serpent monétaire européen est un dispositif économique déployé de 1972 à 1978 afin de limiter les fluctuations de taux de change entre les pays membres de la Communauté économique européenne.

La consultation sur le nouveau projet est ouverte jusqu’au 17 mars 2020, à l’adresse suivante : consultation-regulation-nucleaire-existant@developpement-durable.gouv.fr.

 

Les autres articles de Jacques Percebois

Commentaire

www.hopenergie.com

Edf, le fournisseur d'électricité historique en France est l'un des plus cher du marché. En comparant les offres d'électricité et en changeant de fournisseur on économiser jusqu'à 17% sur le prix de l'électricité comparé au prix EDF 2020. En plus vous consommerez de l'énergie verte. source https://www.hopenergie.com

Justin

Je préfère une électricité sans CO2.

Sur ce, quand il n'y a ni vent ni soleil, d'où vient votre électricité?

Yves

Il n'y a pas d'électricité sans CO2. Le GIEC calcul 11gCO2/kwh éolien par exemple (physiquement 90% du CO2 est émis à la construction, puis le calcul ramène cela pendant la durée de vie)

gautier

Escroquerie, que tout cela. Le mix, à la prise de courant, est de 70 à 80 % nucléaire, et hydraulique, pour des émissions très faibles. Il ne faut pas raconter d'histoire !

Hervé

Tout a fait d'accord.
Toutes ces sociétés achètent un volume d'ENR au prix marché, en général de l'hydraulique à 40€ le Mwh et le revendent à leur clients, parfois plus cher que le prix moyen. Et ce sachant que même s'ils n'existaient pas, ces Mwh aurait été mis sur le marché, de toute façon. Donc aucun intérêt. De plus, ce modèle n'est viable que tant qu'ils ont peu de clients .
Par contre il faut préciser que leur marge est faible car ils doivent payer le transport et les taxes qui comptent pour plus de la moitié du cout final.

Ce principe aurait été bien si:
Ils achetaient plus cher le KWH ENR à de nouveaux producteurs, à un prix leur permettant d'amortir de nouvelles installations, en finançaient le cout réel des systèmes de stockages et revendaient à leur clients aux conditions de ce que serait un mix 100% ENR. Dans ce cas on pourrait parler de fournisseur "vert". L'ennui c'est qu'au juste prix, ils n'auraient pas beaucoup de clients...

gautier

Et ils peuvent l'acheter n'importe où en Europe, souvent en Norvège, là où il a des excédents d'hydraulique. Encore une tromperie..

Daniel SCHRICKE

"Elémentaire, mon cher Watson", aurait pu dire Sherlock Holms ! Mais, les contre-vérités et mensonges véhiculés par la plupart des distributeurs "alternatifs" sont tellement plus séduisants (et plus "vendeurs" !)... Quand donnera-t-on, enfin, un peu plus la parole aux véritables "sachants", pour lesquels un + un continuent à faire deux ?...

AtomicBoy44

Je teste les comparateurs de prix en ligne deux fois par an, et je ne vois pas vraiment d’économie qui justifient de changer de fournisseur.

Seuls les gogos céréborlessivés par la doxa antinucléaire pour ne pas dire anti-progressiste ambiante, diffusée partout, sur tous les canaux possibles et imaginables qui n'a rien de scientifique et tout d’irrationnel, voire même de la croyance religieuse mordent à l'hameçon.

En attendant, ils ne vendent pas plus efficacement les MWh produits, verts, jaunes, ou oranges a paillettes bleus clignotantes que les agents commerciaux d'EDF.

Les investissements du peuple français depuis plusieurs decennies sont bradés pour des croyances stupides qui ont montré chez le voisin germanique leurs inneficacité. Et cela dans un pays réputé pour son efficacité et sa capacité reconnue a développer une structure industrielle verticale rapidement.

S'acharner a démanteler EDF comme cela a été lancé par Sarkozy depuis 2007 ne conduira qu'a une seule chose : l'appauvrissement généralisé des classe moyenne qui devront tôt ou tard payer la manque d'électrons sur les réseaux flambants neufs mais vides.
Cette semaine il nous a même été annoncé la fermeture prochaine de 14 a 16 tranches nucléaires dans le pays, en prenant bien soin de ne pas fermer les centrales mais de réduire massivement la production. Une stupidité sans nom, cynique, qui ne vise pas du tout la sécurité mais le clientélisme électoral, et le pire de tout c'est qu'ils le font annonçant des réductions d'émissions de CO2 de 80% dans la même période de temps !

Conclusion : investissez dans les producteurs d’électricité au gaz, car dés que le nord stream 2 sera construit, le gaz russe va brûler par centaines de millions de Mètre cubes. N'oubliez pas d’acheter des millions de tonnes de CO2 a émettre, vous ferez une plus-value du genre 100% à 200% dans les 25 ans a venir ! Voila la réforme des retraites a été payée !
En attendant, la majorité des consommateurs va devoir raquer et se laisser racketter tranquillement avec des slogans publicitaires MENSONGERS pour seuls espoirs de pouvoir continuer de consommer de l’électricité.

Bonne chance, et que le meilleur (le plus fortuné ?) gagne ! La péréquation, et la solidarité, c'est fini, chacun pour soi ...

Yo

Vous faites fausse route (ou du démarchage commercial).
Les prix des fournisseurs dependent de leur politique de pricing.
Dans les faits, les fournisseurs alternatifs achètent leur électricité en majorité à EDF producteur.
Il est ici question des coûts de production, c'est une chose bien différente des prix de vente.

Alain DESGRANGES

Monsieur "Hopenergie", je crois que l'objet de cet article est ailleurs.

Pour ce qui me concerne, je souhaiterai remercier Monsieur Percebois d'avoir prit le temps de décrypter pour les lecteurs de "Connaissance des énergies" le sujet bien compliqué de l'ARENH où comment mettre fin à une situation intenable où EDF est prié de brader son énergie nucléaire à des fournisseurs alternatifs, ses concurrents, au risque de fondre les plombs, situation paradoxale pour un Électricien de réputation mondiale, tout le monde en conviendra.

Tout le monde ?... Pas vraiment puisque que la consultation du public dont il est fait état dans cet article renvoie à la simple communication d'un mail en rupture compète avec la pratique des autres consultations organisées par la CNDP (Commission Nationale du Débat Public) ou par le Ministère de la transition écologique et solidaire.

Voilà donc un sujet quasiment inaccessible au commun des mortels qui sera pourtant traité dans l'opacité la plus totale puisque les "attendus" de cette consultation comme les contributions qui y seront déposés resteront rigoureusement invisibles voire condamnées à finir dans la poubelle d'un "filtre" installé sur leur cheminement.

Un exemple de démocratie participative à vite oublier !...

AtomicBoy44

Les investissements du peuple français depuis plusieurs decennies sont bradés pour des croyances stupides qui ont montré chez le voisin germanique leurs inneficacité. Et cela dans un pays réputé pour son efficacité et sa capacité reconnue a développer une structure industrielle verticale rapidement.

S'acharner a démanteler EDF comme cela a été lancé par Sarkozy depuis 2007 ne conduira qu'a une seule chose : l'appauvrissement généralisé des classe moyenne qui devront tôt ou tard payer la manque d'électrons sur les réseaux flambants neufs mais vides.
Cette semaine il nous a même été annoncé la fermeture prochaine de 14 a 16 tranches nucléaires dans le pays, en prenant bien soin de ne pas fermer les centrales mais de réduire massivement la production. Une stupidité sans nom, cynique, qui ne vise pas du tout la sécurité mais le clientélisme électoral, et le pire de tout c'est qu'ils le font annonçant des réductions d'émissions de CO2 de 80% dans la même période de temps !

Conclusion : investissez dans les producteurs d’électricité au gaz, car dés que le nord stream 2 sera construit, le gaz russe va brûler par centaines de millions de Mètre cubes. N'oubliez pas d’acheter des millions de tonnes de CO2 a émettre, vous ferez une plus-value du genre 100% à 200% dans les 25 ans a venir ! Voila la réforme des retraites a été payée !
En attendant, la majorité des consommateurs va devoir raquer et se laisser racketter tranquillement avec des slogans publicitaires MENSONGERS pour seuls espoirs de pouvoir continuer de consommer de l’électricité.

Bonne chance, et que le meilleur (le plus fortuné ?) gagne ! La péréquation, et la solidarité, c'est fini, chacun pour soi ...

Daniel SCHRICKE

Tout à fait d'accord avec "atomic.boy" ! Logique implacable ! Je continue à me demander pourquoi (et surtout, "pour qui") on continue à inonder les médias de contre-vérités évidentes visant exclusivement à démolir la filière nucléaire, au profit de solutions "alternatives" inadaptées et coûteuses, tant qu'on n'aura pas trouvé la possibilité de stocker efficacement des quantités importantes d'électricité, pour faire face aux aléas incontournables des ENRa. Les "lobbys" dont tout le monde parle, ne sont certainement pas où on le pense !...

Hervé

Le plus dommage est qu'ils consacrent des milliards à cela, et quasi rien dans d'autres secteur ou il y aurait beaucoup à gagner pour pas très cher, tout en remontant notre industrie actuellement en berne.

AtomicBoy44

C'est un peu vague, pourrez vous donner quelques précisions sur vos idées pour réindustrialiser le pays ???

Hervé

Bonjour,
Oui, par exemple, le transport ferroviaire serait un moyen très efficace pour réduire les émissions du Fret. L'ennui c'est que son mode de fonctionnement actuel est complétement obsolète (lent, ruineux, pas efficace, pas fiable). Il faudait revoir ça en profondeur: Après le passage de la vapeur à l'électrique il faut passer au Train 3.0 (automatisation des opérations de chargement, re-concevoir les trains, les gares, les modes opératoires, enfin tout .........) de manière a rendre ça souple rapide et efficace. La technologie existe, il faut juste une volonté politique forte pour le faire car ça demande un schéma de développement cohérent. A la clé réduction drastiques des émissions de GES du au transport et probablement du cout aussi (Il nous manque un DeGaulle qui étais un politique comme les autres, mais qui lui savait s'entourer de gens compétents... )

Habitat: on sait depuis longtemps faire des maisons très efficaces sur le plan thermique, emissions de GES et confortables (forte isolation + forte inertie pour le neuf, PAC écolos + Bois pour l'ancien). Au lieu de faire de petites évolutions à chaque RT, suffit de passer directement a ce qui se fait de mieux. Certes certains vont avoir du mal, voire disparaitre (marchands d'isolation de merde, de fenêtres de merde, ... de gaz, de charbon et de pétrole....) mais de toute façon c'est ce qui va leur arriver à terme, alors...

Pour le financer: au lieu de gaspiller des milliards dans des solutions déjà obsolètes ( on s'est pressé de mettre du PV et de l'éolien dont on n'avais pas besoin quand c’était cher et peu performant et trés cher) alors que ces solutions n’emmènent pour le moment aucune réductions d'émissions de GES significatives.

Pour conclure:
Faire les choses dans l'ordre et intelligemment, taxer ce qu'on veut supprimer (et pas le reste...) en laissant la concurrence viser le meilleur rapport qualité prix:
Phase 1: convertir l'économie à l'électrique décarbonné pas trop couteuse
Phase 2 : voir comment sortir du nucléaire sans exploser les émissions de GES et les couts

AtomicBoy44

Voila qui est plus clair.

1/ Le train oui, je suis pour, sauf qu'il est trop tard puisque la privatisation rampante a fait son œuvre. tout est désorganisé et peu rentable face aux camions sur autoroutes. Vous voulez taxer les camions de marchandises, je vous renvoi au souvenir des bonnets rouges bretons et les portiques écotaxes qui ont couté plusieurs milliards dans le vide et sa place a la Royale.
L’Europe veut séparer les transporteurs des réseau et des commerciaux au nom de la sacro sainte concurrence. Et pour qu'elle soit libre et non faussée, ils vont jusqu’à la fausser exprès !
De Gaule avait un commissariat au plan et une volonté de réconciliation nationale qui l'a conduit a faire avec les communistes de tout poils qui étaient alors très puissant pour établir le programme du Conseil nationale de la résistance et reconstruire le pays. je peux vous rejoindre sur la médiocrité de nos politiciens, mais notre vassalisation a l’Allemagne et aux Etats-unis via les institutions européistes ne permettrait jamais a un De Gaule d'exister.

2/ Le RT2012 est un instrument de propagande antinucléaire a cause du coefficient appliqué a l'électricité qui date du premier choc pétrolier et d'une ancienne dépendance de notre production électrique nationale aux combustibles fossiles pétroliers et gaziers. Je vous renvoie aux nombreuses critiques de cette histoire y compris de personnels politiques comme Brice Lalonde, ancien ministre écolo. En attendant, elle a favorisé le gaz pour le chauffage. Jancovici aussi en parle. Le flock-prigent aussi... Et c'est ainsi que la majorité des antinucléaires (certains s'ignorent encore) qui répète l'argument éculé contre le chauffage électrique n'ont rien compris aux enjeux climatiques, énergétiques et de dépendance du pays aux combustibles fossiles pour le chauffage. Le chauffage au bois oui, m’enfin, il faut raison garder. En veille c'est le prier émetteur de particules fines et très fines devant le diésel !

3/ je partage totalement ce que vous dites.

4/ je répète la même chose partout sur les réseaux et les groupes écolos sur internet, mais on me taxe immédiatement de vendu ou de lobbyiste pour EDF et Orano...Et j'ajoute qu'il ne faut pas moins d'électricité, mais plus, tout il faut plus d'énergie par personne et non pas moins. Il faut seulement que cette électricité ou cette énergie (je pense notamment au thermique) soit la plus décarbonée possible pour éviter d'importer ces 620 milliards de combustibles fossiles chaque année. Car TOUTE importation est de toute façon une destruction d'emplois sur notre territoire.

5/ Je diverge sur votre deuxième point de conclusion car j'estime qu'au contraire, il faut persister et atteindre les 50% d'énergie (pas seulement d'électricité) consommée en France par de l'électronucléaire. Cela nécessité de garder nos réacteurs encore au moins 30 ans de plus et d'en construire au moins deux douzaine de plus.

Il n'y a aucune, non aucune raison de sortir du nucléaire électrogène, ni en France, ni dans le monde. Seuls les idéologues exploitent l'ignorance et la peur qui en découle pour acquérir du pouvoir. Les déchets ne sont pas vraiment un problème. En revanche, le gaz Russe ou de schiste étasunien est idolâtré par ces mêmes groupes de pressions (lobbys) antinucléaires alors qu'ils nous vassalisent davantage et nous privent par conséquent de la liberté de choix de notre destin.

Allez visionner les vidéos de la chaine "Le réveilleur" sur Youtube et notamment la playlist énergie. Vous y verrez le cheminement qu'il a fait alors qu'il était plutôt hostile au nucléaire selon moi, il a du travailler des semaines et creuser très loin les sujets qu'il exposait dans ses vidéos. Je regrette seulement que les français et les peuples européens en général ne prennent pas le temps d'essayer d'apprendre par eux même a propos de cette technologie qui de toute façon va continuer de progresser, de croitre, et se multiplier partout dans le monde. Y compris dans les deux pays accidentés par cette technique.

Pour résumer : plus d'énergie par personne, que cette énergie soit surtout de plus en plus électrique, et que cette électricité soit de plus en plus issue de l’électronucléaire, le tout backupé par de l'hydroélectricité. Il suffit de regarder le site electricitymap.org pour voir que ce couple électronucléaire + hydro a fait ses preuves depuis plusieurs décennies puisque les pays qui l'ont mis en œuvre font bien mieux que tous les autres en Europe. La France compte parmi eux.
Et c'est clairement l’Allemagne qui montre le plus mauvais exemple à suivre avec ses 110 GW d'éolovoltaique installé. L'energieWende est un échec TOTAL a 450 -500 milliards € !
Alors quand je lis que Van Der Leyen veut nous obliger a investir dans ces conneries, je dit que mon vote ira a ceux qui veulent sortir de l'UE car cette folie va nous emporter avec elle, nous appauvrir, et nous faire disparaitre dans un espèce de truc qui ne ressemble pas a notre pays et encore moins au destin que je souhaite pour mon pays.

Hervé

@ AtomicBoy

1) Oui je sais, mais ça dépends de nous tout de même (on élit encore nos dirigeants bien que ces temps ci on pourrait commencer à se poser des questions... )

2) Concernant la RT2012 je sais, c'est un scandale. L'un des problèmes c'est que le niveau scientifique d'un écolo (notamment concernant les questions sur l’énergie) est rarement supérieur à celui d'un poulet, par contre on n'entends qu'eux... Total & Co n'ont plus qu'à les manipuler et bingo pour eux. Précision: la bonne voie est l'association PAC + Bois, comprendre Bi-Energie: s'il fait doux PAC, s'il fait froid Bois.
Le bois ne peut pas représenter grand chose notamment par manque de ressource (les particules, ouai, bof... les anciens ont fait avec) , en revanche c'est de l'ENR stocké à libérer prioritairement au lieu du recours aux fossiles pour passer les pointes, c'est ça mon point de vue. Je me place dans un objectif de forte réduction des GES, pas juste de faire semblant comme se contentent nos politiques actuellement qui la jouent grosses dépenses pour petit résultat, moi je préfère un gros résultat (avec si possible petite dépense).

4) C'est mon avis aussi

5) Je crois qu'on est d'accord. Précision: le nucléaire est actuellement la meilleure voie pour réduire les émissions de GES à un cout modèré et de loin. Mais ça ne veut pas dire que ça le restera à jamais. Donc je préconise dans un premier temps de batir le mix sur cette energie principalement (en fait finir ce qu'avais commencé DeGaulle lors du choc petrolier, c'est plus facile maintenant qu'à l'époque) puis si plus tard il devient possible de faire autrement alors on fera autrement. Pour le moment le 2e point n'est pas technico-économiquement envisageable. Il faut progresser sur la technique (stockage ou autre truc qui a rien a voir) .

Oui, J'ai vu la chaine du Réveilleur, visionné bonne partie de ses videos excellent, peu d'erreurs, assez pédaguogue mais de toute façon personne ne veut voir la vérité, donc il ne sera pas écouté (il n'est plus sourd que celui qui ne veut pas entendre)...

Daniel SCHRICKE

D'accord avec vous sur certains points, notamment en ce qui concerne le fret, pour lequel le train devrait être privilégié (ce qui nécessitera plus d'électricité !). Mais il faut compter avec les très solides lobbys du transport routier, qui sont capables de bloquer l'ensemble du pays pendant des semaines, en l'asphyxiant, dès que l'on touche, si peu que ce soit, à leur "empire" ! Il ne suffit pas de dire "yakafokon" ! On a déjà eu l'occasion d'avoir un échantillon de leur "efficacité" lors de l'épisode des portiques de contrôle !... De même, quand vous préconisez la taxation "de ce qui devrait l'être" !... Sans doute ! Mais, même observation ! Ce qui n'empêche pas d'essayer !
Par contre vous préconisez, en "phase 2" (je cite): "voir comment sortir du nucléaire sans exploser les émissions de GES et les couts". Je ne vois pas pourquoi il faudrait absolument s'arquebouter sur la sortie du nucléaire, qui est certainement, après l'Hydraulique, la solution la plus économique, et la plus "écologique" (très peu d'émissions de CO²), qui a l'avantage d'être pilotable, et qui, en fait, s'avère moins dangereuse que la plupart des autres industries ! Pourquoi "casser" des centrales en parfait état de marche, et amorties, comme Fessenheim, sinon pour "faire plaisir" aux "écolos" antinucléaires viscéraux et dogmatiques ? Faut-il rappeler que nos 58 réacteurs fonctionnent depuis 40 ans dans d'excellentes conditions de sécurité et de coût, en ayant fourni 75% de notre électricité (l'une des moins chères de l'Europe) avec un "bilan carbone" qui reste l'un des meilleurs au monde ?
Quant à votre complément "sans exploser les coûts", vous savez bien que, dans l'état actuel de nos connaissances techniques, c'est "mission impossible" ! Les ENRa restent en effet, compte tenu de la nécessité de disposer de moyens pilotables pour faire face aux "creux de production", beaucoup plus cher que l'électro-nucléaire !... D'ailleurs, pour soutenir ces ENRa, des subventions énormes sont consenties à d'autres "lobbys", pour leur permettre d'inonder le pays de panneaux solaires "made in China" et d'éoliennes fabriquées partout sauf en France !...Et qui ne "fabriquent" que moins de 5% de nos besoins en énergie électrique !... Alors ? on continue ?

Hervé

Bonjour,
Le train consomme peu, et peut encore un peu s’améliorer. Donc ça ne représentera pas une grosse augmentation de conso électrique mais diminuerait sensiblement la conso de pétrole.

Concernant les lobbys, oui et non. C'est une question de fermeté et de justice. Les gens ne se révoltent pas quand ils ont le sentiment que la voie est la bonne. L'affaire des portiques (une taxe mal expliquée avec des frais de recouvrement exorbitants...) est l'exemple de l'incompétence de nos dirigeants, ce qui incite à la révolte.
Par ailleurs il n'y a pas que les routiers. Chez la SNCF ou EDF, c'est aussi souvent un peu "border line"en ce domaine. Je ne pense pas que dans ces sociétés, le rapport conditions de travail/ rémunération soient particulièrement défavorable, et pourtant...

Concernant la phase 2 j'ai répondu à Atomic boy, faut comprendre dans longtemps.

Chaque technologie voit sa naissance son apogée et sa disparition. La force animale a été remplacée par le vent puis le vent par le charbon, puis le charbon commence à être remplacé par l'atome, le cycle pourra continuer... ou pas (l'hydraulique existe depuis l'antiquité et n'a jamais produit autant aujourd’hui, même si certains petits sites ne sont actuellement plus exploités) .

Qu'est ce que sera l'énergie d'avenir? Je ne sais pas. ça dépendra des prochaines découvertes. On ne peut même pas savoir si les ENR seront l’énergie du futur car elles ne sont pas capables d'assurer le besoin complet et les solutions de complément à un cout réaliste n'existent pas: Le vent a été effectivement remis "à la une" de manière artificielle sans que les tares qui ont conduit à sa perte dans le passé ne soient entièrement corrigées. Le solaire a toujours été utilisé sous sa forme directe (rayonnement). Pour ce qui est de son utilisation en exergie, la aussi c'est possible mais son potentiel est limité par le même type de tares que le vent qu'il va falloir compenser si on veut qu'il devienne une source majeure.

AtomicBoy44

L'anticléricalisme primaire est une idéologie a but lucratif.
Greenpeace ne vous dira jamais le contraire.

Fessenheim, c'est du clientélisme électoral. Sans les 2% d'Eva Joly, Flamby ne pouvait gagner. Le pacte a été signé avec M.Aurbry bien avant la présidentielle, en catimini. Cette centrale a servi de Totem qui a conduit a l'aberration de la LTECV, qui place maintenant des allemands au ministère de l'écologie pour nous dicter chaque année une nouvelle PPE qui annonce chaque fois plus de fermeture de réacteur pour que les centrales charbonnières et gazières germaniques restent rentables a long terme.

Tout cela crée de la dévaluation interne parce que nous ne pouvons plus le faire sur le FRANC puisque c'est la BCE qui contrôle notre monnaie. Soit dit en passant notre monnaie reste le FRANC, malgré les apparences et les fausses informations diffusées par les médias économiques mainstream, puisque la banque de France EXISTE toujours. L'euro est encore, et a tjrs été une monnaie commune, certainement pas une monnaie unique. Je vous invite a lire et rechercher par vous même comment fonctionne l'euro pour comprendre ce que je viens d'écrire. Jetez un œil sur les TARGET2 par exemple). Beaucoup de critiques de l'euro disent que l'euro est en fait un deutschemark déguisé.

Les ENRi sont la plus grande escroquerie du siècle avec une échelle de la pyramide jamais observée auparavant. Et en plus, il n'y a rien de volontaire, tout est pyramidal et forcé !

Le meilleur mix-électrique est le nôtre et celui des suédois quand on a pas assez de montagnes comme la Norvège : électronucléaire + Hydroélectrique.

Et malgré tout, ça me fait mal de l'écrire, mais le pétrole est encore là pour longtemps. Le moteur a explosion n'a pas fini d'évoluer, j'en suis persuadé depuis des années. Il lui faut simplement plus de contraintes normatives et règlementaires. Le tout électrique (et cela inclut l'H2 car un véhicule H2 est en fait une véhicule électrique) ne marchera pas, j'en suis certain. M’enfin, si la France peut reluire de 50% ses importations de pétrole en éliminant le chauffage au fioul et au gaz ainsi que diminuer le nombre des véhicules thermiques de 80%, c'est une bonne chose pour notre économie et pour notre santé. Bcp de véhicules ne bouge pas plus de 5% du temps de leur vie et ont des réservoirs pour aller en vacances a l'autre bout du pays tous les jours. C'est inutile en regard de nos déplacements quotidiens. Un véhicule qui fait 300 km d'autonomie est largement suffisant poiur la vie quotidienne.

AtomicBoy44

Correction : L'anticléricalisme =====>>>>> le correcteur m'a trahi ! =======>>>> il fallait lire "l'antiucléarisme"

Dommage que COE ne permette pas les corrections des commentaires....

AtomicBoy44

T'façon le mal est plus profond que ça. Le escrolos sont simplement une secte qui réussi a s'infiltrer dans les organes de pouvoir, les institutions, les têtes, en usant et abusant les masses ignorantes de la question énergétique, mais pas seulement. Leurs révélations mystiques sont dans les vieux livres comme "le capital" ou encore 'Malthus", "Unabomber", "the end of work" par ce charlatan de J.Rifthune, sans oublier rousseau et bcp d'autres....

Il est malheureux qu'il faille que le pays au bord du gouffre, passe par le grand pas en avant et ne voit pas arriver des coupures d'électricité et des délestages (rendus difficilement visibles après l'installation massive des linky) pour que les clients-électeurs finissent par comprendre que les lois de la physique ne se VIOLENT pas. Les conséquences sur notre économie et notre niveau de vie seront assurément inéluctables, probablement multi-décennales, malgré ce que vous rabâchent les décroissantistes et regressionistes actuels façon "new age" qui ne savent même pas faire une règle de trois !

Quand je lis que Micron veut mettre fin à la MIVILUDE, j'me dit qu'la France n'a pas fini de sombrer dans l'obscurantisme le plus dégradant d'ici la fin de ce siècle. Nous fûmes jadis le pays des lumières, il sembleraient que tous ces charlatans s'acharnent a vouloir les éteindre et nous plonger dans l'noir, au sens propre comme au figuré.

M'est avis que les classes dirigeantes jacobines parisiano-centrées n'ont aucune espèce d'idée de ce qu'ils se passe au delà de leur "grand paris" mais qu'ils prétendent vouloir nous imposer leurs idées stupides en toute démocrature et pensent qu'ils n'en paieront pas le prix un jour et veulent tout simplement prendre les profits tout de suite sans regarder trop loin dans l'avenir...Ça m'rapelle cette histoire de "crevards" qui avaient été trouvé dans les emails piratés entre les deux tours de la présidentielle. Les mass-médias avaient été bien tenus en lesse par la macronie et les classes dirigeantes sus-cités. Ils nous avaient dit, : "mais non il n'y a rien a la dedans, toutefois, ne publiez pas sinon ..." les crevards c'était ceux qui ne sont pas dans les milieux autorisés comme disait si bien Coluche

Au rythme ou grimpent les factures électriques et la "solidarité" forcée a leur paiement, il va bientôt devenir plus rentables d’installer des groupes électrogènes diesels dans sa cours de ferme que de se raccorder au réseau électrique. Sachant que les appareils de froid peuvent maintenant conserver les températures froides plusieurs heures, ils n'est même plus besoin de les alimenter en permanence. Ces abrutis ne se rendent pas compte qu'ils vont conduire les classes moyennes et moins, a faire tout l'inverse de leurs promesses débiles qui n'ont aucun sens sinon le clientélisme électoral !

Je dis ça parce que j'ai lu récemment qu'en Irlande et en Écosse, ils ont réussi l'exploit de publier des rendements NÉGATIFS de leurs parcs éoliens et donc, ils ont été obligé de démarrer leurs générateurs diesels tout en alimentant leurs éoliennes avec une partie, certes infime, de la production au diesel, tout de même...
Encore un p'tit effort, et nous pourrons relancer les centrales a charbon en Europe, alimentées avec du charbon importé d'outre atlantique puisque grosse mèche blonde et son complexe militaro industriel va t'en guerre, dit qu'il n'y a pas de réchauffement et produit a tout va ses gaz et pétrole de schiste qu'il veut nous vendre moins cher que le gaz de l'ours russe Poutine...

Nous vivons une époque [formidable ?] ou il semble que "le bons sens" est irrémédiablement fâché avec les sciences dures (physique, chimie, mathématiques, logiques ...) et les conclusions rationnelles et cartésiennes qui devraient normalement en découler dans des têtes bien faites.

Albert

Je ne suis pas d'accord avec votre propos: "les compensations financières ne se font pas entre le producteur nucléaire et la puissance publique mais entre le producteur et ses concurrents". Dans la nouvel réforme, le producteur historique devrait être séparé complètement de son activité commercialisation. Sinon la réforme elle est impossible d'un point de vue concurrentiel. ce qui nous amène à dire que les compensations financières vont se faire entre le producteur historique et l'ENSEMBLE des fournisseurs. Merci

AtomicBoy44

La concurrence est faussée dés le départ par l'ARENh de toute façon, alors EDF, et l'état actionnaire a 85.4%, c'est a dire nous et nos impôts depuis des décennies qui avons amorti ce système de production, nous faisons voler au profit de vendeurs qui produisent que dalle et viennent se servir dans notre gamelle a tous pour des profits particuliers.

Mais si j'ai bien compris, vous voudriez que ce ne soit que les concurrents d'EDF qui puissent vendre les MWh produit par EDF ?????

La concurrence dans le domaine de l’électricité ne fonctionne nulle-part en Europe. Ouvrez les yeux.

et en plus ça fait des redondances inutiles et donc ça consommes des métaux, des matières premières et crée des doublons de personnels et de traitement partout.

Orfeo459

Cher Professeur Percebois,
Merci pour votre intéressante analyse. Un point est toutefois complètement absent de votre analyse : la conformité avec les règles de la concurrence de ce nouveau dispositif résultant de l'imagination fertile de nos technocrates.
Rappelons que le droit de la concurrence a pour but de protéger les consommateurs et les concurrents potentiels des abus d'un monopoleur. Sous cet angle, le nouveau système est en soi extraordinaire :
- la concurrence entre fournisseurs (aux clients finals) est certes rétablie, car tous les fournisseurs ont accès dans les conditions à la production nucléaire,
- la concurrence entre producteurs sur le marché de gros de l'électricité en France pourrait sembler apparemment maintenue, si comme il est écrit chaque fournisseur reste libre de ses choix de sourcing. Mais est-ce vraiment le cas?
Supposons que EDF maintienne sa capacité nucléaire constante (ce qui semble être sa stratégie : fermer une centrale existante en échange d'un EPR). Le marché français resterait en surcapacité avec une puissance de 63GW très supérieure à la puissance appelée sauf en hiver, tout particulièrement avec les progrès en efficacité énergétique et avec une faible croissance. Mais EDF sera compensé pour des prix de marché trop bas. En d'autres termes, EDF n'aura strictement aucune incitation à investir dans de nouvelles capacités nucléaires de manière économique : le consommateur paiera. Les producteurs alternatifs n'auront aucune incitation à investir dans de nouvelles capacités, même si leur coût de production était moins élevé que le nucléaire dans le contexte d'un marché surcapacitaire, car eux ne seront pas indemnisés si les prix sont trop bas. Or cette hypothèse de prix bas n'est pas du tout une éventualité improbable : elle s'est réalisée durablement de 2015 à 2017 en France et en Europe !
Le minimum serait donc de vérifier à chaque projet d'investissement dans une nouvelle capacité (grand carénage ou EPR) que le LCOE soit inférieur ou égal aux investissements dans des technologies alternatives sur l’horizon de production (20 ans pour les centrales existantes recarénées, 40 ans pour les EPR) ou qu’il s’agisse de la seule option technique possible en raison de goulets d’étranglement pour la construction de capacités équivalentes avec d’autres techno dans les délais impartis. Avec un LCOE du PV à 55-60 €/MWh et très certainement 40-50 vers 2030, le nucléaire ne sera jamais rentable.
Sinon, le résultat de ce système sera très prévisible : des prix de l'électricité bas convergeant vers le LCOE de la techno la moins chère le PV (contrairement au graphique des prix en 2030 présenté dans le rapport), des subventions corrélativement très élevées au nucléaire, des consommateurs rançonnés pour que la France garde sa vitrine nucléaire dans l'espoir (vain) d'exporter sa technologie EPR non compétitive en coûts.
La référence au serpent monétaire est très amusante : outre le fait que le serpent n'a jamais fonctionné, l'idée d'une marge par rapport à un prix régulé calculé sur les coûts est bien étrange (et bizarrement jamais retenue pour les autres capacités EnR régulées). Pourquoi un monopoleur ne prenant aucun risque de marché toucherait une prime exceptionnelle en cas de prix haut ?
Enfin, le summum est atteint lorsque EDF demande le regroupement du nucléaire et de l'hydro : EDF producteur disposerait de 90% des capacités sur le marché de gros. Ce n'est plus une position dominante à ce niveau, c'est un système économique communiste !

Hervé

Bonjour Orfeo

Dans votre message vous laissez entendre que l'heritier du "monopole" dispose d'un KWH plus économique que la concurrence.
Dans ce cas et du point de vu du consommateur que je suis je me pose la question suivante: doit on s'obstiner à casser ce concurrent performant pour donner de la place à une concurrence trop chère?

Moi je crois au contraire que l'on doit se contenter de taxer les combustible fossiles pour en réduire l'usage et laisser les groupes énergétiques en situation de concurrence loyale. Le marché choisira tout seul la solution la plus performante. A court terme EDF liquidera ses concurrents et ce sera une bonne chose. A long terme, si la performance économique d'EDF baisse, les concurrents reviendront lui prendre des parts de marché.

AtomicBoy44

La concurrence loyale n'a jamais existé. La concurrence est DÉLOYALE par nature.

Mais je partage sur le fond de votre message

Daniel SCHRICKE

Vous prétendez (sans le démontrer, ce qui me paraît fantaisiste !), dans votre message: (je cite): "Avec un LCOE du PV à 55-60 €/MWh et très certainement 40-50 vers 2030, le nucléaire ne sera jamais rentable.". Cette affirmation me semble pour le moins hasardeuse, et tout à fait inexacte !... sauf à "oublier" le coût des investissements (très largement subventionnés !), et, surtout, le coût des moyens de production pilotables, qui restent incontournables, compte tenu du côté aléatoire de la production PV ! (Rappel: l'Allemagne, champion des ENR (et des émissions de CO² !) vient de mettre en service une nouvelle centrale au charbon !) Il conviendrait d'y ajouter, en toute logique, les surcoûts d'investissement sur le réseau pour permettre leur utilisation ! Et si ce que vous annoncez est exact, comment expliqueriez-vous qu'il soit nécessaire de subventionner cette source d'énergie si elle était "rentable" ? Bref, quelque-chose m'échappe dans votre "raisonnement" ! Merci de me rassurer, le cas échéant !

Camille

De mon côté, avec l'ouverture de la concurrence et les nouveaux fournisseurs qui proposent de l’énergie verte et durable, j'ai bien plus de choix. Les prix de l'énergie verte n'est pas toujours plus chère que le tarif d'EDF, j'ai remarqué ça en cherchant une liste des fournisseurs d’électricité verte par exemple : https://www.hellowatt.fr/electricite-verte/fournisseurs et pour palier à l'énergie nucléaire, de nombreuses solutions sont possibles.

Artichaut

Des rebondissements inattendus avec les procès des fournisseurs Total Direct Energie, Gazel et Alpiq : le tribunal de commerce de Paris a autorisé ces fournisseurs a suspendre leurs achats d'ARENH pendant une période correspondant à peu près à la crise du Coronavirus et EDF a répliqué en résiliant purement et simplement les contrats d'ARENH pour ces fournisseurs. Source : https://selectra.info/energie/actualites/acteurs/total-arenh-edf-cesse-…

Ajouter un commentaire