EDF au cœur de 3 grandes interrogations en suspens…

Jacques Percebois et Boris Solier

Jacques Percebois, professeur émérite à l’Université de Montpellier (CREDEN)
Boris Solier, maître de conférences à l’Université de Montpellier, Expert Cyclope

À ce jour, trois grandes questions impliquant EDF demeurent en suspens : le futur statut du groupe, le devenir du mécanisme ARENH et le financement du « nouveau » nucléaire. La mise en œuvre des projets en discussion pourrait conduire à davantage de régulation au détriment du marché…

Le statut d’EDF : aigle à deux ou trois têtes ?

La relative compétitivité du nucléaire historique français continue de gêner la Commission européenne qui voudrait que ce nucléaire devienne une « essential facility » au sens anglo-saxon, un peu comme les réseaux : autrement dit, tout le monde devrait profiter de cet actif (l’opérateur historique comme ses concurrents).

Le projet actuellement en débat consisterait à scinder EDF en trois composantes : EDF « bleue » qui regrouperait le nucléaire et le réseau RTE au sein d’une entreprise totalement publique (peut-être un EPIC ?), EDF « azur » qui gérerait les concessions hydrauliques (entité en partie publique, les concessions hydrauliques devant être mises aux enchères au fur et à mesure de leur renouvellement), et EDF « verte » (dont le capital pourrait ou non être partiellement ouvert) qui comprendrait les activités ouvertes à la concurrence, à savoir la commercialisation du kWh, les services annexes, la production renouvelable (hors hydraulique), les centrales à gaz mais aussi le réseau de distribution Enedis. Pour rappel, les centrales à charbon du parc électrique français doivent par ailleurs être arrêtées en 2022. Une variante consisterait à ne faire que deux « têtes » si EDF « azur » devenait une filiale d’EDF « bleue ».

L’aigle EDF deviendrait ainsi une sorte de société holding avec deux ou trois filiales.

Quel devenir pour l’ARENH ?

Pour réformer le mécanisme ARENH (Accès régulé à l’électricité nucléaire historique), la solution de base consisterait à accroître le volume de la production nucléaire pouvant être racheté par les concurrents d'EDF (de 100 TWh par an actuellement à 150 TWh par an, soit près de 40% de la production nucléaire annuelle d’EDF) mais en revalorisant en contrepartie son prix qui pourrait passer de 42 €/MWh à l'heure actuelle à 48 €/MWh (la presse a plusieurs fois mentionné une fourchette de 45 à 50 €/MWh pour tenir compte des coûts supplémentaires de maintenance du nucléaire historique).

Toutefois, les pouvoirs publics semblent s’orienter de plus en plus vers un système dans lequel l’ARENH serait généralisé à 100% de la production nucléaire, dans l’hypothèse où la scission d’EDF serait mise en œuvre. EDF « bleue » vendrait tout le nucléaire à un prix régulé et à tous les fournisseurs (et EDF « verte » achèterait ainsi, comme les autres, la production nucléaire audit prix régulé).

Il avait été envisagé dans un premier temps un mécanisme de « corridor » prévoyant une cession de la production nucléaire ARENH au prix du marché de gros mais avec un prix-plafond et un prix-plancher. Mais ce système complexe risquerait de soulever de nombreuses difficultés pratiques(1) et la solution d’un prix régulé unique semble être préférée.

Précisons que la CRE a annoncé le 30 novembre 2020 avoir « reçu pour l’année 2021 un total de demandes de 146,2 TWh d’électricité formulées par 81 fournisseurs(2) » (contre 147,0 TWh de demandes par 73 fournisseurs pour 2020). Le plafond étant fixé à 100 TWh, « chaque fournisseur concerné recevra une quantité d’ARENH égale à 68,39% de sa demande » en 2021.

Quel financement pour le nouveau nucléaire ?

Les pouvoirs publics envisagent le projet de lancer la construction de six nouveaux réacteurs nucléaires (3 paires de 2 réacteurs « EPR2 » dont la construction démarrerait entre 2024 et 2032). Ce programme coûterait de l’ordre de 47,2 milliards d’euros (en euros 2018), financé à concurrence de 54% par des subventions publiques et de 46% par EDF.

Mais pour être acceptable par Bruxelles, un tel schéma suppose que la réforme du statut d’EDF soit mise en œuvre(3). Pour rentabiliser l’opération du côté d’EDF, un mécanisme de type « contrats pour différences » serait mis en place à l’instar de ce qui est acté aujourd‘hui au Royaume-Uni pour la centrale d’Hinkley Point C.

Le prix de cession du nouveau nucléaire devrait évoluer entre un prix-plancher et un prix-plafond de façon à ce que le rendement du capital investi par EDF garantisse in fine un taux de rendement interne (TRI) compris entre 5,5% et 8,5%(4). Un mécanisme de « corridor » serait ainsi retenu pour le « nouveau » nucléaire à défaut de le mettre en œuvre pour le nucléaire « historique ».

La régulation deviendrait la norme…

De nombreuses questions restent toutefois toujours ouvertes, notamment au sujet de la mise aux enchères des concessions hydrauliques et de l’ouverture du capital d’EDF « verte ». Beaucoup craignent un démantèlement de l’opérateur historique, un contrôle de certaines activités rentables par des fonds étrangers (notamment chinois).

Une chose est sûre : la réforme du statut de l’entreprise, celle de l’ARENH et celle du financement du nouveau nucléaire sont étroitement liées. Ces réformes encore en discussion sont nécessaires pour le groupe EDF, pour relancer le nucléaire d’une part et lutter d’autre part contre le départ de nombreux clients (150 000 par mois)

Avec de telles réformes, la régulation deviendrait la norme puisque les prix du nucléaire (ARENH comme nouveau nucléaire) et ceux des renouvelables (électricité vendue à des prix garantis) échapperaient largement aux lois du marché. Seules les productions des centrales hydrauliques et thermiques fossiles seraient écoulées au prix de gros.

Peut-on encore parler d’un « marché » de l’électricité lorsque, comme c’est le cas en France, les deux tiers du prix TTC du kWh sont fixés hors marché (tarifs d’accès aux réseaux et taxes) si, en plus, les prix de près de 80% des kWh « sortie centrale » sont eux aussi régulés ?

Sources / Notes
  1. Surtout si l’écart entre le prix-plancher et le prix-plafond est faible (un écart de 6 €/MWh était envisagé).
    Percebois, J. et Solier, B. (2020). La régulation du prix de l’énergie nucléaire en France : de l’ARENH au « corridor », Working Paper Université de Montpellier, HAL.
  2. Hors fourniture des pertes des gestionnaires de réseau et hors filiales d’EDF.
  3. Les subventions publiques ne donnent pas lieu à remboursement, ni à versement de dividendes.
  4. Rapport du GT Financement du nouveau nucléaire, juillet 2020.

Les autres articles de Jacques Percebois et Boris Solier

Commentaire

Rblase

tout ça pour ça, la puissance d'EDF dérangeait Bruxelles (les allemands), cette fausse mise en concurrence obligée par Bruxelles avait bien pour but de plomber EDF comme d'ailleurs la pression pour mettre du renouvelable et l'interdiction de reconnaitre le nucléaire comme pouvant bénéficier de crédit européens verts. Si la mise en concurrence avait pour but de faire baisser le prix du kWh, c'est raté. Avec cette nouvelle réforme imposée par Bruxelles, l'hydraulique (qui fait partie de l'aménagement du territoire) qui contribue à la régulation de la charge est privatisé cela augmentera les difficultés de gestion du réseau. Les conséquences financières de ce projet ne sont pas communiquées mais cela va se traduire par une augmentation significative du prix du kWh.

Serge Rochain

L'ARENH restera une ânerie quoi qu'on fasse tant que la capacité d'achat des soumissionnaires ne sera pas conditionnée par une obligation de produire eux-mêmes une quantité d'électrique corrélée à leur demande ARENH.
Le mécanisme actuel ne favorise que des revendeurs, ce dont on n'a pas besoin, EDF est tout à fait capable de vendre son électricité seul. Ce que l'on était supposé attendre comme retombée de ce mécanisme c'était une incitation à faire apparaitre de nouveaux producteurs, pas de nouveau revendeurs. Mais il semble que cet aspect qui m'apparait comme la seule réforme importante dans l'ARENH ne soit même pas envisagé, autant supprimer purement et simplement ce mécanisme inutile, voir nocif et perfide.

Hervé

Une fois n'est pas coutume, je suis d'accord avec vous (sur la nécessité de supprimer ce mécanisme).

Studer

C'est même la 1ère fois que je lis des propos sensés de la part de M.Rochain.
Mais n'oublions pas : le diable est dans les détails !!

Rochain

Ça vole de plus en plus bas.
La bande de neuneux qui sévit ici s'autoconforte en racontant qu'ils ont raison car ils sont plus nombreux à avoir tort, exactement comme leurs ancêtres qui étaient très nombreux à croire que la Terre était le centre de l' Univers. Voilà qui démontré que l'expérience ne sert à rien dans le monde des neuneux

Bjd

Bravo Mr ROCHAIN pour une fois je suis assez d'accord avec votre réaction.... cela fait plus de 8 ans qu'on le dit ....
Maintenant je n'oublie pas que vous avez contribué ardemment à savonner la planche sur laquelle notre système électrique passe sous la prégnance Européenne ou dominent les intérêts Allemands.... Votre dogmatisme antinucléaire fallacieux est connu, malheureusement se propage , vu que pour vous l'intermittence n'existe pas, sauf dans la bourse des Français...
Tiens certains virulents écolos bobo commencent à comprendre qu'il est bientôt trop tard....mais ils ont su prendre les places qui les tiennent à l'abri de la destruction ,qu'ils engendrent, d'un des rares secteurs qui nous permettait d'avoir la tête hors de l'eau....plouf

Bjd

pas sur qu'il avance dans le bon sens , si c'est vraiment les GES que l'on combat alors zéro pointé pour l'Allemagne qui plombe toute l'Europe, mais si c'est la rentabilité de la destruction du nucléaire Français à son profit en nous faisant gober les balivernes de sa transition intermittente électrique qu'elle nous fait payer comme le reste alors on comprend mieux.

Serge Rochain

L'Allemagne, comme le reste du monde avance dans le bon sens, ces émission de CO2 ne font que baisser d'années en années depuis qu'ils ont pris la décision d'arréter le nucléaire, et seuls ceux qui ne consultent pas les statistiques d'évolution l'ignorent, où se mettent la têtes dans le sable.... c'est tellement bon de pouvoir baver sur l'Allemagne. Ils ne sont pas les seuls à prouver que le nucléaire n'est pas la solution miracle pour ce CO2.
Les Belges dont le mix électrique inclus 60% de nucléaire (pas loin de notre score) est un des gros émetteurs de CO2 le 15em mondial par habitant.
La Norvège fait bien mieux que nous, la Suède également, Et le Danemark qui avait 90% de charbon dans son mix en 1990 n'en n'a plus que 28% et fait maintenant presque aussi bien que nous en matière de CO2 par KWh et moitié moins d'émission que la Belgique qui vient de comprendre que le nucléaire n'est pas une solution. Alors oubliez vos fantasmes nucléaires de plus en plus ridicules au fur et à mesure que les années passent, votre nucléaire qui nous oblige à avoir recours aux fossile de façon massives depuis 5 mois, et cessez de vous regarder le nombril. Ceux qui avancent sont ceux qui ont, ou qui vont vers, les renouvelables en abandonnant le nucléaire et....... ses déchets millénaires en plus du CO2.

Keke

C'est quand même dingue la façon dont on est en train de détruire EDF, tout ça pour créer un marché de l'énergie en France. Ça fonctionnait très bien avec une seule entité publique assurant la production-transport-distribution-fourniture d'électricité. Dommage que ce sujet n'intéresse personne dans les médias au vu de son importance majeure.

Schricke

Vous avez parfaitement raison !... mais, hélas, les fameux "lobbys" dont se délectent certains "ENR istes" débridés (je n'en cite aucun pour ne fâcher personne!...) ne sont pas où "ils" le disent ! Et les grands médias d'applaudir !... Les "Grünen" n'ont pas fini de sévir !... et, accessoirement, de nous envoyer "dans le mur", pour y rejoindre... les Allemands.

Rochain

Ce n'est pas L'EDF elle même en tant qu'entre prise qui est en cause mais l'orientation choisie quant à la source de l'énergie servant à être transformée en électricité, le nucléaire qui n'est qu'un cul de sac présentant des inconvénients irréductibles contrairement à des alternatives plus récentes qui ne présentent aucun problème à caractère insoluble et plébiscité par toutes les autres nations..

Schricke

Un "cul de sac" qui, malgré ses très nombreuses "pannes" (??) et son "incurie", produit bien plus de la moitié de nos besoins hexagonaux en électricité !... (avec un bilant carbone exemplaire) Comme l'a très bien compris la Finlande, par exemple, qui vient, enfin de se rendre compte de la stupidité de l'abandon prématuré du nucléaire !... Reste à espérer que l'Allemagne parviendra à faire demi-tour, elle aussi, avant de s'écraser contre le mur des réalités !

Bjd

Encore n'importe quoi Mr ROCHAIN....expliquez nous le fonctionnement du marché de l'électricité avec les subventions pharaoniques données aux ENRi, qui s'attèle à la stabilité du réseau, qui produit des contraintes qui paye quoi....ou verra ou sont les arnaqueurs profiteurs, qui ont leur" fans", malheureusement vos propos souvent fallacieux montrent que vous en êtes un fervent défendeur

Serge Rochain

Les subventions pharaoniques c'est pour le nucléaire, qui en a bien besoin, un trou déja abyssal avec la dette qu'il a creusé chez EDF auquel sont venu s'ajouter 12 milliards de dépassement de budget de l'EPR de Flamanville auquel s'ajoute le milliard d'indemnité qu'il va falloir payer à la Finlande pour le retard d'Olkiluoto dont 600 millions déjà payé mais ce n'est pas fini, auquel vont s'ajouter encore au moins un milliard de livre de dépassement de budget déjà acté pour le retard annoncé d'un an dès la fin de la première année de travaux pour les deux EPR d'Hinckley Point auquel il faudra encore peut être ajouter d'autres indemnités si par malheur les EPR de Sizewell ..... Qui parle de subventions pharaoniques ? Pour une industrie du passé qui plus est.

Bjd

Désolé encore une fois de vous contredire, selon la CRE c'est 150Md€ que la France à engagé en subventiosn pour les 25Gw installés (env 25 centrales nucléaires eq) actuellement en vent et soleil dont 50 sont déjà payés à travers la CSPE, dans les 20 ans à venir il faut payer encore 100Md€ pour ce qui a été déjà implanté pour 8% de la production pas au bon moment et depuis 10 ans cela n'a pas permis de baisser la production d'électricité issu du thermique à flamme en France. Et quand on aura fini de payer l'installation sera en limite d'âge, prêt pour recommencer.
les subventions baisseront si le prix du marché de l'"électricité monte mais pas la facture au client bien sur. Pour bien s'en convaincre, les subventions étant maintenant calculées entre le prix de revient demandé par les ENRi pour leur assurer une rentabilité d'au moins 4% et le prix du marché, c'est traduit cet été par une augmentation de plus d'un Md€ du au prix très bas voir négatif du marché. Au prix marché de 58€ le Mwh à l'horizon 2028 les subventions complémentaires envisagées par la PPE pour les ENRi sera encore de 50Md€ soit un total de 200Md€;;;;;c'est 5 fois la valeur d'EDF!;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;on est loin Mr ROCHAIN des 500 millions accordés au nucléaire par l'Europe. L'industrie du passé c'est vous qui le dite les moulins à vent existent depuis l'antiquité et on subit toujours son 'intermittence ....insoluble aujourd'hui

Serge Rochain

J'ai autre chose qu'à répondre à des idiots qui confondent les moulins à farine avec les génératrice électrique

Albéric BAUDCHON

L'énergie, dont l'électricité sont des biens stratégiques pour la france. Ils DOIVENT donc être administrés, que ça plaise ou non aux idéologues de Bruxelles. Et ce, pour notre interet national (n'en déplaise aux... déjà cités!!)

Serge Rochain

Si c'était si stratégique que ça on ne serait pas à la remorque de l'étranger pour 100% de l'uranium..... l'indépendance énergétique ça fait rire.
Ca a été le bobard du moment quand on prétendait que ca nous libérait de la dépendance au pétrole arabe ....... en faisant croire aux français qu'on avait assez d'uranium chez nous, tout en se précipitant en Afrique dès le premier jour pour remplir les tonneaux à raison de 9000 tonnes par an.

Bjd

Encore n'importe quoi, vous avez oublié que le gouvernement Français a repoussé de 20 ans les études ASTRID pendant le débat sur les déchets nucléaires. Vous savez ce type de réacteur qui pourrait nous permettre de produire pendant 450 ans le niveau d'électricité actuel en utilisant les 300 000t d' Uranium appauvris déjà sur notre territoire, (puis que vous parlez d'autonomie la vous êtes servi) pour le seul motif qu'il n' y a pas de tension sur le marché mondial de l'uranium....ce n'est pas du tout ce que vous dites on est à un demi millénaire.
1t d'uranium appauvri dans ce cas donne 70000TEP Avec les éoliennes de 6mw installées en offshore de 200m de haut il faudrait en mettre une tous les km entre Paris et Marseille pour espérer avoir la même quantité d'énergie au bout de 20j et encore s'adapter consommer au moment ou le vent souffle...encore une fois en défaut Mr ROCHAIN

Serge Rochain

arrêtez vos âneries sur Astrid, super phénix et les 7 autres réacteurs destinés aux mêmes fantasmes jamais abouti nulle part et abandonnés par tout le monde après avoir englouti des fortunes epéeresques dans ces rêves sans solution pratique et qui sont les seules raisons de ces abandons car si c'était si merveilleux pourquoi les idiots de l'EDF se sont lancés dans l'aventure EPR ? retournez lire vos livres de sciences fiction dans sciences et vie au lieu de vouloir expliquer à des spécialistes comme Claude Massot, qui étudie depuis longtemps ces dossiers, les fadaises que vous croyez nous apprendre.

Serge Rochain

Ha, j'oubliais, ............pauvre inculte qui se croit savant, bien planqué derrière un pseudo anonyme qui ne veut pas qu'on découvre que c'est un raté

bjd

Mr ROCHAIN vous ne lisez pas ce qu'on vous écrit, par ex le réacteur rapide phénix a fonctionné 35 ans sur le site de Marcoule, Les Chinois, Indiens et Russes travaillent d'arrache pied sur un génération 4 et nous ont repris l'avance qu'on avait sur le sujet point barre, quand on va se réveiller ce sera comme le vaccin, trop tard.. Puisque vous le demandez durant ma vie active j'ai contribué au démarrage de grosses unites de production Hydraulique, thermique fioul, thermique charbon, les centrales nucléaires , la recherche dans la modélisation de modèle industriel de production d'électricité et la stabilité des réseaux....
Permettez moi d'émettre un avis, d'autant plus que j'ai développé la capacité à récupérer les données fournies par RTE par millions, sur le mix électrique et la fréquence du réseau donc je sais trés bien ce qui s'y passe, . Encore faut-il savoir bâtir les indicateurs révélateurs. Ce qui est certains , même l'ADEME , RTE et la CRE surfent souvent sur la vague mensongère pour tenter d'expliciter aussi les incohérences politiques, qui parfois rejoignent vos propos, je ne me prive pas d'alerter et de les mettre devant leurs incohérences documentées, inutilement d'ailleurs je suis un peu seul, mais de plus en plus certains ouvrent les yeux, ce n'est pas votre cas, dommage je fais les efforts nécessaire reconnaissez le.

Serge Rochain

Cessez de vous prendre pour quelqu'un d'informé, vous ne savez strictement rien et prétendez m'apprendre quelque chose pauvre niais.
Phénix n'a pas fonctionné durant 35 ans mais durant ses 36 ans "d'activité" ou supposé actif il a passé plus des 2/3 du temps à l'arrêt pour une incroyable série de dysfonctionnement dont un grand nombre jamais expliqués aujourd'hui encore, et même d'accident allant jusqu'à l'explosion du au sodium. Il a connu des arrêts durant plusieurs années consécutives et n'a jamais répondu à ce qui en était attendu, tant par le CEA que pour sa production électrique qui dans la totalité de son "activité" n'a en moyenne ramené à l'année fourni que 0,7 TWh, même pas le 1/10 de ce qui en était attendu.
De même vous ignorez jusqu'à l'existence des 7 autres réacteurs construits, rien qu'en France, avec la même finalité et les mêmes séries d'échecs :
1957 Rapsodie
1961 Rachel
1965 Harmonie
1966 Masurca
1968 Phénix
1968 Prospero
1970 Caliban
1986 Superphénix
jusqu'à 2010 pour Astrid qui n'a pas dépassé l'étape du papier et non pas arrêté par ce que l'uranium n'est "pas cher en ce moment" comme l'a dit Borne, car l'uranium n'a jamais été aussi cher qu'aujourd'hui au fur et à mesure que les mines des plus accessibles ferment, mais parce qu'il fallait remettre sur la table encore quelques milliards d'euros pour un résultat pas plus certains que pour les précédentes tentatives. Par ailleurs Les Américains, les Anglais, et les Italiens qui s'étaient aussi lancés dans l'aventure du phénix qui renait de ses cendres ont tous abandonnés depuis longtemps. Je sais aussi que la presse de vulgarisation annonce des projets et donne beaucoup de précisions illusoires avec sa recherche permanente de faire le buzz à partir de soi disant fuites sur le sujet où on ne sait trop qui travaillerait en grand secret comme d'habitude.
Alors fichez moi la paix avec vos scoops à dormir debout, le seul nucléaire que l'on sache à peu près faire c'est celui basé sur l'U235 dont on découvre avec le temps que les réacteurs que nous avons fait ne sont finalement pas très sécure et que l'on avait vu un peu juste ce qui impose des mises à niveaux sécuritaire qui ne sont pas toujours possibles, alors on va continuer comme ça et pourvu qu'il n'arrive rien tant que ces modèles seront en activité.
Et maintenant, retournez à l'école au lieu de vous farcir la tête avec des problèmes qui vous dépassent et que vous n'avez manifestement pas les moyens de comprendre, et cessez également de croire à chaque fois que vous avez quelque chose à apprendre à ceux qui connaissent bien le sujet.

bjd

Mr ROCHAIN désolé je n'ai rien à vous apprendre, puisque vous savez tout et son contraire, en niant complétement la réalité, encore une fois votre commentaire est une imposture, non démunie d'un toupet à toute épreuve, c'est ce qui fait votre charme. Bref votre cas est désespéré tant vous êtes pris dans votre dogmatisme, ce n'est pas pour vous, mais si certains ont le courage de lire nos échanges cela vaut la peine de donner des éléments pour aller vérifier.
Cependant nous nous éloignons du thème de l'article le démantèlement d'EDF, mais le nuc pour EDF et la France est d'importance majeure. Sans nucléaire plus d’EDF EDF saucissonné, comment assurer la stabilité du réseau en utilisant tous les moyens possibles si ils sont même en partie privatisés on a vu le résultat : enrichissement indécent des investisseurs subventionnés dans les ENRi et déstabilisation du réseau..
Donc, La filière à neutrons rapides a un potentiel énorme mais difficile, ces avantages certains sont :son potentiel trois fois plus important en production à combustible égal; un meilleur rendement, une production moindre de déchets radioactif et la possibilité de recycler le combustible usé ou déchets entre autres. Les 300000t en combustible usés, que nous avons pourraient fournir 450 années d' énergie électrique au niveau actuel, Pour un pays qui importe 72% de son énergie pilotable en produit pétrolier c'est plus qu'intéressant. . C'est pourquoi la France c'est rapidement mis à l'étude de ces réacteurs, ce sont entre autre tout ceux que vous citez dont les tous premiers qui sont des réacteurs de recherches à très faible puissance allant de quelques kw à 40Mw pour les plus gros. Phénix était le premier démonstrateur 250Mwe, qui a permis de faire avancer la sciences véritablement et résoudre beaucoup de problèmes de jeunesse, plusieurs fois il a réussi à obtenir sa puissance maximale, et en fin de vie a été utilisé pour avancer encore dans la recherche. Il faut dire que les normes d'exploitation, d'installation nucléaire ayant grandement évoluées, rendaient Phénix cher à modifier.. Cependant le prototype Superphenix 1250Mwe a vu le jour en collaboration avec les Allemands Suisses et Italien, encore des difficultés techniques certes mais c'est un proto, loin d'être insurmontables . C'est surtout la vindicte des verts Français Allemands et Suisse qui à eu la peau politique de Superphenix qui progressait à vu d’œil en 96 notamment. Les renoncements politiques désastreux : économiquement et scientifiquement ont été relevés lors des commissions d'enquête parlementaire, la cour des comptes, et enfin la France à du rembourser pour fait politique :les Allemand Suisse et Italien en leur fournissant un courant gratuit pendant des années ( C'est ce que fait l'état avec EDF pour la même raison avec l'arrêt de Fessenheim mais en €). L'exploitation mondiale des RNR (réacteurs à neutrons rapide dits aussi surgénérateurs) n'est pas aboutie comme les réacteurs PWR ou VVER Russes à eau pressurisée. Cependant la France avait une avance certaine et progressait en cohérence avec les autres nations impliquées. Encore une fois contrairement à ce que vous dites, les centrales RNR aux normes actuelle type génération iV sont souhaitée par l'ONU, et en fonctionnement en Russie sur des puissances de 800 Mw, les Indiens et Chinois se sont lancés avec des réacteurs aboutis en construction entre 400 et 600Mw . Même les Russes ne comprennent pas pourquoi la France quitte la course en repoussant ASTRID, l’ancien directeur du CEA égalemnt retraité aujourd(hui, il peut parler plus librement.
Le prix d’achat de l’ uranium n’est pas prégnant pour ce qui nous intéresse, il est confirmé qu’il n’y a pas de tension sur le marché , la pandémie à eu un effet de 10% comme pour de nombreuses choses. Dans le prix de revient du Kwh il intervient pour moins de 1.5% avec les RNR il pourrait être gratuit en utilisant le combustible usé. Repousser ASTRID pour cette raison peut se tenir, cependant que de temps perdu sur nos concurrents, il faut 10 ans pour maîtriser le sujet dans l’état actuel des exigences d’exploitation.

bjd

Le bouquet de Mr ROCHAIN qui finit de le décrédibiliser, c’est de mettre en doute l’exploitation du parc nucléaire Français, même pas la reconnaissance du ventre, c’est plus de 2000 ans d’exploitation de réacteur avec de l’énergie pilotable, pas un mort sur notre territoire, y compris les 2M de tonnes de déchets que je veux bien accorder, mais qui ont économisé 4000 pétroliers de 250000t de pétrole avec une économie de 4 années de GES France et au moins 200000 morts évités de la pollution de l’air.
Une emprise sur l’espace public 400 fois moindre que l’éolien ou le solaire..
Ce qui est certain et pour recentrer sur le thème, la France avait avec EDF pouvant mutualiser tous les aspects de l’électricité, un moyen sur et efficace de fournir équitablement et au meilleur prix le kwh aux citoyens.
En y regardant de plus près c’est tout à fait l’inverse que nous promet Mr ROCHAIN, les 150Md€ de subventions seulement donnés aux ENRi ,dont l’éolien, ne font que nous amoindrir pour aucun bénéfice, il auraient été certainement mieux utilisés ailleurs et seulement 10% dans le développement d’ASTRID auraient permis de garantir l’avenir qui pour l’instant ne peut être que nucléaire si l’objectif et de réduire drastiquement la combustion.

Rochain

Bel étalage d'une immense inculture d'un lecteur de journal eux en mal de buzz de type science fiction défendu avec conviction par un adorateur du nucléaire auquel il ne comprend rien en raison de son incompétence de charcutier.
Nous n'avons rien à nous dire et continuez à vous cacher derrière 3 lettres M. BJD

Bjd

Je ne me cache pas c'est mon nom.... encore n'importe quoi Mr ROCHAIN, je suis loin d'être un journaleux, je pourrai plutôt vous retourner le compliment, j'ai plutôt les mains dans le cambouis , et tous le reste qui vous permet d'avoir aujourd'hui du courant à tout moment..
Raconter n'importe quoi c'est votre comportement naturel, vous avez raison cela paye plus: "médire il en reste toujours quelque chose", je ne vous en veux pas ce qui me désole c'est la destruction d'EDF si chère à nos amis Allemands objet du présent article qui , avec des raisonnements comme le votre à toutes les chances d'abaoutir sans réactions de la part de nos concitoyen.
Bonne fêtes de fin d'année Mr ROCHAIN au plaisir de vous revoir l'année prochaine en espérant que ce ne soit pas sur les cendres du grand service public que la France actuelle est incapable de maintenir et sauvegarder des appétits de l' Europe.

Serge Rochain

Ah vous êtes un grouyau aux mains dans le cambouis chez d'EDF, ça explique que vous n'y connaissiez rien alors, si ce n'est où il faut mettre de l'huile pour que ça marche, et vous vous appelez Bjd ? Ca se prononce comment ?

Bjd

Mince aujourd'hui, comme hier comme avant hier, il n'y pas de vent pas de soleil, en plus des nuages du brouillard...les températures baissent...dans ma région .un miracle mon ordinateur fonctionne, ma pompe à chaleur aussi....on se prépare a passer une bonne soirée , hélas confinés en petit nombre, comme des millions de Français, au chaud avec un four qui fonctionne et bien éclairé. Pour ce faire Mes émissions prévisionnelles de GES pour les prochaines 24h : 1kg de co², soit 7km en voiture......Joyeux Noel!

Serge Rochain

C'est à ce genre de commentaire qu'on reconnait l'idiot qui ne sait même pas ou prendre l'information vraie, celle qu'il aurait si au lieu de baver des âneries il consultait seulement le site de RTE pour s'apercevoir qu'aujourd'hui comme hier l'éolien produit comme 12 réacteur nucléaire en attendant que le Soleil se lève.

Bjd

Mr ROCHAIN vous êtes vraiment décevant, comme a votre habitude vous lisez entre les lignes et affirmez des propos intentionnellement fallacieux. Au niveau national , comme si on ne le savait pas, ces derniers jour l'éolien a produit de temps en temps 12 centrales nucléaires équivalent sur 17 ( GW) de puissance implantée. A la nuance prés que des variations de 60% au moins ont eu lieu, aux autres productions pilotables de trouver les ressources pour enlever ou rajouter les 7 à 8 centrales nucléaires qui fluctuent au grès du vent. De plus ces variations ne sont souvent pas en phase avec les pics de consommation. Bien sur cela vous échappe complétement, du moins vous n'en faites pas éta, car quand il y a pic de production éolien pendant un minimum de consommation, non seulement les autres contribunte et le prix du kwh devient négatif sur le marché c'est arrivé deux fois pendant cette période.
Et là c'est jackpot pour l' éolien qui recevra plus de subvention c'est à dire touchera au moins 80€/Mwh, les autres moyens de production qui ont fait le travail de stabilité du réseau seront payés en négatif...le consommateur ne verra rien sur sa facture mais risque de voir ces impôts augmenter car la CSPE provisionnelle sera certainement dépassé cette année et sera compensée par les taxes autres ( essence ou à venir on va dépasser les 7Md€ de subventions accordées aux ENRi) Pour plus de carbonne.

Avec l'absence des 1.8 Gw de Fessenheim on voit bien l'augmentation de la production carbonée

J'avais précisé pour ma région c'est AURA une donnée absente il est vrai, la plus productive de France , même en renouvelable grâce à l'hydraulique, car le vent ces derniers jour n'a pu que difficilement dépasser les 10% de sa puissance installée sur toute la région avec des pointes à 40% et un soleil absent.....on adu malgré tout faire appel pour plus de production vent et soleil à du carboné...point barre!

Rochain

Vous dites n'importe quoi car les pics de puissance en eolien n'existent pas. Le vent sur la production nationale ne varie que lentement en plusieurs heures de l'ordre d'une dizaine d'heure au moins, ce que chacun peut voir facilement il semble que vous soyez le seul à ne pas regarder les courbes de production de RTE tout ça pour arriver à glisser que le vent par malignité sans doute créerait "vos pics" justement quand on en n'a pas besoin.! !

Bjd

Nous sommes d'accord qu'au niveau national tout est lissé, l' éolien comme le reste d'ailleurs et que les variations sont relativement lentes...tout est relatif cependant tout dépend de l’échelle du temps employée pour faire apparaitre des pointes ou des ronds.Puisque vous n'aimez pas les points sur les i nous parlerons alors de maximum de minimum ...cela ne change rien à ce que j'écris précédemment.
Ce jour de Noel enfin le vent s'est levé , sous ce ciel tout noir me voilà rendu après avoir traversé des hectares de panneaux photovoltaïques, en léthargie, sur la crêtes des 20 éoliennes, il fait froid, quelle déception! a perte de vue toutes les éoliennes arrêtées ..en sécurité pour trop de vent....le froid pénètre partout maintenant heureusement à l'horizon j’aperçois les panaches qui m'indiquent qu'on n'est pas en Alsace , des milliers de mégawatts font leur boulot à temps et en heure et s'adapte aux conditions climatiques en rendant service à la nation.
C'est ça aussi le service public :utiliser tous les moyens pour arriver a satisfaire les besoins des citoyens en s'adaptant en permanence à la consommation depuis la production au transport et à la distribution.C'est cela que l'Europe veut détruire en détricotant EDF, pour implanter son business intermittent scélérat égoïste qu'on a voulu rentable au détriment des plus démunis , dont vous êtes un fervent défenseur.
La réalité de l’intermittence est bien là, ces petites communes ont accepté l'implantation de ces installations pour avoir des ressources( l'aspect écolo est un mensonge ni plus ni moins un alibi; la réalité est grise), c'est du transfert de dotation d' état, c'est à dire pris sur les impôts de tous, et qui autorise automatiquement par contrat au moins trois fois autant de bénéfices à l'investisseur ( là c'est du racket) pour un résultat nul sur les GESou négatif en France et finalement contreproductif...sur tous les plans..
Pour le fond des analyses de l'Open Data, je vais encore faire le boulot que vous n'avez pas fait, vous lisez pas ce qu'on vous écrit, ou ne comprenez pas, ou faites semblant donc je ne le ferai pas ici cela n'intéresse personne mais ailleurs comptez sur moi . Cependant vous concernant il me serait utile d'avoir votre tranche d'age à 10 ans pres pour m'adapter au mieux.

Serge Rochain

Je n'ai plus la moindre intention de répondre à un idiot qui se croit informé et prétend pouvoir faire la leçon au sachant.

Bjd

Merci c'est tout ce que j'attendais ....c'est démonstratif on en dira pas plus!

Schricke

Il me vient deux petits "adages" qui me semblent parfaitement adaptés à l'attitude "abratabrantesque" du "Mage" (Mr Rochain), que je prends plaisir à citer ici: "Que vous n’existiez pas, soit. Mais à ce point, c’est indécent.», et "A pauvre adversaire, pauvres arguments". Pas sur que ça plaise à Mr Rochain ! Mais, venant d'un "crétin inculte et ignorant".... c'est sans importance ?
"C'est tout, pour aujourd'hui", comme le disait le regretté" Piéplu, le "conteur" des Shadocks !...

"A pauvre adversaire, pauvres arguments"

Albéric BAUDCHON

Vous avez tout à fait raison!
Ce Mr Rochain est agressif et insultant à l'égard de tous ceux qui ne partagent pas exactement ses croyances. Car en ce qui le concerne, il s'agit bien de croyances...

Serge Rochain

Ce ne sont forcément que des croyances puisqu'elles ne correspondent pas à vos réalités avérées, que vous partagez avec toute cette bande de neuneus nucléocrates dont l'inculture arrogante m'insulte en permanence. Vous êtes vous même un de ces spécialistes des questions économico-énergético-scientifiques bien sûr. Vos références SVP ?

Schricke

Monsieur Rochain, répondez au moins à cette simple question: "Qui insulte qui ?" Il suffit que vous vous relisiez pour répondre à cette question !... merci d'avance !...Ou alors, autre hypothèse: Vous résistez mal à un réflexe psychomoteur acquis ? En fait tous les quidams qui ont épuisé tous leurs "arguments" finissent toujours par insulter celles et ceux qui osent mettre en doute lesdits "arguments" !... Et il semble que vous n'échappiez pas à la règle !

olivier DE BOISSEZON

Cette phrase de Serge Rochain ci dessus me semble bien vraie : Ce que l'on était supposé attendre comme retombée de ce mécanisme (ARENH) c'était une incitation à faire apparaitre de nouveaux producteurs, pas de nouveau revendeurs.
Et c'est bien ce qui se fait seulement. Et le prix du kWh a bien augmenté, alors que la concurrence devait le faire baisser ... Ah que les faits sont têtus. Je suis bien d'accord avec Keke.
Comment

Ju kch

Des melimelos de compte. Au final la finance publique va faire construire des EPR a des tarifs non maîtrisé et a preuve du contraire qui ne fonctionne toujours pas en france. Pourquoi vouloir continuer a produire plus d'energie au nucleaire. Les centrale actuelles vont pouvoir etre prolongé. Le cout du dementellement et de la pollution des sites n'etant pas maîtrisé, arretons de construire de nouveau site. Fabriquons de l'energie verte et renouvelable, il sera toujours temps de relancer des mini centrale pour les pic hivernaux si besoin.

gautier

Et émettons d'énormes quantités de CO2 (dues au charbon) comme le font l'Allemagne, le Danemark, les Pays-Bas, tous ces pays possédant d'énormes parcs de ENR (relativement à la taille du pays) variables ou intermittentes !

Schricke

Ah ! Mr Rochain a trouvé un nouveau supporter ! Mais il faudrait qu'il révise un peu ses "classiques" !

denis

Nous n'avons pas besoin te tous ces EPR envisagés, c'est donc de l'intox pour faire passer la pilule du démembrement
d'edf. Cette opération devait plaire aux allemands, qui voudront les avoir prés de leur frontière dans l'alsace lorraine
un peu leur pays. l'état a obligé EDF a racheter aréva, et a construire des EPR en angleterre.cces EPR ne sont presque
plus fabriquer en France, nos usines ferment, donc l'astuce macronite sera de partager l'ensemble avec nos plus gros
voisins, genre 51 % pour eux, nous les papiers et la responsabilité, eux la fabrication.
Framatome allemagne, a signé un gros contrat pour réaliser un nouveau combustible nucléaire, c'est déjà le début
de la fin. et ce n'est pas fini.

Mitch

Remplacez l’expression électricité nucléaire par pétrole brut et vous obtenez une situation inacceptable pour tout pays producteur de pétrole. Verra-t-on le Danemark devoir vendre son pétrole à prix réglementé à ses concurrents ?
Avec le pétrole, ce genre de situation aboutirait à des tensions géopolitiques intenables, voire, à une guerre.
Les centrales nucléaires sont le petrole brut de la France. Cette mainmise de la Commission sur Edf est inacceptable.

Ajouter un commentaire

Sur le même sujet