Affaire Volkswagen : quelles conséquences pour les véhicules incriminés ?

Affaire Volkswagen et logiciel truqueur

Parmi les véhicules devant être rappelés par Volkswagen figurent des Golf, des Audi A3 ou encore des Passat. (©Volkswagen)

En septembre 2015, l’agence américaine de protection de l’environnement (EPA) a constaté que Volkswagen avait inséré un logiciel permettant de contourner les standards d’émissions en vigueur(1) sur près de 500 000 véhicules Diesel vendus aux États-Unis. Le groupe Volkswagen a depuis indiqué qu’environ 11 millions de voitures dans le monde étaient équipées dudit logiciel.

Les véhicules incriminés devraient être rappelés par le groupe afin qu’ils soient « mis aux normes » (aux États-Unis, leurs émissions d’oxydes d’azote sont 10 à 40 fois supérieures aux normes en vigueur). Volkswagen a indiqué que la qualité de ces véhicules n’était « nullement remise en cause » par le logiciel. En revanche, elle sera affectée par la mise aux normes.

Les voitures concernées devraient en effet voir leurs performances baisser : leur consommation moyenne devrait augmenter(2), leur temps de réponse en cas d’accélération forte être allongé(3) et la durée de vie de leurs moteurs être potentiellement réduite. A ce jour, aucune donnée officielle n’a été communiquée à ce sujet mais les tests de revues spécialisées confirment cette diminution des performances.

L’implantation sur les véhicules concernés d’un dispositif de réduction catalytique sélective (RCS) permettant de réduire les émissions d’oxydes d’azote semble quasiment impossible(4). Il existe déjà sur ces véhicules d’autres systèmes de dépollution des NOX mais leur utilisation plus systématique devrait entraîner une surconsommation et un problème potentiel de durabilité comme indiqué précédemment.

Dans ces conditions, quels conducteurs accepteront de ramener leurs véhicules pour qu’ils soient « mis aux normes » ? Aux États-Unis, des conducteurs refusant de voir leurs voitures « bridées » ont déjà fait part de leur intention de les conserver en l’état, quels que soient leurs impacts en matière de pollution(5).

dernière modification le
Sources / Notes
  1. Concrètement, le logiciel détectait les phases de tests de consommation et d'émissions de polluants lors des protocoles d’homologation qui suivent une partition inchangée, par conséquent facile à repérer.

  2. Pour abaisser les émissions, la température de combustion du moteur doit être réduite grâce à l’injection d’un peu plus d'essence dans les cylindres.

  3. A priori, il ne devrait en revanche pas y avoir d’impact sur les performances maximales à iso-configuration technique.

  4. En rétrofit. Cette technologie comporterait entre outre 2 contraintes majeures : un coût très important pour Volkswagen et la nécessité pour le conducteur d’ajouter régulièrement un additif (eau/urée synthétique).

  5. Au cours des 18 derniers mois, le taux de véhicules « rappelés » dans le passé réellement ramenés par leurs propriétaires est de 75% selon la National Highway Traffic Safety Administration. L’EPA a d’ailleurs déclaré ne pas être en mesure de les contraindre à ramener leurs véhicules.

Site de l’EPA
Mesures de correction des émissions d’oxydes d’azote, Volkswagen